Changer d'édition

L'Université de la Grande Région affirme ses ambitions européennes
Luxembourg 4 min. 30.05.2018 Cet article est archivé

L'Université de la Grande Région affirme ses ambitions européennes

Les recteurs des universités de l'UniGR ainsi que plusieurs responsables politiques de la Grande Région se sont réunis ce mercredi 30 mai, à la Maison du Savoir de Belval, pour présenter leur vision de l'avenir de la coopération universitaire.

L'Université de la Grande Région affirme ses ambitions européennes

Les recteurs des universités de l'UniGR ainsi que plusieurs responsables politiques de la Grande Région se sont réunis ce mercredi 30 mai, à la Maison du Savoir de Belval, pour présenter leur vision de l'avenir de la coopération universitaire.
Photo: Lynn Theisen
Luxembourg 4 min. 30.05.2018 Cet article est archivé

L'Université de la Grande Région affirme ses ambitions européennes

Depuis 10 ans, l'Université de la Grande Région (UniGR) regroupe les universités de 4 pays fondateurs de l'Union Européenne. Aujourd'hui, emportée par la volonté d'Emmanuel Macron de constituer des «réseaux d'universités», elle a la ferme intention de devenir «l'une des premières universités européennes».

Par Jean Vayssières

«Un réseau d'universités de plusieurs pays d'Europe, mettant en place un parcours où chacun de leurs étudiants étudiera à l'étranger et suivra des cours dans deux langues au moins». C'est ainsi qu'Emmanuel Macron, à l'occasion de plusieurs discours, a récemment défini sa vision de «l'université européenne». 

«Nous voyons dans l'appel du président Macron un moyen d'aller plus loin, de constituer une université plus attractive et tournée vers l'extérieur», a soutenu Pierre Mutzenhardt, président de l'Université de la Grande Région (UniGR) et de l'Université de Lorraine, ce mercredi 30 mai. 

«Aucun autre réseau d'universités en Europe n'est aussi développé»

L'UniGR a bien l'intention de devenir l'une des premières de ces universités européennes. Depuis 10 ans, cette union regroupe les universités de Liège, de Kaiserslautern, de Trèves, de Lorraine, du Luxembourg et de la Sarre. 

Pas moins de 135.000 étudiants, 7.000 doctorants et 10.000 enseignants chercheurs y parlent quotidiennement trois langues. Pierre Mutzenhardt est catégorique: «Il y a d'autres réseaux d'universités en Europe, mais je pense qu'aucun n'est aussi développé que celui-ci. Il a suivi un cheminement doux mais efficace». Une affirmation nuancée par le directeur de l'Université de Trèves, Michael Jäckel, pour qui «le réseau universitaire EUCOR, dans le Rhin supérieur, est comparable au nôtre». 

Pour Manfred Schmitt, Vice-Président de l'UniGR et Président de l'Université de la Sarre, l'union des universités sera surtout favorable au développement de l'esprit critique de ses étudiants. «Il faut transmettre aux étudiants une idée de ce qu'est l'Europe aujourd'hui», affirme-t-il. «Il nous appartient de préparer les générations futures à faire la part des choses, à développer une sorte de boussole». 

Pour les étudiants, «une plus-value exceptionnelle bien que difficile à décrire»

Quelles sont les conséquences de cette volonté d'unification universitaire, qui perdure depuis 10 ans et tend à s'affirmer, pour les étudiants de la Grande Région ? L'UniGR propose 19 formations transfrontalières, qui font voyager les étudiants au cours de leur cursus. «C'est une formidable valeur ajoutée pour eux», s'enthousiasme Pierre Mutzenhardt. «Une fois diplômés, ils sont plus à même de s'adapter à des environnements différents». 

L'union propose, par exemple, le cursus Saar-Lor-Lux, qui prodigue une formation générale en physique au sein des universités de Nancy, Sarrebruck et Luxembourg. À noter également, le master de «Border Studies», qui enseigne un programme de sciences humaines et sociales orienté autour des problématiques frontalières, et emmène ses étudiants au sein de 4 universités de la Grande Région. «C'est une plus-value difficile à décrire, mais elle est exceptionnelle», se réjouit Pierre Mutzenhardt. 

Pour le président de l'UniGR, «l'Université du Luxembourg, créée à partir de peu, est désormais devenue actrice de l'économie».
Pour le président de l'UniGR, «l'Université du Luxembourg, créée à partir de peu, est désormais devenue actrice de l'économie».
Photo: Lynn Theisen

Mais cette fameuse plus-value ne concerne que les étudiants qui suivent des formations internationales. Qu'en est-il de ceux qui étudient au sein d'universités fixes, dans des cursus plus traditionnels ? Selon le Président de l'UniGR, «cela leur apporte également, par la possibilité d'accomplir des stages à l'étranger par exemple». 

«Le Luxembourg ne peut que s'enorgueillir de son université»

Le 12 août 2003 est fondée l'Université du Luxembourg, par adoption d'une loi sur l'enseignement supérieur. Quinze ans plus tard, elle s'étend au-delà de la ville de Luxembourg puisque son objectif n'est autre, à terme, que la création d'un campus unique sur l'ancienne friche industrielle de Belval. Malgré sa jeunesse, les mastodontes universitaires des pays limitrophes voient son évolution d'un bon œil. 

«Notre regard a évolué», confie Pierre Mutzenhardt, qui est à la tête de l'Université de Lorraine. «Lors de sa création, nous étions interrogatifs: quelle direction allait-elle prendre ? La fondation d'une université, en Europe, c'est très rare. Celle du Luxembourg a relevé un formidable défi. C'est une très belle université, qui est en train de prendre sa maturité». 

À entendre le président de l'Université de Lorraine, nombre de professeurs ayant rejoint celle du Luxembourg lors de sa création y travaillent encore, ce qui est un signe de bonne santé. «Cela signifie qu'elle propose un bon environnement intellectuel, et évidemment que ses salaires sont corrects». 

L'Université de Lorraine collabore déjà régulièrement avec l'Université du Luxembourg par le biais d'échanges de professeurs intervenants. «D'ailleurs, on pourrait s'agacer car ils nous ont piqué des profs lors de leur création», plaisante Pierre Mutzenhardt. «Mais on a une belle entente». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les étudiants luxembourgeois plébiscitent l'Allemagne
Le Luxembourg est le pays qui envoie le plus d'étudiants s'instruire à l'étranger. En 2017, ils étaient 47% à voyager à travers l'Europe pour compléter leur cursus universitaire. La France et la Belgique arrivent en deuxième et troisième position.
Face au racisme, l'Uni prend les devants
Alors qu'une étudiante camerounaise confiait, il y a quelques mois, être l'objet d'attaques racistes au sein de la faculté de Belval, un poste d'«inclusion officer» a été créé afin d'aider les étudiants de tous horizons à s'intégrer.
Université de Luxembourg: Les étudiants boudent les cours en luxembourgeois
Ce lundi, le quotidien luxembourgeois Tageblatt annonçait que le master «langues, culture et médias - Lëtzebuerger Studien» donné à l'Université du Luxembourg était annulé, faute d'inscriptions. Une information démentie par l'Université du Luxembourg qui parle elle, de «report», même si ce cours peine à trouver des candidats.
«Ce cours ne ferme pas, les inscriptions sont simplement reportées afin que nous ayons un nombre suffisant d'élèves, pour des raisons pédagogiques»