Changer d'édition

L'hydroxychloroquine jugée inefficace à titre préventif
Luxembourg 3 min. 04.06.2020

L'hydroxychloroquine jugée inefficace à titre préventif

Au Luxembourg, comme dans le reste du monde, les scientifiques continuent de chercher un remède efficace contre le virus.

L'hydroxychloroquine jugée inefficace à titre préventif

Au Luxembourg, comme dans le reste du monde, les scientifiques continuent de chercher un remède efficace contre le virus.
Photo: Marc Wilwert
Luxembourg 3 min. 04.06.2020

L'hydroxychloroquine jugée inefficace à titre préventif

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Depuis le début de la pandémie, l'utilisation de l'antipaludique comme traitement contre le covid-19 fait débat. Si son efficacité n'a toujours pas été démontrée rigoureusement à ce jour, une équipe de scientifiques a en revanche confirmé son inutilité pour prévenir la maladie.

(ASdN avec AFP) - Donald Trump aurait-il raison de prendre de l'hydroxychloroquine à titre préventif contre le coronavirus ? Non, affirment des chercheurs américains à la suite d'un essai clinique. N'en déplaise au président américain, le médicament controversé ne serait pas plus efficace qu'un placebo à cet effet, à en croire l'étude menée auprès de 821 personnes aux Etats-Unis et au Canada. 

Utilisée de longue date contre le paludisme, l'hydroxychloroquine déchaîne les passions depuis le début de la pandémie. Son efficacité contre le covid-19 n'a cependant jamais été démontrée rigoureusement, bien que les études ne manquent pas. La dernière en date a été réalisée par une équipe de scientifiques pilotée par l'université du Minnesota. 


Les raisons du retard au décollage de Discovery
Deux mois après son lancement, l'essai clinique européen destiné à vérifier l'efficacité de quatre médicaments contre le covid-19 tarde à montrer son efficacité. Pour le CHL, impliqué dans le protocole, cette situation s'explique notamment par l'absence de patients en raison du recul de la pandémie.

Pour cette dernière, les scientifiques ont sélectionné des adultes qui avaient été en contact avec une personne positive au coronavirus pendant plus de dix minutes à une distance de deux mètres ou moins. La majorité d'entre eux étaient considérés comme «à risque» d'être contaminés parce qu'ils ne portaient pas de masque ou de protection pour les yeux au moment de l'interaction avec la personne infectée. 

Tous ont reçu au hasard soit de l'hydroxychloroquine, soit un placebo dans les quatre jours suivant ce contact. Les chercheurs ont ensuite analysé via des tests en laboratoire et l'étude de symptômes combien d'entre eux ont contracté le covid-19 dans les deux semaines suivantes. «Cet essai randomisé n'a pas démontré un bénéfice significatif de l'hydroxychloroquine comme traitement prophylactique après une exposition au Covid-19», ont alors conclu les auteurs. 

Une étude non irréfutable

Au total, 49 des 414 patients (12%) qui ont reçu le traitement ont contracté la maladie, contre 58 sur les 407 (14%) qui ont reçu un placebo. Un écart trop faible pour pouvoir être considéré comme significatif statistiquement. Les effets secondaires étaient par ailleurs davantage communs avec l'hydroxychloroquine qu'avec le placebo, mais dans les deux cas ils n'étaient «pas indésirables».   

Les résultats de l'étude étaient très attendus, car il s'agissait d'un essai contrôlé randomisé, une expérience qui est considérée comme la référence pour l'étude des résultats cliniques. Malgré tout, «l'étude est trop petite pour être irréfutable», prévient Martin Landray, un professeur de médecine et d'épidémiologie à l'université d'Oxford qui n'a pas participé à la confection de l'étude. Plus d'études seront nécessaires pour savoir de façon certaine si l'hydroxychloroquine peut ou non avoir un effet positif modéré, estime par ailleurs l'expert.

De leur côté, les médecins luxembourgeois ont pour consigne de ne plus employer la molécule pour le traitement des infections covid-19. Et s'alignant ainsi sur les positions de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur cette molécule. Un changement intervenant à la suite d'une étude de la revue médicale The Lancet publiée le 22 mai dernier et dans laquelle l'auteur pointait du doigt l'inefficacité et les dangers de cette molécule.

