Changer d'édition

L'UNEL s'oppose à un projet de loi qui plongerait les stagiaires dans la précarité
Une piscine, une estrade et un ballon. Voici les ingrédients qui permettaient d'envoyer le stagiaire dans le monde de la précarité.

L'UNEL s'oppose à un projet de loi qui plongerait les stagiaires dans la précarité

Photo: Chris Karaba
Une piscine, une estrade et un ballon. Voici les ingrédients qui permettaient d'envoyer le stagiaire dans le monde de la précarité.
Luxembourg 4 3 min. 22.08.2018

L'UNEL s'oppose à un projet de loi qui plongerait les stagiaires dans la précarité

Réunis ce mercredi, place Guillaume II, des membres de l'organisation étudiante UNEL ont tenu à faire entendre leur avis sur le projet de loi du gouvernement qui vise à régulariser les stages au Luxembourg.

Par Matthias Thiriat

C'était le retour de l'échafaud place Guillaume II. Une piscine, une estrade et un ballon. Voici les ingrédients qui permettaient d'envoyer le stagiaire dans le monde de la précarité, selon l'UNEL: un ballon lancé par un passant doit atteindre une cible. Si c'est le cas, alors l'estrade se dérobe sous le stagiaire, l'envoyant directement dans le bassin de la précarité, c'est-à-dire... dans l'eau. 


L'encadrement et la rémunération des stagiaires

Ce projet de loi a pour but l'encadrement et la rémunération des stagiaires. Déposé en mars, il a connu quelques rectifications fin juillet avec les amendements gouvernementaux. 

Le message passé par l'UNEL est clair: ce projet de loi n'est absolument pas adapté aux étudiants et les conséquences pourraient se traduire par une hausse de la précarité». Kelly Kosel, porte-parole de l'organisation: «Le but de cette manifestation est d'attirer l'attention des jeunes, du grand public et des acteurs politiques sur cette question des stages». 

Pour l'UNEL, le projet de loi est inéquitable. «Tous les stages devraient être rémunérés car ils représentent non seulement, une plus-value pour les étudiants, mais également pour les entreprises.»

«Si un stagiaire a déjà un bachelor, on aimerait qu'il soit rémunéré car il a déjà fait 3 ou 4 ans d'études». L'organisation étudiante propose donc de rémunérer de manière graduelle le stagiaire, en fonction du nombre d'années d'études qu'il a effectuées et de la durée de son stage. 

Autre problème abordé, celui de la période d'essai: «Elle a un rôle important. Cependant, nous pensons qu'il faut la modifier en fonction de la durée du stage qui la précède. Un étudiant ayant 4 mois de stage devrait n'avoir que deux mois d'essai car s'il fait 4 mois de stage + 6 mois de période d'essai, il sera dans une situation de  précarité car il sera peu ou pas rémunéré.»

Le rôle du tuteur, autre point de contestation

Si les critiques sont majoritairement dirigées vers la question des salaires dans le cadre des stages, la question de l'apport personnel et professionnel est également posée. 

Pour Kelly Kosel, l'autre problème de ce projet de loi est le manque de précision sur le rôle du tuteur au sein de l'entreprise. «Cela montre qu'il n'y a aucune garantie sur la qualité de l'expérience professionnelle. Pourtant, c'est souvent la seule chose que l'étudiant reçoit», argumente-t-elle. 

L'UNEL se demande même si ce projet de loi n'est pas destiné aux entreprises, plutôt qu'aux étudiants.

Utiliser les législatives comme vitrine 

Pour l'organisation étudiante, les élections législatives sont l'occasion parfaite pour évoquer, avec les différents partis politiques, les questions liées aux étudiants. 

«Tous les partis politiques ont répondu à nos sollicitations. C'est important pour les partis de se positionner sur cette question de la régulation des stages et de le faire avant les élections.»

Toutefois, Kelly Kosel n'est pas dupe et attend avec impatience les propositions de la classe politique. «Le gouvernement actuel se dit progressiste mais a commencé sa politique sociale par une mesure défavorable pour les jeunes, avec une baisse de la bourse.»

Le travail de l'UNEL est encore gigantesque avant que ces sujets ne soient plus mis sous le tapis. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un stage peut en cacher un autre
L'été est propice aux stages pour les étudiants. Encore faut-il connaître ses droits et devoirs. Un projet de loi veut clarifier les trois types de stage qui existent actuellement au Luxembourg.
Two young female technicians working in a hospital workshop