Changer d'édition

L'OMS s'attend à des «niveaux élevés» de Covid-19 cet été
Luxembourg 2 min. 30.06.2022
En Europe

L'OMS s'attend à des «niveaux élevés» de Covid-19 cet été

Tiré par le sous-variant Omicron BA.5, le nombre de cas dans la cinquantaine de pays de la zone de l'OMS Europe s'est rapproché cette semaine des 500.000 quotidiens, alors qu'il était autour de 150.000 par jour fin mai.
En Europe

L'OMS s'attend à des «niveaux élevés» de Covid-19 cet été

Tiré par le sous-variant Omicron BA.5, le nombre de cas dans la cinquantaine de pays de la zone de l'OMS Europe s'est rapproché cette semaine des 500.000 quotidiens, alors qu'il était autour de 150.000 par jour fin mai.
Photo: dpa
Luxembourg 2 min. 30.06.2022
En Europe

L'OMS s'attend à des «niveaux élevés» de Covid-19 cet été

Après avoir avoisiné les 4.000 à 5.000 décès par jour pendant une bonne partie de l'hiver, le nombre de morts reste lui actuellement à un niveau bas d'environ 500, soit son niveau de l'été 2020.

(AFP) - L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré jeudi à l'AFP s'attendre à «des niveaux élevés» de Covid-19 cet été en Europe et appelé à surveiller le virus de près après un triplement des cas quotidiens depuis un mois. Les chiffres s'emballent également au Luxembourg depuis quelques semaines.


Presque toutes les restrictions liées au covid tombent
Fini la 3G dans les hôpitaux et les maisons de soins, même si les masques restent obligatoires. Des avertissements existent néanmoins.

«Comme les pays à travers l'Europe ont levé les mesures sociales qui étaient en place, le virus va circuler à des niveaux élevés au cours de l'été», a affirmé le directeur pour l'Europe de l'organisation de l'ONU, Hans Kluge. «Le virus ne va pas disparaître juste parce que des pays arrêtent de le surveiller. Il continue à contaminer, il continue à changer et il tue toujours», a-t-il souligné dans une déclaration écrite à l'AFP.

Tiré par le sous-variant Omicron BA.5, le nombre de cas dans la cinquantaine de pays de la zone de l'OMS Europe s'est rapproché cette semaine des 500.000 quotidiens, alors qu'il était autour de 150.000 par jour fin mai, selon les données publiques de l'organisation.

Le niveau des décès reste bas

Après avoir avoisiné les 4.000 à 5.000 décès par jour pendant une bonne partie de l'hiver, le nombre de morts reste lui actuellement à un niveau bas d'environ 500, soit son niveau de l'été 2020. La quasi-totalité des pays européens affichent des cas en hausse, avec le Portugal, le Luxembourg, la France, la Grèce, Chypre, l'Allemagne et l'Autriche actuellement dans le peloton de tête de la plus forte incidence.


Le port du masque reste obligatoire lors d'une visite à l'hôpital.
La ministre de la Santé demande de remettre le masque
La ministre française de la Santé, Brigitte Bourguignon, a fait cette recommandation lundi, tandis que ce mardi la Première ministre Elisabeth Borne réunit les préfets et directeurs d'agences régionales de santé pour évoquer la situation sanitaire.

«Nous espérons que les importants programmes de vaccination que la plupart des Etats membres ont mis en place, de même que les infections passées, signifieront que nous allons éviter les conséquences les plus graves que nous avons observées plus tôt dans la pandémie», a dit M. Kluge. «Néanmoins, nos recommandations restent en place», a-t-il souligné.

L'OMS appelle les Européens à continuer à s'isoler en cas de symptômes respiratoires, à vérifier que leur vaccination est à jour et à porter un masque dans les endroits fréquentés. «Nous devons continuer à traquer le virus parce que ne pas le faire nous rend de plus en plus aveugles aux modes de transmission et à (son) évolution», a souligné le directeur de l'OMS Europe.

M. Kluge a également appelé les Etats membres à augmenter encore leur niveau de vaccination. «Une haute immunité dans la population et les choix faits pour réduire le risque pour les personnes âgées seront les clés pour empêcher une mortalité supplémentaire cet été», a-t-il dit.


Sur le même sujet

Grâce notamment à la vaccination, les pays dits développés voient le nombre de nouvelles infections diminuer au mois de mai, selon une étude du Statec publiée mercredi. En revanche, la tendance s'inverse dans des Etats comme l'Inde ou le Brésil.
L'organisme basé à Genève a appelé jeudi les pays d'Europe à prendre davantage de mesures face à «une situation alarmante» en raison de la circulation d'une nouvelle variante plus contagieuse du coronavirus. A l'opposé des dernières décisions du Luxembourg.
A pedestrian wearing a face mask or covering due to the COVID-19 pandemic, walks past a shop, temporarily closed down due to current coronavirus restrictions, in Shrewsbury, western England on January 6, 2021, on the second day of Britain's national lockdown to combat the spread of COVID-19. - England went back into full lockdown as Europe battled Wednesday to stem a rising tide of coronavirus cases, and the United States logged its worst daily death toll of the pandemic. (Photo by Paul ELLIS / AFP)
Alors qu'un sommet européen axé sur la vaccination a lieu ce jeudi à Bruxelles, le commissaire chargé de la santé, Vytenis Andriukaitis, souhaiterait imposer les vaccins, notamment face à la rougeole, dans tous les pays concernés.
ARCHIV - 28.08.2019, Niedersachsen, Hannover: Eine Spritze mit dem Impfstoff Priorix (Lebendvirusimpfstoff gegen Masern, Mumps und Röteln) liegt in einer Arztpraxis. Seit Jahresbeginn sind 85 Frauen, Männer und Kinder in Niedersachsen an Masern erkrankt. Foto: Julian Stratenschulte/dpa +++ dpa-Bildfunk +++