Changer d'édition

L'ordonnance tant attendue du Dr Bettel
Luxembourg 6 min. 17.11.2020 Cet article est archivé

L'ordonnance tant attendue du Dr Bettel

Déjà plus de 1,2 million de tests de dépistage ont été pratiqués au Grand-Duché.

L'ordonnance tant attendue du Dr Bettel

Déjà plus de 1,2 million de tests de dépistage ont été pratiqués au Grand-Duché.
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 6 min. 17.11.2020 Cet article est archivé

L'ordonnance tant attendue du Dr Bettel

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le Premier ministre s'est fait discret ces dernières semaines. Un peu trop sans doute alors que la deuxième vague de covid-19 ne semble pas vouloir s'atténuer. A 12h30 ce mardi, Xavier Bettel reprend donc la parole et difficile de savoir quel remède il va annoncer cette fois.

Confinement en mars, état d'urgence, fermeté, puis déconfinement progressif, restrictions plus limitées au début de l'été, appel à la vigilance dès la fin juillet avant un sévère tour de vis fin octobre. La liste des prescriptions  gouvernementales suit la courbe des infections. Et huit mois après le début de l'épidémie au Luxembourg, nombre d'acteurs de la santé analysent la situation d'une formule : «stabilisation à un niveau très élevé». C'est donc entre espoir et cruelle réalité que le Premier ministre a annoncé prendre la parole, ce mardi, à l'issue d'un conseil de gouvernement inattendu.


Politik, LSAP, Verfassung, Mars Di Bartolomeo Foto:Anouk Antony/Luxemburger Wort
Des mesures insuffisantes pour «un lâcher-prise»
Sur les ondes de RTL, le député du LSAP Mars di Bartolomeo est revenu sur la situation sanitaire et l'éventuel tour de vis à venir pour endiguer la pandémie de covid-19.

A l'exception d'un long message sur les réseaux sociaux publié vendredi dernier, Xavier Bettel (DP) ne s'est plus exprimé en public sur la situation sanitaire depuis trois semaines. Vingt jours qui devaient à ses yeux constituer un «moment de vérité» et qui se soldent par un bilan bien morose. Jamais le pays n'aura connu autant d'infections actives en un même moment (10.316); autant de victimes en un seul jour (dix en 24 heures dimanche, pour un total de 236); autant de malades infectés pris en charge dans les hôpitaux (236 en soins normaux et soins intensifs). Le virus reste présent dans les eaux usées à des seuils encore bien trop hauts pour témoigner d'un recul de l'infection.

Le couvre-feu, les limitations des hôtes reçus à la maison et autres mesures prises ces derniers temps n'auront donc pas suffi. Pas plus au Luxembourg que chez ses voisins, soit dit en passant. A croire que le covid se moque des entraves décidées par les politiques quelles qu'elles soient. Dans le même temps, difficile pour la normalité de se réinstaller, dans les familles, à l'école, dans les entreprises. Les annonces se succèdent, de règles, d'aides, de soutiens mais la reprise parait bien chaotique. 


Worker sweeping concrete floor in empty warehouse.
«Le chômage partiel reste au cœur du dispositif»
Préserver l'emploi et aider au rebond des entreprises : les objectifs annoncés, vendredi, par le ministre de l'Economie n'ont pas varié. Seul le calendrier bénéficie d'une rallonge jusqu'à fin 2021 pour certains soutiens.

Ici les patrons s'agacent du contact tracing qui les prive temporairement de main-d'oeuvre (plus de 17.000 personnes en isolement ou en quarantaine pour briser les chaînes de contamination); là les parents d'élèves réclament plus d'assurance pour la protection des jeunes; les électeurs, eux, commencent à remettre en cause la confiance accordée jusque-là aux dirigeants. Quand ce n'est pas l'opposition qui crie au loup, craignant un possible retour à l'état d'urgence et aux décisions unilatérales d'un gouvernement ne faisant plus appel au vote des députés.

Bref, autant dire qu'il ne fait pas bon être dans le costume de Premier ministre aujourd'hui encore. Pas plus que dans la peau de la ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP). Même si celle-ci garde du crédit aux yeux des électeurs, la lassitude semble parfois la guetter face à ces vagues covid successives qu'aucune initiative ne semble vouloir calmer. Alors que dire, alors que faire?

