Changer d'édition

«L'hydroxychloroquine continuera d'être prescrite ici»
Luxembourg 3 min. 26.05.2020

«L'hydroxychloroquine continuera d'être prescrite ici»

La molécule ne semble pas faire ses preuves dans le traitement de l'infection virale qui sévit actuellement.

«L'hydroxychloroquine continuera d'être prescrite ici»

La molécule ne semble pas faire ses preuves dans le traitement de l'infection virale qui sévit actuellement.
Photo : AFP
Luxembourg 3 min. 26.05.2020

«L'hydroxychloroquine continuera d'être prescrite ici»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les médecins luxembourgeois vont recevoir la consigne de ne plus employer la molécule pour le traitement des infections covid-19. Mais pas de raison d'exclure le produit pour d'autres maladies, assure le Dr Anna Chioti, cheffe de la division de la Pharmacie et des Médicaments.

«Nous ne ferons rien de fondamentalement différent de nos voisins.» Alors que la France vient de suspendre l'hydroxychloroquine de tout protocole de soin en lien avec l'épidémie de covid-19, le Grand-Duché s'apprête à suivre la même voie. S'alignant ainsi sur les nouvelles positions de l'Organisation mondiale de la Santé sur cette molécule. D'ailleurs d'autres Etats le feront, comme la Belgique, qui, un temps, ont pu espérer avoir trouvé dans ce traitement le remède à l'infection pulmonaire qui a déjà fait 346.000 victimes dans le monde, dont 110 au Luxembourg.

«Mais, pas d'emballement, insiste le Dr Anna Chioti. Cela ne signifie pas que cette molécule est dangereuse, ni qu'aucun traitement ne sera trouvé face à la pandémie.» Ainsi, pour la cheffe de la division de la Pharmacie et des Médicaments, il est important de dire que ce retrait de la molécule des essais cliniques, n'ôte en rien toutes les qualités du produit pour la guérison d'autres maux que le covid. Comme dans le traitement des lupus, par exemple. Un message à faire passer notamment à celles et ceux qui se voient prescrire du Plaquenil, immuno-modérateur à base d'hydroxychloroquine justement.


(FILES) In this file photo taken on May 20, 2020 a pharmacy tech holds a pill of Hydroxychloroquine at Rock Canyon Pharmacy in Provo, Utah. - The World Health Organization said on May 25, 2020 that it had "temporarily" suspended clinical trials of hydroxychloriquine as a potential treatment for COVID-19 being carried out across a range of countries as a precautionary measure. (Photo by GEORGE FREY / AFP)
Coup d'arrêt pour l'hydroxychloroquine en France
Le Haut conseil de la santé publique et l'Agence du médicament sont défavorables à l'utilisation de l'hydroxychloroquine contre le covid-19. Que ce soit comme traitement ou lors d'essais cliniques. Une étude pointant son inefficacité et ses risques. Au Luxembourg, le médicament reste toujours testé au CHL.

Et le médecin de préciser : «L’expérimentation tentée avec cette molécule pour les cas covid n'avait rien à voir dans les dosages prescrits. Et puis, voilà deux mois, la communauté scientifique n'en savait pas autant sur la maladie qu'aujourd'hui. Il y avait alors des données encourageantes qui, aujourd'hui, sont visiblement plus décevantes voire même dangereuses pour la santé des patients traités. D'où ce retrait selon le principe du calcul bénéfices-risques».

Rapidement, l'ensemble des médecins du pays vont donc recevoir comme consigne de ne pas prescrire la molécule pour les infections pulmonaires liées à l'épidémie en cours. «Pour le reste, les professionnels de santé sont déjà informés des caractéristiques de la molécule et agissent avec le même professionnalisme que pour tout autre médicament», assure la spécialiste. 

Discovery se poursuit

Et quid du patient infecté, suivi par les équipes du Centre hospitalier de Luxembourg, et qui pourrait avoir été traité par hydroxychloroquine? Comme ailleurs où la demande de retrait sera observée, le malade ne suivra plus le protocole expérimental. Mais, indique le Dr Anna Chioti, rien n'indique que le sujet de l'étude Discovery a été soigné par cette molécule ou l'une des deux autres à l'étude. Ces dernières ne posent aucun souci pour l'heure.» 

