Changer d'édition

L'OGBL demande 25% de télétravail pour tous
Luxembourg 2 min. 19.10.2020

L'OGBL demande 25% de télétravail pour tous

Selon l'OGBL, l'accord passé avec l'Allemagne «exclut les travailleurs frontaliers dont le contrat de travail prévoit déjà le télétravail».

L'OGBL demande 25% de télétravail pour tous

Selon l'OGBL, l'accord passé avec l'Allemagne «exclut les travailleurs frontaliers dont le contrat de travail prévoit déjà le télétravail».
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 19.10.2020

L'OGBL demande 25% de télétravail pour tous

Alors qu'un accord entre les autorités luxembourgeoises et allemandes fait état d'une prolongation du travail à domicile jusqu'au 31 décembre, le syndicat luxembourgeois soulève un problème. Tous les salariés ne seraient «pas traités de manière équitable».

(DH) - Tous les travailleurs frontaliers sont désormais fixés. Qu'ils fassent la navette depuis la France, la Belgique et l'Allemagne, tous pourront travailler depuis chez eux jusqu'au 31 décembre, tout en restant imposables au Luxembourg. Mais tous ne seraient pas traités sur un même pied d'égalité, selon l'OGBL. Le premier syndicat du pays, fort de 70.000 militants, dénonce des disparités de traitement du côté allemand et invite le ministère des Finances à autoriser l'ensemble les frontaliers à prester 25% du temps de travail depuis leur domicile.

Selon l'OGBL, l'accord conclu entre le Luxembourg et la république fédérale «exclut les travailleurs frontaliers dont le contrat de travail prévoit déjà le télétravail». En clair, ces salariés seront imposés par l'Allemagne s’ils dépassent le seuil de 19 jours de télétravail durant l'année 2020.


«Le télétravail doit rester une option»
Le Conseil économique et social a livré mardi son avis sur le statut à accorder à l'avenir au travail à domicile. Pour les experts du CES, «un règlement doit accompagner ce mouvement de manière constructive pour les salariés concernés».

«Pourquoi une telle différence de traitement?», se demande l'OGBL. «Les frontaliers allemands qui pratiquaient déjà le télétravail avant le 11 mars sont-ils vaccinés contre le covid-19?» De l'avis du syndicat, «cette clause va à l'encontre de toutes les mesures sanitaires préconisées par les deux Etats. «Elle pousse même les dits salariés à s'exposer, et à exposer leurs collègues de travail à la maladie.»

En conséquence, l'OGBL demande à Pierre Gramegna, le ministre des Finances, de revoir cet accord «pour que tous les salariés frontaliers allemands bénéficient de la suspension du seuil de 19 jours à partir du 11 mars, et ce, jusqu'à la fin de la pandémie».

Par ailleurs, et en écho à une revendication déjà énoncée depuis 2015, l'OGBL demande également à Pierre Gramegna, «de mettre tout en œuvre pour que tous les salariés frontaliers se voient autorisés à prester 25% du temps de travail depuis leur domicile». «Ceci dans un souci d'équité fiscale entre les salariés dans les entreprises luxembourgeoises et en respect du règlement européen qui coordonne la sécurité sociale».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Luxembourg avance à contre-courant
Si de nouvelles mesures restrictives ont été mises en place en Allemagne, en Belgique ou en France, le gouvernement fait le choix de ne pas imposer de nouvelles règles à la population. Mais émet tout de même une série de «recommandations».
Des télétravailleurs plus nombreux, plus soucieux
45% des salariés qui ont dû travailler à la maison plutôt qu'au bureau ont rencontré des difficultés. Des doléances relevées par le Statec qui pourraient refréner la volonté de passer à plus de home-office.
Foto beautiful-woman-working-on-laptop-450w-1304969941
La convention sur le télétravail remise à jour
Les partenaires sociaux ont planché sur la révision des textes organisant les modalités du travail à distance. Et vendredi, un accord est en passe d'être conclu, actualisant le dispositif auquel le Luxembourg a largement eu recours durant la crise covid.
bearded business man reading on mobile in home office
Le télétravail ne doit pas empêcher de rester actif
Depuis la pandémie sanitaire et la mise en place du travail à domicile, les comportements sédentaires des résidents et frontaliers augmentent. Avec pour conséquences, alertent les médecins, des risques pour leur santé.
Illustration Arbeiten von Zuhause aus, Telearbeit, Télétravail, Coronavirus, Covid-19, Homeoffice, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
«Le télétravail doit rester une option»
Le Conseil économique et social a livré mardi son avis sur le statut à accorder à l'avenir au travail à domicile. Pour les experts du CES, «un règlement doit accompagner ce mouvement de manière constructive pour les salariés concernés».
L'accord sur le télétravail prolongé côté belge
A défaut de recevoir la Première ministre belge mercredi (visite annulée), le Luxembourg a reçu confirmation de Bruxelles que le gouvernement belge renouvelait l'accord sur le home-working jusqu'au 31 décembre. A la France de suivre maintenant, l'Allemagne poursuivant elle aussi le dispositif.
«Les feux sont au vert pour le télétravail des frontaliers»
Le ministre du Travail est confiant : les pourparlers entre le Luxembourg et les Etats voisins sur la prolongation de dérogation fiscale des télétravailleurs au-delà du 31 août avancent bien. Au-delà, Dan Kersch explique sa vision sur le juste encadrement du home-office.
ITW Dan Kersch, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
«Le télétravail doit se faire sur une base volontaire»
Le Conseil économique et social planche actuellement sur la thématique du travail à distance. Pour son président, Jean-Jacques Rommes, «la réglementation rigide doit être simplifiée» mais la question reste «extrêmement complexe», en particulier concernant les frontaliers.