Changer d'édition

L'Uni envisage la télésurveillance de ses étudiants
Luxembourg 03.06.2020 Cet article est archivé

L'Uni envisage la télésurveillance de ses étudiants

L'Université ne veut pas jouer les Big Brother avec celles et ceux qui passeront des examens.

L'Uni envisage la télésurveillance de ses étudiants

L'Université ne veut pas jouer les Big Brother avec celles et ceux qui passeront des examens.
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 03.06.2020 Cet article est archivé

L'Uni envisage la télésurveillance de ses étudiants

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Alors que les examens se déroulent cette année à distance se pose la question de la tricherie. L'université de Luxembourg réfléchit ainsi à mettre à contribution la technologie. Une solution qui ne manque pas d'inquiéter.

(ASdN avec Danielle Schumacher) - Jusqu'à présent les examens à l'Université du Luxembourg se déroulaient sous les yeux de surveillants. Mais depuis l'épidémie de coronavirus, les «pions» pourraient bien être remplacés par un programme informatique. A charge pour le logiciel d'analyser faits et gestes des étudiants durant les épreuves. Avec un but : détecter les potentiels tricheurs. C'est du moins le bruit qui court ces derniers jours dans les campus du pays. 

Interrogée sur la question, la porte-parole de l'université a confirmé que l'Uni examinait bien d'éventuels programmes de contrôle et de surveillance. Pendant toute la durée de l’épreuve, les mouvements du visage des candidats pourraient ainsi être analysés. Si le programme distingue un comportement suspect, l'Uni aurait alors la possibilité de vérifier l’enregistrement pour s’assurer que l'étudiant n’a pas triché. Une technique novatrice déjà utilisée à l'étranger, comme à l'UCLouvain en Belgique. 


Les étudiants en examen surveillés électroniquement
L'UCL Louvain, grande université francophone belge, va recourir à des logiciels anti-triche pour les examens sous confinement. Ses concurrentes parient sur la confiance.

Mais si cette innovation est adoptée à l'étranger, reste qu'au Luxembourg, cette solution inquiète. Au sein du LSAP, trois membres se sont tournés vers le ministre de l'éducation Claude Meisch (DP) et le ministre de la communication Xavier Bettel (DP) afin de connaître les tenants et les aboutissants de cette option. Autrement dit, d'où provient le programme, combien il coûte, mais surtout comment il fonctionne?  

Car il y a là un hic. Photographier ou filmer un étudiant durant l'examen implique inévitablement une intrusion dans son lieu de vie et donc son intimité. Mais de son côté, l'Uni se défend de tout état d'esprit à la Big Brother. L'université a ainsi affirmé refuser l'idée de «violer la vie privée» de ses étudiants. Une vision partagée par d'autres universités belges, comme l'UNamur ou ULiège, qui préfèrent revenir à des méthodes plus traditionnelles, basées tout simplement sur l'honnêteté de ses étudiants.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A cinq jours de la reprise des écoliers du fondamental, le ministre de l'Education a passé un grand oral face aux députés ce matin. Claude Meisch a notamment présenté qui allait encadrer les jeunes "en semaine B".
ARCHIV - 07.03.2019, Niedersachsen, Gehrden: Schüler einer 5. Klasse lernen mit iPads im Englischunterricht an der Oberschule Gehrden in der Region Hannover. Niedersachsens Kultusminister Tonne (SPD) übergibt am 17.01.2020 in Helmstedt die ersten Bewilligungsbescheide aus dem Digitalpakt Schule. Foto: Julian Stratenschulte/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le gouvernement s'apprête aussi à donner un coup de pouce aux universitaires impactés par la crise sanitaire. Une aide pouvant aller jusqu'à un millier d'euros, dont la moitié sous forme de prêt, pourra être demandée.
Uni Belval, Université, Universität, Studenten, Etudiants, Uni.lu, Foto Lex Kleren
Les étudiants du Lycée technique des professions de santé (LTPS) sont mobilisés pour donner un coup de main dans la lutte contre le covid-19. Tous ceux qui suivent une spécialisation sont d'ores et déjà sur le terrain pour un stage pour le moins inédit.
CHEM, Centre Hospitalier Emile Mayrisch, Foto Lex Kleren
Annulées à cause de la pandémie de covid-19, les journées d'information de l'Université vont céder leur place à des visites virtuelles. Vidéos, témoignages mais aussi conférences, tout va être mis en place à partir de ce mercredi pour répondre au mieux aux demandes des étudiants.
Lokales, 1 Jahr Luxembourg Learning Center Belval, Uni.lu, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort