Changer d'édition

«L'UE ne doit pas s'accrocher à ses vieux logiciels»
Luxembourg 3 min. 15.04.2020 Cet article est archivé

«L'UE ne doit pas s'accrocher à ses vieux logiciels»

La crise du covid-19 sera «moins douloureuse et dangereuse» que celle de la zone euro, estime Jean-Claude Juncker

«L'UE ne doit pas s'accrocher à ses vieux logiciels»

La crise du covid-19 sera «moins douloureuse et dangereuse» que celle de la zone euro, estime Jean-Claude Juncker
Photo: AFP
Luxembourg 3 min. 15.04.2020 Cet article est archivé

«L'UE ne doit pas s'accrocher à ses vieux logiciels»

Jean-Claude Juncker juge la réponse européenne apportée à la crise du coronavirus. L'ex-président de la Commission observe que «les premières réactions furent nationales» pour la bonne et simple raison que «l'UE ne dispose pas d'un arsenal suffisant en matière de santé publique».

(JFC) - Après l'échec dans un premier temps de la réunion des ministres des Finances des vingt-sept consacrée à la réponse économique de l'Europe à la crise du coronavirus, Jean-Claude Juncker se voulait philosophe. «Si on devait espérer de l'Europe, il y a longtemps que j'aurais perdu tout espoir! C'est pourquoi je ne me fais jamais trop d'illusions à son sujet», glisse le Luxembourgeois, un brin fataliste, en préambule d'un entretien publié dans les colonnes de Libération.

Et même si, depuis, les Etats membres ont trouvé un accord de principe et un terrain d'entente avec les Pays-Bas à l'origine du blocage, l'ancien président de la Commission européenne (2014-2019) clame «avec force» qu'il faut aller «bien plus loin» dans la solidarité financière européenne. Il prône notamment une «augmentation considérable du cadre financier pluriannuel 2021-2027, qui n'est toujours pas adopté». Selon l'ancien responsable de l'exécutif européen, vu l’ampleur de la crise, il faut «utiliser le budget européen comme un instrument de solidarité réactif».


European Commissioner for Crisis Management Janez Lenarcic talks at a press conference at the EU headquarters, during a partial lockdown aimed at curbing the spread of the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus, in Brussels, on April 7, 2020. (Photo by Francisco Seco / POOL / AFP)
L'UE pourrait emprunter 1.500 milliards d'euros
Face à la crise du coronavirus, l'Union européenne pourrait financer un fonds de 1.500 milliards d'euros à partir d'emprunts garantis par les États membres, a évoqué mardi l'un des trois vice-présidents de la Commission européenne.

Surtout que si un consensus a bien été dégagé sur une enveloppe de 500 milliards d'euros disponibles immédiatement, la brûlante question des «coronabonds», destinés à soutenir l'économie à plus long terme après la crise, n'a pas été tranchée. Sur ce point également, celui qui a aussi présidé l'Eurogroupe (2005-2013) se montre très clair: «il ne s’agit pas de mutualiser les dettes nationales du passé, mais de mutualiser la dette qui naîtra de la mise en place des moyens budgétaires nécessaires pour répondre à la crise». 

Interrogé sur la réponse apportée par l'UE à la crise du covid-19, l'ancien Premier ministre luxembourgeois (1995-2013) observe que «les premières réactions furent nationales», pour la bonne et simple raison que «l'UE ne dispose que de compétences très limitées en matière de santé publique». Faisant sien l'adage selon lequel «gouverner c'est prévoir», Juncker ajoute qu'en la circonstance, «prévoir, cela aurait été de donner des compétences en matière de santé à l'Union au lieu de nous accrocher à nos vieux logiciels.»

Nous menons une guerre commune contre un fléau invisible

Sans cette lacune, il estime qu'«elle aurait pu être un lanceur de pré-alerte», ce qui aurait pu permettre de «prendre en temps utile les mêmes mesures partout» et surtout d'«éviter des fermetures désordonnées de certaines frontières intérieures». Ce n'est que dans un second temps que l'Europe, «spectatrice» au début de la crise, «a pris au sérieux le rôle de coordination que les États lui ont confié».

Quant à savoir enfin si cette crise pourrait s'avérer fatale au projet européen, Juncker estime qu'elle sera «moins douloureuse et dangereuse» que les précédentes, comme celle de la zone euro. A condition toutefois de «faire les choses comme il faut», car «nous menons une guerre commune contre un fléau invisible». C'est pourquoi, selon lui, il sera «beaucoup plus facile» à expliquer aux opinions publiques et à justifier «la solidarité dans les pays qui se croient budgétairement plus vertueux».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'UE pourrait emprunter 1.500 milliards d'euros
Face à la crise du coronavirus, l'Union européenne pourrait financer un fonds de 1.500 milliards d'euros à partir d'emprunts garantis par les États membres, a évoqué mardi l'un des trois vice-présidents de la Commission européenne.
European Commissioner for Crisis Management Janez Lenarcic talks at a press conference at the EU headquarters, during a partial lockdown aimed at curbing the spread of the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus, in Brussels, on April 7, 2020. (Photo by Francisco Seco / POOL / AFP)
Une crise économique avec un air de déjà-vu
Actuel président de la Chambre de commerce, Luc Frieden occupait les fonctions de ministre des Finances quand est survenue la crise économique de 2008-9. De quoi lui donner un certain recul sur les turbulences actuelles.
6.7. Wi / Banque de Luxembourg / Table Ronde Glocal Histories of Finance / Geschichte des Finanplatzes Luxemburg / Luc Frieden Foto:Guy Jallay
L'UE envisage des mesures plus «fortes»
Les 27 Etats membres ont accepté jeudi soir, sous la pression de l'Italie, d'examiner sous quinze jours des mesures plus fortes pour faire face à la récession annoncée. Quant à Xavier Bettel, il a plaidé pour «le maintien du trafic transfrontalier».
This photo of a television screen taken and handout by the press office of Palazzo Chigi on March 26, 2020 shows Italian Prime Minister, Giuseppe Conte (Bottom R), European Council President Charles Michel (C), German Chancellor Angela Merkel (R) and other world leaders taking part in a video conference as part of an extraordinary meeting of G20 leaders, from the Chigi Palace in Rome, during the country's lockdown following the COVID-19 new coronavirus pandemic. - Italian Prime Minister Giuseppe Conte is blocking a joint response that EU leaders are trying to put together to the coronavirus crisis, an Italian government source said on March 26. (Photo by Handout / Palazzo Chigi press office / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / PALAZZO CHIGI PRESS OFFICE" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
En fermant ses frontières, l'UE veut (se) rassurer
«Se protéger de l'extérieur et se montrer plus souple à l'intérieur.» Les Européens ont décidé mardi soir de cadenasser l'accès à leur territoire afin de tenter d'endiguer la pandémie de nouveau coronavirus dont le Vieux continent est plus que jamais l'épicentre.
16.03.2020, Baden-Württemberg, Weil am Rhein: Ein Bundespolizist mit Atemmaske kontrolliert am Grenzübergang zur Schweiz ein Fahrzeug. In der Coronavirus-Krise führt Deutschland am Montag umfassende Kontrollen und Einreiseverbote an den Grenzen auch zur Schweiz ein. Foto: Patrick Seeger/dpa +++ dpa-Bildfunk +++