Mais coup de théâtre. Si elle était catégorique sur les dangers du l'utilisation de l'hydroxychloroquine pour traiter les patients atteints du covid-19, la revue scientifique a depuis elle-même pris ses distances avec l'étude en question. Dès lors, l'OMS a annoncé mercredi la reprise des essais cliniques. Alors efficace ou non ? Suite au prochain épisode.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Luxembourg compterait plus de 400 asymptomatiques
La deuxième série de tests des participants à l'étude CON-VINCE met en avant le phénomène des «porteurs silencieux» du covid-19. Ces derniers pourraient être à la base de la deuxième vague tant redoutée.
23.03.2020, Bayern, München: Eine Mitarbeiterin am Institut für Virologie der technischen Universität München (TUM) arbeitet in einem Labor an einer Sterilbank mit Zellkulturen. Foto: Sven Hoppe/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les raisons du retard au décollage de Discovery
Deux mois après son lancement, l'essai clinique européen destiné à vérifier l'efficacité de quatre médicaments contre le covid-19 tarde à montrer son efficacité. Pour le CHL, impliqué dans le protocole, cette situation s'explique notamment par l'absence de patients en raison du recul de la pandémie.
Coup d'arrêt pour l'hydroxychloroquine en France
Le Haut conseil de la santé publique et l'Agence du médicament sont défavorables à l'utilisation de l'hydroxychloroquine contre le covid-19. Que ce soit comme traitement ou lors d'essais cliniques. Une étude pointant son inefficacité et ses risques. Au Luxembourg, le médicament reste toujours testé au CHL.
(FILES) In this file photo taken on May 20, 2020 a pharmacy tech holds a pill of Hydroxychloroquine at Rock Canyon Pharmacy in Provo, Utah. - The World Health Organization said on May 25, 2020 that it had "temporarily" suspended clinical trials of hydroxychloriquine as a potential treatment for COVID-19 being carried out across a range of countries as a precautionary measure. (Photo by GEORGE FREY / AFP)
Trump sous hydroxychloroquine depuis dix jours
Le président des Etats-Unis a révélé lundi qu'il prenait ce médicament à titre préventif contre le coronavirus. Et cela au mépris des recommandations des autorités sanitaires américaines. De quoi soulever une nouvelle polémique.
US President Donald Trump speaks as he tours an Owens & Minor, Inc., medical supplies distribution center in Allentown, Pennsylvania, on May 14, 2020. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)
L'étude CON-VINCE a débuté au Grand-Duché
Le pays va se lancer dans une série de tests pour mieux comprendre comment le covid-19 se propage. Le chef du projet, le Pr Krüger, explique en quoi consistera cette enquête menée d'abord sur 1.500 personnes.
Prof. Rejko Krüger - Parkinson-Erkrankung - Photo : Pierre Matgé
Une étude pour «clore le débat» sur la chloroquine
Le CHU d'Angers a annoncé ce mardi le lancement d'une vaste enquête «aux standards scientifiques et méthodologiques les plus élevés», portant sur 1.300 patients atteints du covid-19, afin de connaître l'efficacité d'un dérivé de la chloroquine.
(FILES) In this file photo taken on February 26, 2020 Medical staff shows  at the IHU Mediterranee Infection Institute in Marseille, a packet of Plaqueril, tablets containing hydroxychloroquine, drug that has shown signs of effectiveness against coronavirus. - On March 29, 2020,a limited emergency-use authorization for two antimalarial drugs touted as game-changers by President Donald Trump has been issued by the US Food and Drug Administration to treat coronavirus patients. In a statement published Sunday, the US Department of Health and Human Services detailed recent donations of medicine to a national stockpile -- including chloroquine and hydroxychloroquine, both being investigated as potential COVID-19 treatments. (Photo by GERARD JULIEN / AFP)
La chloroquine, traitement miracle ou faux espoir?
Si certains veulent généraliser l'antipaludique chloroquine comme traitement contre la pandémie de covid-19, les autorités sanitaires, dont l'OMS, appellent à la prudence. Point sur l'état des connaissances actuelles sur cette substance.
La riposte de la recherche face au covid-19
La recherche tente par tous les moyens de trouver une molécule efficace contre le covid-19. Le Grand-Duché apporte sa pierre à l'édifice et pourrait commencer des tests cliniques avec un antiviral expérimental développé pour traiter le virus Ebola.
Für den Kampf gegen das Corona-Virus ist es entscheidend, dass Forscher die Funktionsweise und die Muster der Verbreitung besser verstehen.