Changer d'édition

«L'open space doit être repensé»
Luxembourg 11 3 min. 29.05.2020

«L'open space doit être repensé»

Les nouveaux espaces de travail pourraient davantage se présenter sous forme d'alcôves.

«L'open space doit être repensé»

Les nouveaux espaces de travail pourraient davantage se présenter sous forme d'alcôves.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 11 3 min. 29.05.2020

«L'open space doit être repensé»

En raison des mesures d’hygiène et des distanciations sociales imposées, les vastes bureaux ouverts seront-ils la prochaine victime du covid-19? Rien n’est moins sûr selon Pierre Hurt, le directeur de l’Ordre des architectes et des ingénieurs-conseils (OAI). Mais, selon lui, remodeler ces espaces s'impose.

Des bureaux dans un vaste espace ouvert, privé de cloisons, et des salariés nomades qui se posent avec leur ordinateur selon les places laissées vacantes. Les entreprises qui recourent à ce procédé sont nombreuses, mais la pandémie de covid-19 et les restrictions imposées par la distanciation sociale pourraient bien sonner l'heure de la transformation de ces open spaces. Pour Pierre Hurt, «ces espaces de travail doivent être repensés». Le directeur de l'Ordre des architectes et des ingénieurs-conseils (OAI) nous apporte son expertise. 

Propos recueillis par Didier Hiégel

En quoi la crise sanitaire que nous vivons actuellement va-t-elle changer la perception que nous avons de notre espace de travail et notamment des open spaces?

Pierre Hurt: «D'abord, je voudrais rappeler que Luxembourg se veut actuellement un laboratoire de la construction qu'on appelle de ce joli nom de "résiliente", c'est-à-dire circulaire et socialement responsable. Nous sommes en train de bâtir un certain savoir avec les caractéristiques du pays, une petite superficie mais un grand nombre de personnes qui y travaillent. C'est un excellent terreau de réflexion. 

Par rapport à cette crise, on peut très bien imaginer que ces grands espaces ouverts vont persister au sein des entreprises, mais, et c'est mon avis, nous allons plutôt aller vers un système de boxes multifonctionnels, qui permettent, d'une certaine manière, d'être quelque peu isolé car il nous faut trouver des solutions au niveau sanitaire. Un compromis intelligent serait d'avoir des alcôves, comme dans une ruche. Ces dernières seraient limitées à une ou deux personnes. 

Le tout ou rien, c'est-à-dire espaces complètement ouverts ou petits bureaux cloisonnés, n'existera plus. Et ce d'autant plus lorsqu'on prétend appartenir à une économie circulaire. Ces nouveaux lieux de travail se doivent donc d'être longtemps utilisables et réutilisables, sans de grands travaux, avec une utilisation par le personnel qui peut évoluer ou changer de forme. En définitive, un nomade à travers le bureau, mais qui disposerait d'espaces réservés qui peuvent aussi être partagés.

Se pose alors la question des mesures d'hygiène et de l'éventuelle désinfection des locaux après utilisation?

«N'oublions pas que nous ne sommes qu'au tout début de cette crise. Qu'en sera-t-il dans cinq ou six mois? Ne faisons pas l'erreur de surréagir et laissons-nous le temps de bien examiner tous les paramètres. D'autre part, des évolutions technologiques vont nous permettre de bien passer ce cap. Je pense notamment à tous ces nouveaux systèmes d'aération qui viendront en complément des gestes barrières pour renforcer les mesures sanitaires.

Et pour ce qui est de la distanciation sociale à l'ordre du jour?

«Faisons preuve de créativité car je ne suis pas pour enfermer les gens dans des cases. L'utilisation du verre, ou du plexiglas, clair ou semi-opaque, qui permettrait quand même la communication avec ses collègues, peut être une piste. Voilà justement l'exemple du travail intellectuel et la créativité dont doit faire preuve un architecte d'intérieur. Avec toujours ce que j'estime primordial: la présence de la lumière et l'absence de bruit. La lutte contre le bruit, et tous les médecins le confirment, demeure un impératif de santé.


immo location
shutterstock
«Il faut réfléchir à des logements modulables»
Si les ouvriers ont pu retrouver leurs chantiers depuis le 20 avril dernier, des centaines de milliers de personnes restent contraintes de travailler à domicile. Un nouveau défi qui pousse les architectes à repenser l'habitat.

La crise sanitaire a aussi révélé l'importance du télétravail. Comment appréhendez-vous cette idée en rapport avec les espaces de travail que vous préconisez?

«De nombreux membres de l'Ordre des architectes étaient déjà préparés au télétravail. Nous maîtrisons donc bien cet élément. Du moins pour ce qui est de l'ordre de la conception. Trouver un mix intelligent apparaît là aussi comme un autre défi intellectuel, selon les besoins de l'entreprise et des employés. Trouver un concept pour allier les deux sera même, de mon point de vue, une nécessité car le risque du télétravail est de couper les personnes de leurs liens sociaux ou bien d'établir une hyperconnexion avec son travail. En définitive, le maître-mot reste la flexibilité, à ce propos, nous sommes d'ailleurs prêts à échanger toutes les idées

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le commerce en overdose de télétravail
Le recours au télétravail a permis de contenir l'épidémie de covid au Luxembourg. Mais l'éloignement persistant de milliers de salariés pénalise durement des commerçants et restaurateurs pour qui l'absence physique de clients devient un virus fatal.
Le télétravail a sauvé des vies
Ce n'est pas un nouvel appel pour contrer le virus mais un constat. Le travail à domicile a fortement prémuni la santé des salariés luxembourgeois jusqu'ici, indique la directrice du LISER. Alors même que le télétravail a explosé, constate le Statec.
Présentation de la nouvelle directrice générale du LISER,Aline Muller. Foto:Gerry Huberty
«Il faut réfléchir à des logements modulables»
Si les ouvriers ont pu retrouver leurs chantiers depuis le 20 avril dernier, des centaines de milliers de personnes restent contraintes de travailler à domicile. Un nouveau défi qui pousse les architectes à repenser l'habitat.
immo location
shutterstock
La Place en télétravail jusqu'au 25 mai «au moins»
Une grande majorité des salariés du secteur-clef de l'économie luxembourgeoise continueront à travailler depuis chez eux jusqu'à la date prévue de réouverture des crèches préconise la CSSF. Syndicats et patronat ne veulent surtout pas de déconfinement précipité.
Illu - Finanzplatz - Place financiere - Luxembourg - Photo : Pierre Matge
Le «coworking» face aux problèmes de mobilité
Face à l'afflux de frontaliers français au Luxembourg, un nouveau centre dédié au télétravail vient d'ouvrir ses portes du côté de l'agglomération de Thionville. Une solution toute trouvée pour limiter les embouteillages? Pas si sûr.