Changer d'édition

L'opposition cherche la cohérence dans les mesures
Luxembourg 4 min. 06.01.2021 Cet article est archivé

L'opposition cherche la cohérence dans les mesures

En octobre, les chiffres des infections étaient équivalents à ceux d'aujourd'hui, mais le gouvernement n'avait alors pas jugé utile de fermer les bars et restaurants.

L'opposition cherche la cohérence dans les mesures

En octobre, les chiffres des infections étaient équivalents à ceux d'aujourd'hui, mais le gouvernement n'avait alors pas jugé utile de fermer les bars et restaurants.
Photo: John Schmit
Luxembourg 4 min. 06.01.2021 Cet article est archivé

L'opposition cherche la cohérence dans les mesures

La levée partielle du confinement au Luxembourg laisse perplexes les partis d'opposition. Les annonces de mardi suscitent ainsi plus d'interrogations que de satisfactions.

(pj avec Dany SCHUMACHER) - Fallait-il se contenter d'une dizaine de jours de confinement partiel? Mardi, le gouvernement a répondu que cela suffisait effectivement. Appuyant l'annonce des nouvelles mesures covid applicables dès le 11 janvier et jusqu'à la fin du mois sur la «bonne tendance» prise par les indicateurs sanitaires. Le député CSV Claude Wiseler estime, lui, que cette volte-face est trop précoce.


Lokales, Luxembourg geht in den Lockdown II, Coronavirus, Covid-19, Grand Rue, Luxembourg Ville. Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Aider l'économie à se relever» reste la priorité
Si le gouvernement ne manque pas de projets pour la nouvelle année, 2021 restera inévitablement marquée par le covid-19. Pour le Premier ministre, la crise sanitaire se trouvera donc toujours au cœur des décisions gouvernementales.

Aussi, le porte-parole du principal parti d'opposition pour les questions de santé craint que les succès de ces dernières semaines ne soient à nouveau annulés. «J'ai peur que le gouvernement n'aille trop loin avec l'assouplissement actuel», confie Claude Wiseler. Le parlementaire estimant que nul ne peut tirer de conclusions sur le ralentissement constaté de l'épidémie au Luxembourg. Certes les infections baissent, les hôpitaux semblent moins soumis à la prise en charge de malades covid mais n'y aura-t-il pas une reprise virale maintenant que les fêtes (et les réunions familiales qui vont avec) sont passées et que le retour des vacances à l'étranger pourrait révéler de nouveaux cas?

Et le député CSV n'est pas le seul à redouter qu'un assouplissement du confinement ne soit un choix à haut risque. Un récent rapport de la direction de la Santé avait ainsi invité le gouvernement à ne pas précipiter la réouverture des commerces, l'enseignement en présentiel ou la reprise des activités sportives et culturelles. Xavier Bettel et Paulette Lenert ont confirmé avoir connaissance du document, mais ont opté pour une autre voie. 

Et puis, est-ce raisonnable de faire montre de moins de fermeté avec l'apparition de cette variante britannique du virus dont l'évolution reste bien incertaine? Un doute que le parti chrétien-social souligne à l'heure où la campagne de vaccination a -certes- démarré, mais pas forcément avec un nombre de bénéficiaires conséquent. 

Des règles qui ne sont pas comprises ne sont pas respectées

Sven Clement (député Pirate)

Après le point presse du Premier ministre et de la ministre de la Santé, Sven Clement (Pirate) se satisfait d'abord que sports et culture retrouvent une certaine normalité. Tout comme la réouverture de l'ensemble des commerces, et plus seulement des magasins dits «essentiels» est un bon point. «D'autant que des règles enfin claires et strictes sur le nombre de clients autorisés» sont désormais généralisées : un acheteur pour 10 m2.

Mais face à la multiplication des changements rapides des règles imposées à la société, le député craint que la population n'attrape le tournis. «Les gens ne comprennent plus forcément les règles. Et des règles qui ne sont pas comprises ne sont pas respectées», relève l'élu.


Geschlossene Lokale in der Hauptstadt.Ghost City. Leere Kneipen.Luxemburg-Stadt. Corona,Covid-19.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«L'Horeca sert encore une fois de bouc émissaire»
En décidant de faire rouvrir les commerces et pas les bars et restaurants, le gouvernement se met à dos un secteur déjà affaibli par une activité en dents de scie depuis des mois. En cause notamment les formulations employées par la ministre de la Santé, jugées «inadmissibles»

Pour Déi Lénk, Marc Baum veut surtout retenir que le texte sur lequel la Chambre des députés va travailler cette semaine ne propose toujours rien sur la protection des salariés du secteur du commerce. Certes l'ensemble des boutiques et autres salons de soins à la personne peuvent reprendre, mais dans ces domaines d'activités comme dans le reste des secteurs économiques, l'élu regrette que la loi ne contienne pas plus d'exigences sur la sécurité sanitaire que l'employeur doit fournir à ses employés.

Côté ADR, c'est surtout le blocus prolongé pour cafés et restaurants qui passe mal. Après avoir espéré une reprise pour le 15 janvier, les exploitants ont appris qu'il n'en serait rien au moins jusqu'au 31 janvier. Un coup dur pour la profession que dénonce l'opposition. Et Marc Baum de glisser une dernière pique. Car si les chiffres sur lesquels s'appuie le gouvernement aujourd'hui sont les mêmes qu'en octobre, à l'époque, les ministres avaient jugé inutile l'arrêt de l'Horeca. «C'est donc un aveu que la décision de l'automne était erronée», tacle le membre de la commission Santé.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En date du 4 janvier, un rapport des services du ministère de la Santé préconisait de «renforcer les mesures afin d'éviter une nouvelle vague d'infections début 2021». Le gouvernement a décidé de ne pas suivre ces recommandations. Un choix assumé.
Healthcare workers gather the the nurses station in the intensive care unit of the Rafic Hariri University Hospital in the Lebanese capital Beirut, on January 5, 2021. - With 192,000 reported cases and almost 1,500 deaths, Lebanon is not among the world's worst hit countries, but its infrastructure is crumbling and a small surge in infections is enough to take its health sector to breaking point. (Photo by JOSEPH EID / AFP)
Pour le président de la Fedil, la pandémie n'a finalement fait qu'accélérer les restructurations. Mais si pour René Winkin, l'horeca et le commerce de détail seront touchés de plein fouet, l'industrie ne devrait pas non plus échapper au phénomène. Explications.
4.3. Wi / PK Fedil nach GV /  Rene Winkin Foto:Guy Jallay
Depuis mars, les échanges entre médecins et patients ne se font plus seulement en présentiel. Question santé aussi, le "à distance" a pris une nouvelle dimension depuis le début de l'épidémie covid.
Close up of a mother consulting with her doctor with her baby in the lap