Changer d'édition

L'OGBL craint l'endormissement du gouvernement
Luxembourg 2 min. 29.09.2021
Social

L'OGBL craint l'endormissement du gouvernement

Pour la présidente Nora Back, à mi-mandat, l'heure n'est pas à l'attentisme mais encore aux réformes.
Social

L'OGBL craint l'endormissement du gouvernement

Pour la présidente Nora Back, à mi-mandat, l'heure n'est pas à l'attentisme mais encore aux réformes.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 29.09.2021
Social

L'OGBL craint l'endormissement du gouvernement

Le syndicat entend secouer Xavier Bettel et ses ministres pour qu'ils n'entrent pas dans une phase de léthargie. De nouvelles réformes doivent être mises en oeuvre, selon la présidente Nora Back, et cela bien avant les élections de 2023.

(pj avec Danielle SCHUMACHER) D'accord, la gestion de l'inattendue crise covid est venue perturber les plans du gouvernement. Mais maintenant que le bout du tunnel semble approcher, l'OGBL redoute que le Premier ministre et son entourage n'aient pris goût à la «position d'attente». Le syndicat s'en est ouvert à l'occasion de son congrès national de rentrée. Et d'exhorter le gouvernement à avancer de nouvelles propositions.


Arbeitsplatz
Le droit du travail s'apprête à être dépoussiéré
En plus des grandes lignes du projet de loi autour de la lutte contre le harcèlement au sein de l'entreprise, Dan Kersch a également indiqué mercredi que le droit à la déconnexion devra être présent dans toutes les conventions collectives.

Car si les revendications de l'OGBL n'ont guère changé ces derniers mois, le climat politique lui a bougé. Comme si les partis n'avaient plus que les législatives de 2023 en tête. LSAP d'abord, CSV ensuite et ainsi de suite. Aussi, à mi-mandat, la présidente du syndicat donne-t-elle de la voix pour rappeler que mi-mandat «ne signifie pas que la législature est déjà terminée (...) Le gouvernement ne doit pas tomber dans un sommeil profond maintenant».

Du dialogue social, voilà ce que réclame donc en priorité l'OGBL. La demande de tripartite reste ainsi sur la table. Et cela même si, en amont de son prochain discours sur l'état de la Nation, Xavier Bettel (DP) a tenu à réunir les organisations syndicales, cette seule rencontre n'a pas fait avancer les choses. «Nous avons pu présenter nos positions. Cependant, il n'y avait pas d'engagements concrets », résume celle qui a pris la succession d'André Roeltgen depuis un an et demi maintenant. 

«C'est le moment !»  

Oui, aux yeux de l'OGBL, il faut encore que patronat, syndicats et gouvernement se retrouvent pour évoquer les orientations du budget 2022. Le Premier ministre a assuré vouloir rassembler tout le monde avant la fin de l'année, ce serait mieux de le faire avant de fixer le cap... Et Nora Back d'interpeller par avance : «Il ne faut surtout pas qu'une politique d'austérité ne revienne, comme ce fut le cas après la crise financière et économique de 2008». 


Les devoirs de rentrée du «patron des patrons»
Neuf mois que Michel Reckinger est à la tête de l'Union des entreprises. Mais en ce mois de septembre, le représentant des entrepreneurs entend recentrer le débat sur la reprise plutôt que d'évoquer la crise encore et encore.

Il faut aussi résoudre «beaucoup d'injustices» qui ne cessent de grandir au Grand-Duché. Des sujets que la nouvelle campagne du syndicat (sous le slogan «C'est le moment !») pointe. Il s'agit des questions liées au pouvoir d'achat et aux salaires, à la sécurité de l'emploi, la protection des chômeurs, la pénurie de logements, la politique fiscale (appliquée aux résidents comme aux frontaliers), la conciliation travail-vie privée ou le dossier de l'avenir du système de sécurité sociale. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Conformément à sa stratégie d'allègement progressif du soutien aux entreprises touchées par la crise du covid-19, le ministère des Classes moyennes annonce mardi mettre fin au 30 septembre à la mesure vouée à compenser la hausse du salaire social minimum.
Ein Kellner in einer medizinischen Schutzmaske serviert den Tisch im Restaurant
Alors que le CSV espérait réévaluer ces aides de façon rétroactive et les augmenter dès le troisième enfant, la commission de la Famille a écarté ces propositions. Ce qui risque de pénaliser «les plus démunis» selon Marc Spautz, auteur de la proposition.
La pandémie a provoqué un autre changement que le télétravail sur le marché de l'emploi : les recruteurs signent plus facilement des contrats intérimaires que des CDI, selon le ministère du Travail. De quoi peser sur la précarité.
Le syndicat a formulé cinq axes d'actions pour le maintien des emplois, du pouvoir d'achat ou une réforme de la fiscalité notamment. Le comité national réclame une nouvelle réunion d'urgence des partenaires sociaux.
Politik, Pressekonferenz OGBL Nationalcomité, Nora Back, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
OGBL, LCGB et CGFP craignent que le dialogue social ne fasse les frais de la crise du covid-19. Et même si, mercredi, ils rencontrent le Premier ministre, c'est bien un comité à trois (gouvernement, syndicats, patronat) qu'ils ont à nouveau réclamé lundi matin.