A 12h30, d'aucuns craignent que le Dr Bettel ne prescrive le remède de cheval : le confinement. «A la française» ou «à la belge» et maintenant «à l'allemande», la médication peut prendre bien des formes et cela même si Paulette Lenert a signifié qu'il n'était pas question d'«imiter aveuglément» les voisins. Mais voilà le seul appel renouvelé aux gestes barrières ou au télétravail ne suffisent plus. Pour le Premier ministre libéral, reboucler la population active (hors scolaires) n'a rien d'un geste simple. Mais élever le ton, sanctionner les particuliers encore dehors après 23h tient du placebo bien peu efficace. 

Un remède indigeste

Même indigeste la potion «lockdown» pourrait être le seul moyen de préserver la population, préserver aussi le système hospitalier. Mais cela fera immanquablement tousser le commerce, l'industrie, l'Horesca et des acteurs économiques dépendant des allées et venues des clients. Seulement, parfois, il faut sacrifier un fou pour sauver son roi, diraient les joueurs d'échecs. 

Alors même si Xavier Bettel a encore dans les poches de sa blouse des tests rapides à déployer ou des millions d'euros de soutien à l'économie à offrir, est-ce la bonne médication? Le Premier ministre et son gouvernement ont déjà eu mille fois l'occasion de se poser la question. Plus très longtemps à attendre avant de savoir si leur réponse a changé. Et cela alors même que l'exécutif est attendu de pied ferme à la Chambre, juste après cette allocution, pour une heure de questions d'actualité...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Luxembourg dispose d'une réserve de matériels de protections, médicaments et ustensiles médicaux pour faire face à toute sorte de crise. Sa gestion vient d'être confiée à une nouvelle association.
A virologist wearing protective mask working on antibodies taken from a llama animal, hoping to find a treatment against COVID-19, the novel coronavirus at the Vlaams Institute of Biotechnology of Ghent University on May 08, 2020 in Ghent. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Silencieux depuis plus d'une dizaine de jours, c'est sur les réseaux sociaux que le Premier ministre a fini par dévoiler, vendredi, sa vision sur l'avancement de la pandémie au Luxembourg. Un texte où il indique que «la lutte contre le covid n'est pas un sprint, mais un marathon».
Politik, online, Paulette Lenert,Xavier Bettel besuchten die Test Covid-Station Park&Ride, Bouillon Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Alors que le Premier ministre avait assuré que «le moment de vérité» sur la pandémie devait tomber cette semaine, aucune nouvelle annonce n'a été faite lors du Conseil de gouvernement de vendredi. Idem lors de la réunion de la commission de la Santé, organisée le même jour.
Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Mundschutz , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
En première ligne, elles le sont depuis mars. En sous-effectif et en manque de formation depuis des années. Pourtant, les infirmières du Luxembourg (représentées par l'ANIIL) ne voient toujours pas d'améliorations à l'horizon.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 - Notaufnahme Urgences  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Avec 214 nouveaux cas positifs enregistrés pour la seule journée de jeudi et huit morts au cours des deux dernières semaines, l'ampleur de la deuxième vague amène l'exécutif à envisager la tenue d'un Conseil de gouvernement extraordinaire dans les prochains jours. Avec à la clé, d'éventuelles nouvelles mesures.
Luxembourg Prime Minister Xavier Bettel arrives ahead of a two days European Union (EU) summit at the European Council Building in Brussels, on October 15, 2020. - European leaders meet to re-examine the post-Brexit talks under pressure from English Prime Minister to give ground or see Britain walk away with no trade deal. (Photo by Olivier HOSLET / POOL / AFP)
Selon les chercheurs de l'Uni, les habitants du Grand-Duché seraient davantage préoccupés par la santé de leurs proches que par une éventuelle contamination au covid-19. Mais l'étude publiée lundi souligne aussi que les mesures restrictives prises par le gouvernement ont affecté leur moral.
Wirtschaft, Lokales, Illustrationen, Masken, Covid 19, verschiedene Masken, Mode der Masken, Muster, Farbe,  Corona-Zeiten Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort