Changer d'édition

«L'Horeca sert encore une fois de bouc émissaire»
Luxembourg 3 min. 05.01.2021

«L'Horeca sert encore une fois de bouc émissaire»

A compter du 11 janvier, tous les commerces rouvriront leurs portes, contrairement aux acteurs de l'Horeca qui resteront fermés jusqu'au 31 janvier au moins.

«L'Horeca sert encore une fois de bouc émissaire»

A compter du 11 janvier, tous les commerces rouvriront leurs portes, contrairement aux acteurs de l'Horeca qui resteront fermés jusqu'au 31 janvier au moins.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 05.01.2021

«L'Horeca sert encore une fois de bouc émissaire»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
En décidant de faire rouvrir les commerces et pas les bars et restaurants, le gouvernement se met à dos un secteur déjà affaibli par une activité en dents de scie depuis des mois. En cause notamment les formulations employées par la ministre de la Santé, jugées «inadmissibles»

Pour François Koepp, les propos tenus mardi par Paulette Lenert (LSAP) lors de l'annonce des mesures qui entreront en vigueur à compter du 11 janvier prochain constituent la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Si le secrétaire général de l'Horesca assure «comprendre l'importance des décisions pour la santé publique», il réfute avec véhémence la manière dont le secteur regroupant les hôteliers, les restaurateurs et les cafetiers a été dépeint. 


(de g. à dr.) Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d'État
«Nous sommes parvenus à briser la vague»
Si certaines mesures sanitaires vont être allégées, comme dans le secteur culturel ou les activités sportives, d'autres resteront en vigueur, indique mardi Xavier Bettel. Retrouvez l'intégralité des annonces qui entreront en vigueur le 11 janvier dans notre liveticker.

«Pour Paulette Lenert, si les infections augmentent, c'est à cause du fait que le masque ne peut être porté en permanence dans nos établissements», déplore-t-il en dénonçant des propos «inadmissibles» pour un secteur qui «sert encore une fois de bouc émissaire». Car, selon lui, la décision de rouvrir les commerces, les écoles ou bien encore une partie du secteur culturel peut aussi avoir un impact «puisque le masque ne pourra pas non plus y être porté à 100% tout le temps».

Un déséquilibre de traitement qui intervient «alors que l'inactivité, au 31 janvier prochain, devrait atteindre 125 jours, soit 40% d'une année ordinaire» et que «de plus en plus d'informations remontent à nous quant à une vague de fermetures car les entreprises n'ont plus de réserves financières». Interrogé sur l'ampleur potentielle des cessations d'activité, François Koepp estime qu'elle pourrait être «importante» car «même des entreprises qui n'avaient jamais connu de problèmes de trésorerie nous font part de réelles difficultés.» Raison pour laquelle l'Horesca entend désormais changer de stratégie pour «clairement hausser le ton face au gouvernement» pour obtenir «une prise en charge à 100% de nos frais».


Amassed chairs and tables on a terrace are secured behind a barrier tape during a new lockdown to fight the coronavirus Covid-19 epidemic, in Salzburg, Austria, on January 4, 2021. - Austria's government on January 4, 2021 effectively extended its third coronavirus lockdown, scrapping a proposal that would have allowed citizens to access some services if they took part in a mass-testing programme. The country's current lockdown is scheduled to run until January 24. (Photo by BARBARA GINDL / APA / AFP) / Austria OUT
Janvier qui rit, janvier qui pleure
A compter du 11 janvier, les salles de spectacle rouvriront mais les restaurants resteront fermés jusqu'à la fin du mois. Ecoles et crèches reprennent du service dès lundi, mais pas les bars. Tous les commerces reprennent leur activité mais sous strictes conditions : ainsi va le déconfinement luxembourgeois.