Le Dr Chioti rappelle que l'hydroxychloroquine a déjà fait ses preuves par ailleurs.
Le Dr Chioti rappelle que l'hydroxychloroquine a déjà fait ses preuves par ailleurs.

Hier, peu de temps après la France, la Belgique a également fait le choix de suspendre temporairement ses essais. Là encore l'étude publiée par la revue scientifique The Lancet et la position de l'OMS ont influencé la décision des autorités sanitaires. Cité par la RTBF, le Dr Nicolas Dauby, spécialiste des maladies infectieuses, signalait que les doses que les patients avaient reçues dans l’étude en question étaient beaucoup plus importantes que celles administrées en Belgique.

Ajoutant qu'à l'heure actuelle, les médecins prescripteurs n'avaient pas observé «de signal de surmortalité en Belgique» en lien avec cette expérimentation.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La lueur d'espoir du remdevisir contre le Covid-19
Le gouvernement américain a rapporté mercredi que le remdevisir, naguère développé contre Ebola, semblait avoir prise sur le nouveau coronavirus. Le médicament accélèrerait de plusieurs jours le rétablissement des cas les plus graves dans un grand essai clinique.
(FILES) In this file photo one vial of the drug Remdesivir is viewed during a press conference about the start of a study with the Ebola drug Remdesivir in particularly severely ill patients at the University Hospital Eppendorf (UKE) in Hamburg, northern Germany on April 8, 2020, amidst the new coronavirus COVID-19 pandemic. - Gilead Science's remdesivir, one of the most highly anticipated drugs being tested against the new coronavirus, showed positive results in a large-scale US government trial, the company said on april 29, 2020."We understand that the trial has met its primary endpoint and that NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases) will provide detailed information at an upcoming briefing," the company said. (Photo by Ulrich Perrey / POOL / AFP)
Une étude pour «clore le débat» sur la chloroquine
Le CHU d'Angers a annoncé ce mardi le lancement d'une vaste enquête «aux standards scientifiques et méthodologiques les plus élevés», portant sur 1.300 patients atteints du covid-19, afin de connaître l'efficacité d'un dérivé de la chloroquine.
(FILES) In this file photo taken on February 26, 2020 Medical staff shows  at the IHU Mediterranee Infection Institute in Marseille, a packet of Plaqueril, tablets containing hydroxychloroquine, drug that has shown signs of effectiveness against coronavirus. - On March 29, 2020,a limited emergency-use authorization for two antimalarial drugs touted as game-changers by President Donald Trump has been issued by the US Food and Drug Administration to treat coronavirus patients. In a statement published Sunday, the US Department of Health and Human Services detailed recent donations of medicine to a national stockpile -- including chloroquine and hydroxychloroquine, both being investigated as potential COVID-19 treatments. (Photo by GERARD JULIEN / AFP)
L'hydroxychloroquine utilisée au CHL
Les responsables du centre hospitalier ont présenté, ce jeudi, les contours de l'essai clinique européen Discovery. Des patients hospitalisés au CHL et qui reçoivent déjà de l'hydroxychloroquine, médicament qui présente un intérêt dans le traitement du covid-19, seront intégrés dans l'étude.
(FILES) In this file photo taken on February 26, 2020, medical staff shows o at the IHU Mediterranee Infection Institute in Marseille, packets of a Nivaquine, tablets containing chloroquine and Plaqueril, tablets containing hydroxychloroquine, drugs that has shown signs of effectiveness against coronavirus. - Hydroxychloroquine, an antimalarial drug dubbed a "gift from God" by US President Donald Trump for its potential ability to fight the new coronavirus, was found to be no more effective than standard treatment in a small Chinese study. The paper, which was published in the Journal of Zhejiang University on March 6, 2020, looked at 30 COVID-19 patients, half of whom received the medicine. (Photo by GERARD JULIEN / AFP)
La chloroquine, traitement miracle ou faux espoir?
Si certains veulent généraliser l'antipaludique chloroquine comme traitement contre la pandémie de covid-19, les autorités sanitaires, dont l'OMS, appellent à la prudence. Point sur l'état des connaissances actuelles sur cette substance.