Changer d'édition

La BEI prend le pouls de ses équipes du Kirchberg
Luxembourg 2 min. 21.04.2021

La BEI prend le pouls de ses équipes du Kirchberg

Trop de pressions managériales : voilà une source de tensions internes déjà relevées dans plusieurs études par le passé.

La BEI prend le pouls de ses équipes du Kirchberg

Trop de pressions managériales : voilà une source de tensions internes déjà relevées dans plusieurs études par le passé.
Photo : Max Wilwert
Luxembourg 2 min. 21.04.2021

La BEI prend le pouls de ses équipes du Kirchberg

Après deux suicides en interne, et de nombreux reportages dénonçant un climat anxiogène, la Banque européenne d'investissement souhaite se pencher sur la santé mentale de ses employés.

(pj avec Julie EDDE) Un message interne vient d'informer les 3.450 employés de la Banque européenne d'investissement (BEI) qu'ils allaient faire l'objet d'une attention toute particulière. L'institution souhaite, en effet, lancer une «évaluation des risques psychologiques à l'échelle de la banque» puis un «plan de santé mentale». Une initiative qui arrive huit ans après un premier suicide d'employé au cœur même des bureaux basés au Kirchberg. En décembre dernier, une autre salariée avait à son tour mis fin à ses jours.


Foto: Serge Daleiden
Les manquements de la BEI au cœur d'investigations
L'institution européenne, basée au Luxembourg, ne respecte pas les règles imposées par l'UE en matière de lutte contre le blanchiment d'argent indique un audit interne accablant. Des lacunes dont ont été informés les ministres des Finances européens.

Le directeur des ressources humaines, Maj Theander, et le secrétaire général, Marjut Falkstedt, assurent que le dispositif débutera avant la fin de l'année. Mais selon ces deux responsables «c'est une grave erreur de profiter de deux tragédies sans rapport [qui] se sont produites dans les locaux de la BEI à sept ans d'intervalle, pour brosser le tableau d'un danger dans l'environnement de travail à la BEI». Reste que les deux disparues, une Roumaine et une Française, posent question sur une culture de la peur entretenue par la hiérarchie.

En 2019, le cabinet PWC avait déjà mené une enquête auprès des employés de la BEI. Analyse pointant une faible satisfaction au travail des recrues de la Banque européenne. Tout juste 16% ont estimé que les décisions de la banque en matière de ressources humaines étaient justes, 10% estimaient que le processus décisionnel de la BEI était efficient et efficace. Soit loin d'une majorité d'avis favorables à la politique de management.

Interrogés par l'agence de presse Bloomberg, certains employés se plaignent aujourd'hui que peu de choses se soient améliorées au fil du temps. Et cela alors que dès 2016 un rapport de psychologues pointait déjà du doigt la multiplication de cas d'épuisement professionnel, de stress sévère et d'autres problèmes de santé mentale.

Bien qu'elle soit l'un des principaux employeurs du pays, la BEI n'est pas soumise au droit du travail localDe fait, les employés qui souhaitent faire valoir leurs droits sont contraints de les porter devant la Cour européenne de justice. Mais qui se risquerait à la chose, sachant qu'en cas de décision défavorable, le plaignant pourrait perdre plusieurs milliers d'euros... Une employée a toutefois franchi cette étape, en 2016. La banque avait précédemment rejeté sa plainte pour harcèlement sexuel par un supérieur. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

150 millions d'euros de garantie contre la crise
Pour mettre en place son plan de relance, le gouvernement entend alimenter des fonds européens d'entraide, destinés aussi bien aux entreprises qu'aux salariés. Au total, deux instruments seront alimentés et ne devraient avoir «a priori» aucune conséquence sur la dette publique.
FILE PHOTO: The European Central Bank (ECB) logo is pictured before a news conference on the outcome of the meeting of the Governing Council in Frankfurt, Germany, January 23, 2020. REUTERS/Ralph Orlowski/File Photo
La crèche de la BEI a fini de butiner
La crèche "L'Abeille" va fermer ses portes. Les syndicats LCGB et OBGL craignent pour l'avenir des 44 employés de la structure et réservée aux enfants des agents de la Banque européenne d'investissement.
22.2.Kirchberg / BEI / Europa / Europaeische Instanzen / Banque Europeenne Investissement Foto: Guy Jallay