Changer d'édition

L'inspection du travail ne connaît pas la crise
Luxembourg 3 min. 01.04.2020 Cet article est archivé

L'inspection du travail ne connaît pas la crise

La quarantaine d'inspecteurs de l'ITM restent particulièrement présents sur le terrain.

L'inspection du travail ne connaît pas la crise

La quarantaine d'inspecteurs de l'ITM restent particulièrement présents sur le terrain.
Photo: Marc Wilwert
Luxembourg 3 min. 01.04.2020 Cet article est archivé

L'inspection du travail ne connaît pas la crise

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
En deux semaines, l'ITM aura mené plus de 600 contrôles dans les entreprises. Plus que jamais la protection de la santé des salariés impose à l'organisme d'être vigilant.

Risque viral majeur, prêt de main-d'oeuvre interentreprises, baisse des effectifs disponibles dans les entreprises, allongement du  temps de travail jusqu'à 12 heures par jour dans certains secteurs d'activité. En quelques jours, le Luxembourg a basculé dans de nouvelles règles d'exercice du travail. Mais ni l'épidémie, ni les modifications n'empêchent l'inspection du Travail et des Mines (ITM) de poursuivre son job. Au contraire, la vigilance est devenue vitale.

Comment fonctionne l'ITM en cette période de crise sanitaire? Effectif en télétravail, personnels sur le terrain...

Marco Boly, directeur de l'ITM : «Chez nous comme ailleurs, certains agents ont présenté des symptômes du virus ou vivent sous le même toit qu’une personne covid-19 confirmée. Aussi, nos services ont dû être réduits pour éviter que tous les agents de l’Inspection ne se retrouvent infectés et malades en même temps. 

Pour toutes les activités qui peuvent être réalisées moyennant le télétravail, certains des agents de l’ITM exercent leurs activités professionnelles depuis leur domicile. Idem pour les agents qui se sont manifestés comme étant des personnes vulnérables qui font du télétravail.»

Mais les contrôles se poursuivent-ils ? 

«Oui, l'ITM effectue encore régulièrement des contrôles en matière de conditions de travail, ou de sécurité et santé sur les lieux d'activité. Dans le contexte de la pandémie, l'Inspection a d'ailleurs effectué 649 contrôles juste entre le 17 et le 31 mars 2020. Et elle continuera d'en effectuer. 

Quel soutien peut apporter l'Inspection durant cette période?

«Outre les précautions et consignes régulièrement publiées par le Ministère de la Santé, l'Inspection du travail a élaboré un guide pour les entreprises. Ce document contient différentes recommandations spécifiques aux entreprises en vue de la protection de la santé des salariés face au coronavirus. Par ailleurs, sur notre site internet, la rubrique questions-réponses a été adaptée au fur et à mesure des changements intervenus au niveau du Code du travail.


L'ITM augmente nettement sa force de frappe
Le patron de l'Inspection du Travail et des Mines peut avoir le sourire, ses efforts portent leurs fruits. Ce jeudi, huit inspecteurs du travail viennent renforcer ses troupes sur le terrain. Soit une hausse de plus d'un tiers des effectifs.

De plus, les agents de notre Help Center répondent toujours aux interrogations  des salariés et des employeurs en matière de conditions de travail et de sécurité et santé au travail. Tout comme l'ensemble de nos inspecteurs du travail restent à la disposition des actifs pour leur fournir conseil et assistance en ces mêmes matières. Au besoin, j'insiste, l'ITM effectuera encore des contrôles sur le terrain.

Quelles tolérances existe-t-il en "cas de force majeure" pour que les entreprises fassent appel à leurs salariés ?

«Conformément au règlement grand-ducal du 18 mars 2020, l'ensemble des chantiers de construction ont été fermés depuis le 20 mars. Mais cette interdiction ne vise pas les chantiers hospitaliers et ceux concernant les infrastructures critiques, en cas de besoin par exemple. Sont également tolérées les activités de dépannage, de réparation, de dépollution et d’entretien indispensables pour des raisons de sécurité.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le covid motive l'Inspection du travail
La cinquantaine d'inspecteurs de l'ITM n'a pas chômé depuis l'apparition du virus. Depuis avril, ils ont réalisé pas moins de 1.629 contrôles d'entreprises ou de chantiers pour vérifier que tout était fait pour préserver les salariés d'un risque d'infection.
worker/engineer wearing disposal face mask for protect dust smoke and corona virus while working in workplace or factory
Dans les commerces, laissez «deux mètres» d'espace
Pour limiter la transmission du coronavirus, une note ministérielle envoyée aux supermarchés recommande de faire respecter le « social distancing ». Les conditions de travail des salariés du commerce font d'ailleurs l'objet de nombreux contrôles de l'ITM.
Coronavirus - Schutzmaßnahmen für supermarkt Mitarbeiter - Cactus - Belle-étoile  - COVID-19 - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
L'ITM en plein boom
Afin de répondre à l'élargissement de ses missions, l'Inspection du travail et des mines (ITM) devrait connaître une hausse de plus de 10% de son personnel d'ici la fin d'année. C'est ce qui ressort de son rapport d'activité 2018 présenté ce jeudi à la Chambre par son directeur, Marco Boly.
En plus de connaître une forte hausse de son personnel en adéquation avec de nouvelles missions, l'ITM disposera prochainement d'un nouveau cadre légal
Le patron de l'ITM annonce plus de contrôles
Aux manettes depuis cinq ans, Marco Boly, directeur de l'Inspection du travail et des mines (ITM) fait le point. Sur la restructuration interne, le doublement imminent du nombre d' inspecteurs du Travail et le détachement des salariés, sa grande cible.
L'ITM a plus que doublé ses contrôles en un an
Toujours en pleine mutation, l'Inspection du travail et des mines (ITM) comptera 42 inspecteurs d'ici la fin de l'année et poursuivra ses embauches en 2020, assure le ministre du Travail. Le rapport 2018 indique que les contrôles et les amendes ont explosé.