Changer d'édition

L'OGBL tremble pour le financement de la recherche
Luxembourg 2 min. 03.05.2021

L'OGBL tremble pour le financement de la recherche

Le syndicat accuse le ministère de la Recherche de favoriser certains domaines aux dépens d'autres.

L'OGBL tremble pour le financement de la recherche

Le syndicat accuse le ministère de la Recherche de favoriser certains domaines aux dépens d'autres.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 2 min. 03.05.2021

L'OGBL tremble pour le financement de la recherche

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Selon le syndicat, le ministère de tutelle envisagerait de geler les dotations budgétaires de l'Uni et des centres de recherche publics. Une décision qui pourrait mettre à mal certains départements, voire annihiler certaines études.

Le redressement progressif des finances de l'Etat n'a pas échappé au syndicat OGBL. Estimant que la situation financière de l'Etat était «moins mauvaise qu'attendu», la branche Education et Sciences du syndicat reproche maintenant au ministère de la Recherche de vouloir «geler sa dotation budgétaire» à l'Université de Luxembourg et aux trois centres de recherche du pays. Une disposition abordée au cours des négociations entre l'Etat et les établissements de l'enseignement supérieur au sujet du prochain plan quadriennal (2022-2025).

Ainsi, l'Uni, le Luxembourg Institute of Health (LIH), le Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER) et le Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) se verraient attribuer les mêmes subventions qu'en 2021 l'an prochain. A savoir entre 14 et 51 millions d'euros. 

«Ce gel pourrait même se poursuivre au-delà de 2023», s'inquiète l'OGBL. «On le sait, certains domaines seront privilégiés aux dépens d'autres», souligne Frédéric Krier, membre du bureau exécutif de l'OGBL. 


Ministere des Finances - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Des finances «sur la voie du redressement»
Présent lundi en commission des Finances et du Budget, le ministre des Finances assure que les caisses de l'Etat se remplissent à nouveau en lien notamment avec le recul du chômage. A noter toutefois que le télétravail impacte négativement les recettes, avec une baisse des ventes de carburant.

L'Etat a déjà montré publiquement son intérêt pour la recherche spatiale, l'intelligence artificielle ou la lutte contre le covid, mais «d'autres départements risquent de perdre des effectifs ou de devoir ralentir leur programme de recherche», affirme Frédéric Krier. 

Pourtant en février dernier, lors d'une entrevue entre les représentants de l'OGBL et le ministre de tutelle Claude Meisch (DP) , ce dernier aurait assuré que l'investissement dans l'Enseignement supérieur et la Recherche resterait «une priorité pour le gouvernement». Conscient à l'époque de l'état des finances publiques dans un contexte de crise sanitaire, le ministre aurait alors certifié que «toute baisse de dotation budgétaire» serait évitée. Dans les faits, la promesse semble tenue puisqu'un gel signifie que les dotations resteront égales, sans être réduites.


Artificial intelligence
Bientôt un Master of data science à l'Uni
L'Université de Luxembourg va ajouter, dès septembre 2021, une nouvelle formation à la cinquantaine de masters déjà proposés. De quoi former les futurs spécialistes en intelligence artificielle, gestion de données et autre cloud computing.

Mais aux yeux de l'OGBL le ministère n'a pas respecté son engagement car la mesure «ne prend même pas en compte l'évolution des salaires», prévue dans les conventions collectives de travail. Autrement dit, 2.200 salariés pourraient voir leur rémunération gelée, au même titre que leurs subventions de recherche. «D'autant que le gouvernement s'était engagé à une politique d'investissements continus sur la Recherche», souligne Frédéric Krier. 

Sollicité, le ministère de la Recherche n'a pas encore commenté la revendication syndicale. Les discussions autour du plan quadriennal, elles, sont toujours en cours.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'intelligence artificielle doit faciliter le quotidien
Présentant les résultats de la consultation publique sur l'I.A, le Liser révèle que 70% des personnes interrogées y voient un intérêt dans la vie de tous les jours, notamment dans les domaines de la sécurité et de la mobilité.
Wi , Alzingen , Stugalux , Roboter bei der Vermessung im Einsatz , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Des finances «sur la voie du redressement»
Présent lundi en commission des Finances et du Budget, le ministre des Finances assure que les caisses de l'Etat se remplissent à nouveau en lien notamment avec le recul du chômage. A noter toutefois que le télétravail impacte négativement les recettes, avec une baisse des ventes de carburant.
Ministere des Finances - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le covid booste l'innovation des entreprises
En 2020, face à la crise sanitaire, le gouvernement a mis en place deux aides à l'investissement et la recherche. Des fonds qui ont surtout bénéficié aux PME dans leur démarche de numérisation.
Bientôt un Master of data science à l'Uni
L'Université de Luxembourg va ajouter, dès septembre 2021, une nouvelle formation à la cinquantaine de masters déjà proposés. De quoi former les futurs spécialistes en intelligence artificielle, gestion de données et autre cloud computing.
Artificial intelligence
Plus que deux ans avant de rouler sur la Lune
Avant d'expédier deux astronautes sur l'unique satellite naturel de la Terre, la NASA y enverra en 2023 un robot en mission de reconnaissance. Et c'est à Luxembourg que l'équipe d'Ispace conçoit ce rover aussi léger qu'intelligent.