Changer d'édition

L'obligation vaccinale «mérite d'être considérée»
Luxembourg 3 min. 10.12.2021
Pandémie au Luxembourg

L'obligation vaccinale «mérite d'être considérée»

Pour la Commission nationale d'éthique, la couverture vaccinale actuelle du Luxembourg n'est pas suffisante.
Pandémie au Luxembourg

L'obligation vaccinale «mérite d'être considérée»

Pour la Commission nationale d'éthique, la couverture vaccinale actuelle du Luxembourg n'est pas suffisante.
Photo : AFP
Luxembourg 3 min. 10.12.2021
Pandémie au Luxembourg

L'obligation vaccinale «mérite d'être considérée»

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Pour la Commission nationale d'éthique, la vaccination contre le covid est «incontournable». Si l'organe avait précédemment émis des réserves à l'égard de l'obligation vaccinale, il revient sur sa décision.

Passer de l'incitation à l'obligation, c'est la position qu'adopte désormais la Commission nationale d'éthique (CNE). Alors que la quatrième vague déferle sur le Grand-Duché, l'institution a revu son avis sur la vaccination obligatoire. Une option exclue «trop tôt» par l'exécutif, estime l'organe. A la reprise épidémique, s'est ajoutée l'apparition du nouveau variant Omicron, qui a forcé le CNE à revoir son positionnement.


A woman receives a dose of the Moderna Covid-19 vaccine at Babington Hospital in Belper on December 16, 2021 as the UK steps up the country's booster drive to fight a "tidal wave" of Omicron. - Britain recorded 78,610 coronavirus cases in laboratories yesterday, the highest daily total since the pandemic hit last year, as the country nervously awaits further evidence of the variant's severity and impact. (Photo by Oli SCARFF / AFP)
Un million de vaccins anti-covid ont été injectés
A onze jours de son premier anniversaire, la campagne de vaccination anti-covid luxembourgeoise a franchi le cap du million de doses administrées. Tandis qu'à l'hôpital, les admissions en soins intensifs se stabilisent.

Si la situation hospitalière reste sous contrôle, l'institution alerte ainsi sur «l'augmentation rapide du nombre de patients», aussi bien en soins intensifs qu'en soins ordinaires. Une pression qui pourrait être évitée, grâce à la vaccination. Dans un avis publié le 8 décembre, le CNE indique ainsi que «la vaccination du plus grand nombre est l'allié le plus approprié dans la lutte pour le maintien de la santé publique et, étant actuellement sans alternative, elle est ainsi incontournable».

Pour motiver ce positionnement, l'institution dresse une longue liste. Dans cette dernière sont notamment cités «la situation dans les pays voisins», le «risque récurrent de voir les unités de soins intensifs et les salles d'opération bloquées», ou encore «le stress supplémentaire permanent» auquel est soumis le personnel soignant. Autant de raisons qui poussent la majorité des membres du CNE à s'exprimer en faveur de l'obligation vaccinale.

Cette marche forcée vers le vaccin anti-covid peut cependant s'effectuer de manière passive, mentionne l'institution. Ainsi, la mise en place de mesures de discrimination positive en faveur des personnes vaccinées et guéries est «parfaitement envisageable», estime le CNE. Les restrictions qui pèsent sur les personnes non vaccinées étant, pour le moment, l'une des formes que pourrait prendre cette formule.


«Ceci n'est pas qu'une épidémie de non-vaccinés»
A l'heure où les opposants à la vaccination se font de plus en plus visibles, le directeur de la Santé livre sa vision de la situation, marquée notamment par l'apparition du variant Omicron. Une souche qui pourrait amener à revoir le seuil d'immunité collective.

Si la situation venait à se dégrader, ou du moins à ne pas s'améliorer, le CNE indique également que la mise en place d'une obligation active, ou directe, est «une option méritant d’être considérée». Pour que ce choix soit considéré, l'organe souligne cependant que chaque personne devra avoir «pu choisir individuellement de se faire vacciner avant l'entrée en vigueur d'une telle mesure».

A l'instar du Conseil d'Etat, la Commission nationale d'éthique se positionne donc en accord avec les nouvelles restrictions sanitaires, comme l'extension du dispositif CovidCheck, annoncées le 29 novembre dernier. Ces mesures «devront être mises en œuvre, et ce même au prix d'augmenter la pression sur les personnes qui n'ont pas encore été vaccinées», indiquent les membres de l'institution.

Dans sa note, le CNE mentionne également la vaccination des enfants. Ouverte aux 5 à 11 ans vulnérables à partir du 14 décembre, cette mesure ne fait pas l'office d'un avis tranché au sein des membres de la Commission. Si plusieurs arguments, comme la diminution de la propagation du virus, penchent en la faveur de la vaccination des enfants, le CNE estime qu'il revient avant tout aux majeurs «de prendre conscience de leur devoir et de se comporter de façon responsable aux fins de protéger les enfants».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Certains se servent de l'information pour douter des bienfaits de la vaccination anti-covid : même des personnes au schéma vaccinal complet se retrouvent contaminées et hospitalisées. Mais il faut se méfier de l'évidence des chiffres.
A l'heure où les opposants à la vaccination se font de plus en plus visibles, le directeur de la Santé livre sa vision de la situation, marquée notamment par l'apparition du variant Omicron. Une souche qui pourrait amener à revoir le seuil d'immunité collective.
En une semaine, le nombre de doses anti-covid administrées a bondi de 19% au Luxembourg. Une accélération de la campagne essentiellement due à la demande en vaccins complémentaires.
04.12.2021, Brandenburg, Stücken: Spritzen mit Biontech/Pfizer-Impfstoff gegen das Coronavirus liegen im Pop-Up Impfzentrum in einem Gasthof in Stücken in der Gemeinde Michendorf (Landkreis Potsdam-Mittelmark). Bürger der Dorfgemeinschaft Stücken haben gemeinsam mit einem Arzt für einen Tag ein Pop-Up Impfzentrum organisiert. Foto: Fabian Sommer/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le Luxembourg a reçu une importante livraison de vaccins anti-covid ce mercredi. Ces 100.000 doses de Moderna permettront de réactiver le centre de vaccination de Luxembourg Air Rescue dès vendredi.
Doses du vaccin Moderna
Pour Charel Schmit, la vaccination des enfants doit être utilisée en ultime recours face à la pandémie. L'Ombudsman fir Kanner a Jugendlecher estime que les jeunes générations ont déjà trop souffert de la crise covid.
online.fr, Politik, Illustration Kinderrechtsbeauftragter Charel Schmit Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort