Changer d'édition

L'Horeca entend remettre un coup de pression
Luxembourg 3 min. 10.02.2021

L'Horeca entend remettre un coup de pression

Après plusieurs manifestations organisées le samedi, les acteurs de l'Horeca ambitionnent de réunir au moins 1.000 personnes sur la place d'Armes jeudi, juste devant le Cercle Cité où siégeront les députés.

L'Horeca entend remettre un coup de pression

Après plusieurs manifestations organisées le samedi, les acteurs de l'Horeca ambitionnent de réunir au moins 1.000 personnes sur la place d'Armes jeudi, juste devant le Cercle Cité où siégeront les députés.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 10.02.2021

L'Horeca entend remettre un coup de pression

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Alors que les membres de la fédération Horesca négocient avec le gouvernement pour mettre en place de nouvelles aides pour un secteur à l'arrêt depuis fin novembre, une nouvelle manifestation est prévue jeudi dans la capitale. Avec la volonté affichée de «trouver une solution appropriée».

Action, réaction. Moins d'une semaine après le choix de Xavier Bettel (DP) de ne dialoguer qu'avec les représentants de la fédération Horesca, les acteurs de l'Horeca optent pour le rapport de force. Estimant que leurs revendications «ont été mal entendues», ces derniers battent le rappel ces derniers jours sur les réseaux sociaux pour organiser une manifestation, jeudi, sur la place d'Armes. Autrement dit, sous les fenêtres du Cercle Cité où se réunissent les députés.


Itv Xavier Bettel Premier  Ministre Luxembourg le 02/02/2021 photo ©Christophe Olinger
Xavier Bettel envoie un signal à l'Horeca
Sollicité par différents acteurs issus des bars et restaurants, le Premier ministre a choisi de garder le dialogue ouvert avec la fédération représentative du secteur. Cette dernière fait état, jeudi, d'un échange «fructueux» qui se traduira par des rencontres avec le ministre des Classes moyennes.

«L'idée est de rassembler beaucoup plus de personnes que lors des précédentes manifestations», indique Etienne-Jean  Labarrère-Claverie, restaurateur impliqué dans le mouvement, en référence aux quelques centaines d'individus rassemblés les samedis dans les rues de la capitale. Initialement prévu pour se tenir vendredi, le mouvement a été avancé «puisque tous les députés seront présents à la Chambre», indique mercredi Clément Elie, à l'origine de l'appel lancé sur les réseaux sociaux et qui annonce vouloir «rassembler au moins 1.000 personnes». Un chiffre jugé «réalisable au vu de l'engouement suscité sur les réseaux sociaux», assure-t-il.


La colère ne refroidit pas en cuisine
Samedi, la capitale a connu une quatrième manifestation de restaurateurs et cafetiers en colère. Des professionnels qui craignent que l'arrêt qui les frappe n'aille plus loin que le 21 février annoncé pour l'instant.

Soutenu notamment par l'asbl Don't forget us, le mouvement ambitionne d'atteindre plusieurs objectifs. Non seulement«démontrer que nous sommes unis, contrairement à ce que pense l'opinion publique», mais aussi de «trouver une solution appropriée» aux difficultés rencontrées, avance Yaghma Yasha, cofondateur de l'association créée en octobre 2020. 

Si la question de la date de réouverture du secteur n'apparaît pas comme une revendication centrale, celles de «la complexité des démarches» et d'une potentielle incohérence dans les aides figurent en bonne place puisque :«Nous avons été fermés en mars et les aides commencent à partir de novembre», explique Yaghma Yasha. Autrement dit, une remise en question des compromis trouvés jusqu'à présent entre le gouvernement et les représentants de l'Horesca.


Lokales, Corona-Virus, Restautrants und Cafés müssen schliessen, Gastronomie, Horesca, Foto: Guy Wolff/ Luxemburger Wort
Le spectre d'une réouverture tardive plane sur l'Horeca
Si la nouvelle rencontre entre Lex Delles et les représentants de la fédération Horesca s'est concentrée sur l'analyse des nouvelles possibilités offertes au niveau européen, aucune annonce concrète n'est tombée. Ce qui n'empêche pas certains d'estimer qu'un maintien des fermetures restera de mise.

Une nouvelle pique à destination des représentants de la fédération représentative du secteur qu'encaisse une nouvelle fois François Koepp, secrétaire général de l'Horesca. Si ce dernier assure «comprendre tout à fait que chacun exerce son droit à manifester et exprime son ras-le-bol», il se montre plus combatif quant aux critiques portant sur les résultats obtenus jusqu'à présent. «Sans le travail que nous avons effectué avec nos homologues allemand et autrichien, l'aide pour les frais non couverts n'aurait pas vu le jour», assure-t-il en ajoutant «avoir tout préparé pour que le chômage partiel soit applicable dans notre secteur». 


Wirtschaft, Lights on,  de gudde Wëllen, café-concert, Luxemburg, Gastrogewerbe demonstriert in aller Stille, Gastronomen gehen auf die Strasse, gegen Lockdown Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«La priorité est donnée au paiement des aides»
Alors que Lex Delles doit à nouveau rencontrer, ce vendredi, les représentants de la fédération Horesca pour tenter d'apaiser la colère d'un secteur à l'arrêt depuis fin novembre, le ministère des Classes moyennes publie le détail des demandes. Et du timing pour le versement des fonds.

Un travail de fourmi réalisé par «une équipe de quatre personnes» qui ne serait pas reconnu à sa juste valeur mais qui «porterait ses fruits». Si François Koepp refuse de détailler les mesures envisagées lors de ses rencontres avec Lex Delles (DP), ministre des Classes moyennes, il assure que «les mesures trouvées jusqu'à présent permettent de couvrir les besoins d'une majorité d'entreprises du secteur». Seules «20%» d'entre elles auraient des problèmes liés à «des plafonds pas assez élevés», ce qui représenterait quelque 500 entreprises sur les 2.600 que compte l'Horeca et au sein desquelles se trouveraient «ceux qui se retrouvent toujours à manifester». Une affirmation à vérifier dès jeudi, 15h30.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Samedi, la capitale a connu une quatrième manifestation de restaurateurs et cafetiers en colère. Des professionnels qui craignent que l'arrêt qui les frappe n'aille plus loin que le 21 février annoncé pour l'instant.
Si la nouvelle rencontre entre Lex Delles et les représentants de la fédération Horesca s'est concentrée sur l'analyse des nouvelles possibilités offertes au niveau européen, aucune annonce concrète n'est tombée. Ce qui n'empêche pas certains d'estimer qu'un maintien des fermetures restera de mise.
Lokales, Corona-Virus, Restautrants und Cafés müssen schliessen, Gastronomie, Horesca, Foto: Guy Wolff/ Luxemburger Wort
Sollicité par différents acteurs issus des bars et restaurants, le Premier ministre a choisi de garder le dialogue ouvert avec la fédération représentative du secteur. Cette dernière fait état, jeudi, d'un échange «fructueux» qui se traduira par des rencontres avec le ministre des Classes moyennes.
Itv Xavier Bettel Premier  Ministre Luxembourg le 02/02/2021 photo ©Christophe Olinger