Changer d'édition

L'Horeca joue la carte de l'optimisme prudent
Luxembourg 3 min. 10.03.2021

L'Horeca joue la carte de l'optimisme prudent

Derrière les portes closes des restaurants, les chantiers fleurissent dans la capitale. Nombreux sont ainsi les restaurateurs à profiter de cette pause forcée pour rénover leur établissement.

L'Horeca joue la carte de l'optimisme prudent

Derrière les portes closes des restaurants, les chantiers fleurissent dans la capitale. Nombreux sont ainsi les restaurateurs à profiter de cette pause forcée pour rénover leur établissement.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 10.03.2021

L'Horeca joue la carte de l'optimisme prudent

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
S'ils espèrent pouvoir prochainement redémarrer leur activité, les restaurateurs et cafetiers du pays réfléchissent d'ores et déjà à la meilleure recette de la reprise. Un défi qui passe, pour certains, par un regain de créativité pour attirer à nouveau les clients.

Depuis le 26 novembre dernier, l'incertitude reste au menu du secteur de l'Horeca. Car si la perspective d'une réouverture des cafés et restaurants «courant avril» a été évoquée vendredi dernier par Xavier Bettel (DP), aucune date n'a pour autant été arrêtée. Malgré le flou ambiant, cette simple possibilité permet aux quelque 2.240 établissements du pays d'entrevoir une lumière au bout du tunnel et saupoudre leur attente d'un optimisme prudent.


IPO,Pressebriefing Ministerrat Paulette Lenert & Xavier Bettel.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le covid face à «la stratégie des petits pas»
Au 2 avril, le Luxembourg pourrait connaître des assouplissements des restrictions sanitaires covid. Xavier Bettel s'y engage. Mais pas question d'un retour à la normalité en toute liberté. La prudence s'imposera encore.

«On espère pouvoir rouvrir, mais surtout rester ouvert», avance le chef Étienne-Jean Labarrère-Claverie. S'il ne cache pas sa lassitude face au suspense savamment entretenu par l'exécutif, le créateur du groupe Facebook «Laissez-nous travailler» assure vouloir «regarder vers le futur». Alors en attendant le coup d'envoi, le restaurateur s'attelle d'ores et déjà, comme bon nombre de ses confrères, à préparer la reprise. Non pas aux fourneaux, mais en effectuant quelques travaux.

Derrière les portes closes des bars et restaurants de la capitale, les ouvriers sont en effet nombreux à s'activer. Si certains professionnels du secteurs en profitent pour donner un nouveau souffle à leur établissement au travers d'un coup de peinture ou de la rénovation du parquet, d'autres vont plus loin, à l'image de Christophe Schivre. Ce gérant d'un établissement de la rue de Neudorf a décidé de mettre à profit ces (dernières) semaines de fermeture pour transformer sa terrasse en plage et créer un espace de coworking dans son restaurant devenu épicerie. De nouveaux aménagements qui constitueront, selon lui, «un vrai plus» puisque «les gens pourront venir télétravailler les pieds dans le sable», s'enthousiasme-t-il. 


Ces visages qui incarnent la grogne de l'Horeca
Qu'ils soient propriétaires, serveurs ou cuisiniers, tous protestent contre la manière dont est gérée la pandémie dans le secteur des bars, cafés et restaurants. En amont de la manifestation de jeudi, rencontre avec certains d'entre eux.

De son côté, s'il se dit «déçu» que les bars et restaurants ne puissent ouvrir plus tôt, François Koepp, secrétaire général de l'Horesca, veut lui aussi voir le verre à moitié plein. «Les chances d'une réouverture en avril sont grandes», admet ainsi le dirigeant de la fédération représentative du secteur. Mais cette reprise, prévient-il, «ne doit pas se faire dans n'importe quelles conditions». La recette parfaite constituera donc à trouver le juste dosage entre santé, sécurité et viabilité des entreprises.

