Changer d'édition

L’Union des propriétaires à contre-courant
Luxembourg 3 min. 26.03.2020 Cet article est archivé

L’Union des propriétaires à contre-courant

Fermés jusqu'à nouvel ordre, les commerces du pays vont devoir faire face à de grosses pertes de revenus.

L’Union des propriétaires à contre-courant

Fermés jusqu'à nouvel ordre, les commerces du pays vont devoir faire face à de grosses pertes de revenus.
Photo:
Luxembourg 3 min. 26.03.2020 Cet article est archivé

L’Union des propriétaires à contre-courant

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Alors que les annonces et initiatives se multiplient en réponse à la crise provoquée par la pandémie mondiale, l'asbl en charge de la défense des propriétaires a appelé les bailleurs privés à ne pas agir, du moins pour le moment. Une déclaration que dénoncent certains partis.

Un vent de solidarité souffle sur le Luxembourg. Alors que le Covid-19 a contraint les commerces à rester fermés, le gouvernement a présenté, ce mercredi, un plan de 8,8 milliards d’euros pour soutenir l’économie nationale. En parallèle, les initiatives s’enchaînent. Plusieurs communes ont ainsi d’ores et déjà décidé de renoncer aux loyers des locaux leur appartenant. Un élan de cohésion sociale que ne souhaite pas suivre l’Union des propriétaires. Du moins, pour le moment. 

«Il est trop tôt pour de telles mesures», affirmait ainsi mardi Georges Krieger au micro de 100,7 qui rappelle que la crise a commencé il y a dix jours seulement. «Les loyers du mois de mars ont déjà été payés», rappelle-t-il par ailleurs. Pour le président de l'asbl, la fermeture des commerces est donc encore trop récente pour engendrer de véritables problèmes, à l'exception des entreprises qui se trouvaient «déjà en difficultés avant la crise». 

L'Etat montrera l'exemple avec ses propres bails commerciaux.

Lex Delles (DP), ministre des Classes moyennes

Un argument que réfute Corinne Cahen (DP). «On se trouve en début de saison, les étalages sont pleins et donc les comptes assez vides». Or, poursuit la présidente du DP, si les entreprises n'ont aucune rentrée d'argent, il devient difficile de payer les loyers, mais aussi les salaires. Un dernier point «primordial» pour le parti démocratique.  


Un bouclier de 8,8 milliards d'euros contre le covid-19
Le Premier ministre a fait le point, ce mercredi, sur la situation liée au coronavirus. Il annonce un paquet de mesures conséquent afin de soutenir l'économie nationale alors que 1.333 personnes sont désormais infectées.

Le LSAP n'a également pas tardé à réagir en publiant un communiqué virulent, dans lequel le parti ouvrier socialiste dénonce un désir de «profit avant tout». Un «message déplacé» que regrette Yves Cruchten, président du parti, dans une période où «l'égoïsme n'est pas de mise». Le ministre de l'Economie, Franz Fayot (LSAP), se dit quand à lui choqué par cette attitude, «face à des sociétés ou des privés qui sont aujourd'hui particulièrement préoccupés pour leur avenir».

Georges Krieger ne rejette cependant pas l'idée d'une plus grande flexibilité des bailleurs, notamment privés. Ainsi, si les mesures de confinement venaient à se prolonger, le président de l'association recommande à ses membres de faire preuve de souplesse en proposant aux locataires en difficultés d'échelonner les paiements ou rallonger les délais.  


Geschlossene Geschäfte und Restaurants, Coronavirus, Covid-19, Luxemburg Stadt, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
La CLC appelle à l'achat en ligne et au gel des loyers
Alarmée par la situation de crise actuelle, la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC) enjoint les consommateurs à maintenir leur fidélité aux commerçants. En outre, la clc préconise des délais de paiement des loyers commerciaux de plusieurs mois, voire des réductions.

Un moindre mal pour le LSAP. Car cette solidarité aurait, selon le parti, le double effet de contribuer à la survie des entreprises individuelles et d'améliorer les chances d'une reprise rapide de l'économie, à la fin de la crise sanitaire. Une participation à l'effort commun qui serait d’ailleurs «dans leur propre intérêt que de venir en aide à ceux qui étaient bons payeurs», conclut Yves Cruchten. Un argument partagé par Corinne Cahen, qui rappelle qu'en cas de faillite, les propriétaires risquent «de ne pas toucher de loyer du tout». Reste à voir si cette vague d'objections fera changer de cap à l'Union des propriétaires.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le virus continue de provoquer l'inquiétude
Angoisse croissante, précautions au supermarché ou encore pétition pour l'annulation des examens... Le coronavirus n'a pas fini de faire parler de lui et de soulever des interrogations. La rédaction répond à vos questions.
Comment sauver l'économie du pays... en trois points
Les ministres des Finances, de l'Economie et des Classes moyennes ont présenté, mercredi soir, leur plan pour aider les entreprises du pays à passer la crise. Soit 8,8 milliards d'euros répartis entre dépenses d'urgence, report de paiement et aides au crédit.
Un verrouillage réalisé par étapes
Alors que le Luxembourg tourne au ralenti depuis une semaine, retour sur l'enchaînement de faits qui ont poussé le gouvernement à décréter l'état de crise et à réduire l'activité aux actions essentielles. Une situation dont la fin n'est, à ce jour, pas encore connue.
Corona-Virus, Geschlossene Spielplätze in Gasperich, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Des activités publiques «sévèrement limitées»
Xavier Bettel annonce ce dimanche soir la fermeture des restaurants, des cafés et des musées. Les épiceries, elles, resteront ouvertes. Cette annonce intervient près de 48 heures après l'annonce du premier décès lié au virus et 72 heures après la fermeture de tous les établissements scolaires jusqu'au 29 mars.