Changer d'édition

La baisse des prix se prolonge
Luxembourg 08.06.2020

La baisse des prix se prolonge

Le prix des produits pétroliers a chuté de 2,8% d'avril à mai.

La baisse des prix se prolonge

Le prix des produits pétroliers a chuté de 2,8% d'avril à mai.
Photo: Maurice Fick
Luxembourg 08.06.2020

La baisse des prix se prolonge

Au mois de mai, le passage en caisse a été moins douloureux pour les ménages. En effet, l'indice des prix à la consommation a reculé de 0,2 % selon le Statec qui avance la poursuite du recul des prix des produits pétroliers et des produits alimentaires comme explication.

(DH) - Le Statec a communiqué ce lundi le nouvel indice des prix à la consommation. L’office de statistique indique une baisse de 0,2% par rapport au mois d'avril et qui fait passer le taux annuel d'inflation de 0,6 à 0,2%. Un mouvement que le Statec explique par «la poursuite de la baisse des prix des produits pétroliers et un recul des produits alimentaires». C'est ainsi que le prix des produits pétroliers a connu un nouveau repli de 2,8% par rapport au mois précédent. 

Comparés à l'année précédente, «les prix dérivés de l'or noir dans le panier de l'indice sont inférieurs de 25,2%» en mai, suite à un repli observé consécutivement sur trois mois. De leur côté, «les produits alimentaires diminuent de 0,4% en comparaison mensuelle». Cette tendance est surtout illustrée par les légumes frais (-5,9%), les fruits (-2,5%) et la viande (-0,6%), tandis que le poisson frais (+5,7%) et le riz (+0,8%) sont en hausse. D'ailleurs, comparés à mai 2019, les produits alimentaires affichent une hausse de 3,8%.


BP Diekirch
En 2020, le Statec prévoit une hausse des prix de 1,9%
L'avis se fonde non seulement sur l'augmentation attendue des accises sur les carburants mais aussi la probable montée des prix des produits pétroliers. Un facteur de baisse comme la mise en place de la gratuité des transports publics ne réussissant pas à compenser ces hausses possibles.

Du côté des services, la téléphonie mobile (+1,2%) et les salons de coiffure (+0,7%) partent à la hausse. L'institut de statistiques précise que comme pour le mois d'avril, «la méthode de collecte des prix a été affectée par la crise du covid-19». Ainsi de nouveaux modes de collecte ont été mis en place, notamment «sur internet» ou «par contact des points de vente via courriel ou téléphone». Les résultats de l'indice du mois de juin seront publiés le 8 juillet.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La BCE muscle ses aides face à la crise du covid-19
La Banque centrale européenne devrait renforcer jeudi son arsenal de soutien à l'économie, bien au-delà des mesures d'urgence dégainées en mars, tant l'impact du nouveau coronavirus promet de se faire sentir encore plusieurs années.
(FILES) This file photo taken on December 12, 2019 shows the President of the European Central Bank (ECB) Christine Lagarde addressing the media during a news conference following the meeting of the governing council of the ECB in Frankfurt am Main, western Germany. - European Central Bank chief Christine Lagarde said Wednesday, May 27, 2020 she was "not overly concerned" that the coronavirus pandemic could renew fears of the eurozone breaking up, after a report from the Frankfurt institution highlighted the danger. (Photo by Daniel ROLAND / AFP)
L'ULC met en garde contre les hausses de prix
Le secteur du commerce de détail ainsi que celui des services devraient «modérer» toute augmentation de prix voire, si possible, en faire carrément abstraction. C'est en tout cas la recommandation faite mercredi par l'Union luxembourgeoise des consommateurs.
Télécran, ULC, Nico Hoffmann, Guy Goedert, Konsumentenschutz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
L'inflation en zone euro en recul en février
L'impact du coronavirus a des répercussions sur l'économie européenne. Selon l'Office européen des statistiques, l'inflation a diminué durant le mois de février, un chiffre provisoire qui est très en deçà de l'objectif de la BCE.
Gemeinde kauft Haus in der Rue Syr
Le Luxembourg n'échappe pas au ralentissement économique
La décélération du niveau d'embauche et la stagnation du chômage observées ces derniers mois poussent le Statec à faire part, mercredi, d'une vision pessimiste sur ses perspectives «pour les trimestres à venir». Et ce, sans compter sur l'impact potentiel du coronavirus.
En 2020, le Statec prévoit une hausse des prix de 1,9%
L'avis se fonde non seulement sur l'augmentation attendue des accises sur les carburants mais aussi la probable montée des prix des produits pétroliers. Un facteur de baisse comme la mise en place de la gratuité des transports publics ne réussissant pas à compenser ces hausses possibles.
BP Diekirch