Son de cloche légèrement différent du côté de la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC) où le «soulagement» prévaut ce mardi. «Cela permettra à nos membres d'avoir une chance de s'en sortir par eux-mêmes», indique Nicolas Henckes, qui assure que «sans cette annonce, cela en était fini pour bon nombre de boutiques». 

Même les nouvelles limitations imposées - comme la limitation à un client par 10 m2 de surface de vente - sont accueillies avec bonhomie. Et ce, pour la simple et bonne raison que «nous avions soumis cette idée au gouvernement le 21 décembre dernier et que les commerces l'appliquaient déjà alors que cela n'était obligatoire que pour les grandes surfaces», assure le directeur de la CLC. Un soutien d'autant plus ferme que «les analyses effectuées dans les grandes surfaces au plus fort des périodes de Noël ont montré que rares sont les fois où le seuil a été dépassé», précise Nicolas Henckes. 


A grille is seen at a closed shop in Berlin on December 17, 2020, on the second day of a partial lockdown in Germany to curb the number of infections with the new coronavirus COVID-19. - Germany shops and schools are closed, as Europe's biggest economy battles to halt an "exponential growth" in coronavirus infections. (Photo by John MACDOUGALL / AFP)
Les commerces non essentiels bouclés après Noël
A part l'alimentaire et les vendeurs de presse, tabac et essence, il ne devrait plus y avoir beaucoup de magasins ouverts à compter du 26 décembre et jusqu'au 10 janvier. C'est une des décisions prises par le gouvernement ce lundi.

Tout n'est pas rose pour autant dans le secteur, notamment pour ce qui est des patrons de très petites entreprises «qui subissent d'importantes conséquences psychologiques». Raison pour laquelle la CLC, avec d'autres organisations patronales, travaille à la mise en oeuvre d'une cellule de soutien, vouée notamment à «éviter la vague de suicides observée chez nos voisins». Une notion évoquée à l'échelle nationale par Xavier Bettel (DP) qui assure vouloir «surveiller de près» la situation.

Autre chantier à mener, selon Nicolas Henckes, la prise en charge des cas des indépendants «dont le traitement par l'Adem s'avère parfois assez inhumain». En cause, la loi qui ne prévoit pas, pour l'heure, le versement d'un revenu de substitution sans l'arrêt du statut d'indépendant.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Janvier qui rit, janvier qui pleure
A compter du 11 janvier, les salles de spectacle rouvriront mais les restaurants resteront fermés jusqu'à la fin du mois. Ecoles et crèches reprennent du service dès lundi, mais pas les bars. Tous les commerces reprennent leur activité mais sous strictes conditions : ainsi va le déconfinement luxembourgeois.
Amassed chairs and tables on a terrace are secured behind a barrier tape during a new lockdown to fight the coronavirus Covid-19 epidemic, in Salzburg, Austria, on January 4, 2021. - Austria's government on January 4, 2021 effectively extended its third coronavirus lockdown, scrapping a proposal that would have allowed citizens to access some services if they took part in a mass-testing programme. The country's current lockdown is scheduled to run until January 24. (Photo by BARBARA GINDL / APA / AFP) / Austria OUT
«Nous sommes parvenus à briser la vague»
Si certaines mesures sanitaires vont être allégées, comme dans le secteur culturel ou les activités sportives, d'autres resteront en vigueur, indique mardi Xavier Bettel. Retrouvez l'intégralité des annonces qui entreront en vigueur le 11 janvier dans notre liveticker.
(de g. à dr.) Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d'État
Les restaurants tentent de sauver la fin d'année
Alors que le secteur de l'horeca devra garder portes closes jusqu'à la mi-janvier, les restaurateurs essaient de garder la tête hors de l'eau. Mais si la période est habituellement chargée, cette année, les alternatives ne font pas suffisamment recette.
Lokales,Wie Gastronomiebetriebe und Cafés auf die Verlängerung des Lockdowns reagieren,hier:Restaurant ROMA, Inhaber Guiseppe Parrino,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort