Changer d'édition

La 7e STF: quand être bon en français n'est plus banal
Luxembourg 3 min. 16.09.2016 Cet article est archivé
Nouveau dans l'enseignement

La 7e STF: quand être bon en français n'est plus banal

Cette classe propose un enseignement en langue française, elle est gratuite et permet aux élèves faibles en allemand de poursuivre leur scolarité à l'école publique.
Nouveau dans l'enseignement

La 7e STF: quand être bon en français n'est plus banal

Cette classe propose un enseignement en langue française, elle est gratuite et permet aux élèves faibles en allemand de poursuivre leur scolarité à l'école publique.
Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 16.09.2016 Cet article est archivé
Nouveau dans l'enseignement

La 7e STF: quand être bon en français n'est plus banal

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
C'est la deuxième rentrée pour une classe unique en son genre: la 7e STF. Elle propose un enseignement en langue française, elle est gratuite et permet aux élèves faibles en allemand de poursuivre leur scolarité à l'école publique. On la trouve au lycée de Diekirch où nous nous sommes rendus.

Par Virginie Orlandi

C'est la deuxième rentrée pour une classe unique en son genre: la 7e STF. Elle propose un enseignement en langue française, elle est gratuite et permet aux élèves faibles en allemand de poursuivre leur scolarité à l'école publique. On la trouve au lycée de Diekirch où nous nous sommes rendus.

C'est à Mersch, l'annexe du lycée de Diekirch, que nous avons rendez-vous pour découvrir ce nouveau programme composé de 12 élèves. Nous étions début juillet et les adolescents avaient hâte de partir en vacances après une année bien remplie.

"Ils passent tous au niveau supérieur", explique fièrement Michelle Schram, responsable de la classe. "Et nous avons de nombreuses inscriptions pour l'année prochaine".

Bons en français, faibles en allemand

Dans le régime technique, les élèves doivent obligatoirement avoir un bon niveau en allemand pour suivre l'enseignement et la création de cette structure est la bienvenue pour une partie des élèves n'ayant pas ce niveau.

Ce 19 septembre, les élèves de la classe ont fait leur rentrée.
Ce 19 septembre, les élèves de la classe ont fait leur rentrée.
Nico Muller

"Cette voie nécessite une bonne connaissance de la langue française", poursuit le professeur. "Tous les cours sont dispensés dans cette langue et l'allemand est enseigné comme une langue étrangère à hauteur de six heures par semaine. C'est le contraire de ce qui se fait habituellement dans le régime technique".

Michelle Schram est professeur d'allemand et s'est occupée de cette classe durant toute l'année dernière, elle nous en précise le concept.

"Il s'agit d'un projet pilote qui propose une voie adaptée aux élèves qui sortent de l'école fondamentale et qui sont faibles en allemand. En 7e, on vise le niveau A1".

L'année dernière, la classe a accueilli douze élèves.

"Le projet concerne les classes de 7e, 8e et 9e du régime technique et pourra être adapté au régime classique si nous avons une demande", poursuit le professeur. "Pour l'instant, ce n'est pas le cas".

Ouvert à tous et gratuit

Le cursus STF est ouvert à tous et il est gratuit. Parmi les sept garçons et cinq filles de la classe, on compte six nationalités différentes dont la luxembourgeoise.

"Il ne s'agit pas d'une classe pour les élèves arrivant au pays", précise Michelle Schram, "La plupart de mes élèves sortent de l'école fondamentale".

L'objectif de ce projet est d'éliminer les échecs scolaires à cause de l'allemand et de permettre aux élèves francophones de trouver leur place dans l'enseignement luxembourgeois.

Les matières principales sont enseignées dans la langue de Molière et l'allemand est réservé à la gymnastique ou l'éducation artistique.

"Le but est d'emmener les élèves au niveau B1 complet, ce qui leur permettra d'avoir une bonne communication orale. On ne vise pas l'excellence à l'écrit", explique Michelle Schram.

Et après?

Ce cursus en trois ans permet de rejoindre le technique général. Il existe au Luxembourg de nombreuses formations en langue française accessibles aux élèves à partir de la 10e.

Ils peuvent s'orienter vers le commerce ou le paramédical mais aussi vers les filières à régime linguistique spécifique dont vous trouverez ici la liste.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour la rentrée, Claude Meisch espère que la moitié des élèves seront vaccinés contre le covid. Un soulagement mais qui n'empêche pas le ministre de l'Education d'envisager bien des scénarios pour la prochaine année scolaire. Interview.
Tous les professeurs le reconnaissent : le français est la langue mal-aimée des élèves des lycées luxembourgeois. La raison semble simple : la langue de Molière est mal enseignée. La réalité est toutefois plus complexe, tout comme le sont les réflexions sur la réforme de l'enseignement.
142 élèves l'an passé, près de 500 cette année: l'Ecole internationale de Differdange ouvre à Esch-sur-Alzette en cette rentrée. L'enseignement se fait en allemand, anglais ou français. Et c'est public.
Elisabeth Da Silva, directrice adjointe, Gérard Zens, directeur de l'EIDD devant le nouveau bâtiment qui accueillera les élèves à la rentrée, dans quelques jours.
Evelyne Régniez, proviseur du Lycée Vauban
Tout nouveau proviseur du Collège et Lycée Vauban, Evelyne Régniez, arrive tout juste de Bruxelles pour diriger un «vaisseau» de 1.420 élèves. Les lycéens déménageront du quartier Limpertsberg vers le Campus francophone à Gasperich début 2018. En juin, au moment de postuler pour Luxembourg, elle a été séduite par les équipements du nouveau campus.
Evelyne Régniez, nouvelle proviseure du Lycee Vauban - Photo : Pierre Matgé