Raison pour laquelle il appelle le gouvernement à ne pas mettre en place des «restrictions impossibles». En d'autres termes, des mesures sanitaires qui seraient trop strictes pour que la réouverture de l'entreprise soit rentable. «Si elles ne permettent pas de travailler correctement, alors mieux vaut rester fermé», note François Koepp, rappelant qu'une reprise de l'activité signifie aussi la perte d'une partie des aides étatiques actuellement en place. 


(FILES) In this file photo taken on November 18, 2020 a woman walks past a closed restaurant in Paris amid a second lockdown in France aimed at containing the spread of Covid-19 pandemic caused by the novel coronavirus. (Photo by THOMAS COEX / AFP)
Les «entreprises zombies» menacent le Luxembourg
Selon les experts, une société sur dix ne serait pas viable et la pandémie sanitaire pourrait bien aggraver la situation. Le ministère de l'Economie se veut néanmoins rassurant, estimant le risque «minime» pour la stabilité des marchés financiers.

Il s'agit donc «d'un calcul à faire». Pour autant, tous les bars et restaurants du pays ne sortiront pas indemnes de cette pandémie, certains étant «déjà fragilisés avant la crise». Et si la vague de faillites crainte n'a pas encore frappé à ce jour, il ne s'agirait que d'une question de temps. Au Luxembourg, les experts estiment d'ailleurs que pas moins d'une société sur dix ne seraient pas viables, maintenues en vie artificiellement. 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Horesca pressé de remettre le couvert
La Fédération des cafetiers et restaurateurs luxembourgeois supplie le gouvernement de savoir quelle décision il va prendre sur une éventuelle réouverture des établissements. La profession aurait alors moins de deux semaines pour tout (bien) organiser.
02.03.2021, Spanien, Palma: Ali, Kellner in der "Cristal-Bar", bereitet Kaffee zu. Nach einer siebenwöchigen Corona-Zwangsschließung haben die Gastwirte auf Mallorca erstmals wieder Gäste empfangen. Als Folge einer Verbesserung der Pandemie-Lage auf der Urlaubsinsel dürfen sie seit Dienstag die Außenbereiche wieder öffnen. Foto: Clara Margais/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Ces sept pays européens où boire un verre
Un an après le début de l'épidémie, restaurants et bars restent à la merci du covid. En Europe, leur ouverture et leur fermeture dépendent de la politique sanitaire de chaque Etat membre.
Customers have a drink at a bar's terrace on Ginnekenmarkt plaza in Breda, the Netherlands, on March 2, 2021. - Some cafe and restaurant owners open their terraces to protest against the virus restrictions on their industry as part of national protest action in the Netherlands, on March 2, 2021. (Photo by Marco de Swart / ANP / AFP) / Netherlands OUT
Ce que prévoient les nouvelles aides pour l'Horeca
Annoncée dès jeudi soir, peu de temps après la fin de la manifestation organisée place d'Armes, la mise en place de mesures complémentaires pour les bars, cafés et restaurants a été détaillée vendredi. Revue de détail.
Lokales, Demo Horesca, Covid-19, Coronavirus, Chris Karaba/Luxemburger Wort
Ces visages qui incarnent la grogne de l'Horeca
Qu'ils soient propriétaires, serveurs ou cuisiniers, tous protestent contre la manière dont est gérée la pandémie dans le secteur des bars, cafés et restaurants. En amont de la manifestation de jeudi, rencontre avec certains d'entre eux.
L'Horesca espère une bonne recette pour la reprise
S'ils attendent pouvoir prochainement redémarrer leur activité, les restaurateurs et cafetiers se posent la question de la rentabilité d'une réouverture face aux contraintes, encore floues, que le secteur devra désormais respecter. Le défi consiste à trouver le juste équilibre entre santé des clients, des employés... et des entreprises.
Youth gather for an aperitif drink outside a bar in the colosseum in Rome, on May 18, 2020 as the country's lockdown is easing after over two months, aimed at curbing the spread of the COVID-19 infection, caused by the novel coronavirus. - Restaurants and churches reopen in Italy on May 18, 2020 as part of a fresh wave of lockdown easing in Europe and the country's latest step in a cautious, gradual return to normality, allowing businesses and churches to reopen after a two-month lockdown. (Photo by Filippo MONTEFORTE / AFP)