Changer d'édition

L'ULC veut des mesures pour le pouvoir d'achat
Luxembourg 05.03.2019 Cet article est archivé

L'ULC veut des mesures pour le pouvoir d'achat

Pour l'ULC, la hausse annoncée des taxes sur les carburants ne passe pas

L'ULC veut des mesures pour le pouvoir d'achat

Pour l'ULC, la hausse annoncée des taxes sur les carburants ne passe pas
Lex Kleren
Luxembourg 05.03.2019 Cet article est archivé

L'ULC veut des mesures pour le pouvoir d'achat

L'Union luxembourgeoise des consommateurs n'a pas digéré le discours du ministre des Finances sur le budget. L'organisation attendait une aide pour les plus vulnérables mais ce sont de nouvelles taxes qui ont été annoncées.

Alors que plus d'un quart des Luxembourgeois déclarent avoir du mal à joindre les deux bouts, la présentation du budget 2019 ce mardi à la Chambre des députés n'a pas du tout plu à l'Union luxembourgeoise des consommateurs qui dénonce notamment la hausse des taxes sur l'essence et le diesel transformant les automobilistes en «vaches à lait».


Politik, Budget 2019, chambre des députés, Rapport, Pierre Gramegna, photo Anouk Antony
Les grandes lignes du budget 2019
Grand oral ce matin à la Chambre des députés pour Pierre Gramegna qui a exposé les chiffres clés des finances du pays: «Investissements records et mesures sociales» sont au programme des quatre années à venir selon le ministre.

L'ULC se dit «préoccupée par l’évolution des prix» et alerte sur «une tendance générale à la hausse, pour l'électricité et le gaz, les frais bancaires, les timbres, le contrôle technique des véhicules, les taxis et maintenant les carburants.» 

Des postes qui pèsent lourd dans le budget des ménages à faibles revenus, des retraités ou encore des familles monoparentales, particulièrement vulnérables. Et l'augmentation de 100 euros du salaire minimum «ne suffira pas pour mener une vie décente», souligne l'ULC, quant il faudrait au moins 4.000 euros à une famille pour satisfaire ses besoins de base. 

Estimant que «la libéralisation et l'arrivée de la concurrence dans certains secteurs n'ont pas permis la baisse des tarifs promise», l'ULC réclame un allègement fiscal supplémentaire ou un ajustement du barème d'imposition correspondant à l'inflation ainsi que la réintroduction de la tranche indiciaire supprimée en 1981.