Changer d'édition

L'Horeca doit aussi jouer à la police
Luxembourg 3 min. 03.08.2020

L'Horeca doit aussi jouer à la police

Dans les bars, les mesures sanitaires sont aussi au menu.

L'Horeca doit aussi jouer à la police

Dans les bars, les mesures sanitaires sont aussi au menu.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 03.08.2020

L'Horeca doit aussi jouer à la police

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Avec des règles désormais plus strictes et des sanctions plus sévères, le respect des mesures sanitaires s'impose. Mais si elles sont généralement bien acceptées, les gérants et serveurs d'établissement doivent régulièrement rappeler les clients à l'ordre.

(ASdN avec Nadine Schartz) - Plus de restrictions, plus de sanctions, mais pas de quoi effrayer les clients pour autant. Si le gouvernement a décidé de serrer la vis dans le secteur de l'hôtellerie-restauration (Horeca) avec la nouvelle «loi covid», les bars et cafés continuent de se remplir. 

Mais si les clients sont au rendez-vous, les places en intérieur sont elles délaissées. «La plupart préfèrent s'asseoir en terrasse en ce moment», note Jos Zerwas, exploitant du bar lounge Wëllem, rue de la Reine dans la capitale. Sa terrasse, qu'il a récemment étendue pour mieux maintenir les distances de sécurité nécessaires, fait carton plein le soir. 


Auf der Place d'Armes wurden die Sitzbänke vorübergehend abmontiert. Dies ermöglicht es den dort ansässigen Restaurants, ihre Terrassenfläche zu vergrößern.
Nul n'est censé ignorer la loi, pas même les clients
Alors que de nouvelles amendes sont dressées pour non-respect des consignes sanitaires, la nouvelle «loi covid», adoptée ce jeudi, tend à responsabiliser tout autant les consommateurs que les gérants d'établissement.

Malgré l'afflux de clients et la chaleur, pas question de se laisser aller. En effet, pour les restaurateurs, mieux vaut veiller au respect de la réglementation. A savoir, le port du masque, la limitation à dix personnes par tablée ou encore la fermeture à minuit. Car en cas de non-respect, la nouvelle «loi covid» les menace d'une fermeture administrative de trois mois. Une sanction sévère à laquelle pratiquement aucun propriétaire ne devrait pouvoir faire face après la fermeture forcée durant la pandémie. 

La tâche n'est cependant pas toujours facile. «Le soir en particulier, nous jouons constamment au policier», explique Jorge Sipas, serveur à l'Urban qui souligne que ce nouveau rôle est «épuisant». Même son de cloche au café Beim Lentz. «En principe, les gens suivent les règles. Cependant, il y a des jours où cela ne se passe pas si bien», explique ainsi Damien Aubergen.


Wort.fr, Terrassen und Restaurants, Luxemburg, Covid-19, Coronavirus, Horesca, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les bars craignent d'être des «boucs émissaires»
Alors que la nouvelle loi covid entre en vigueur ce vendredi, les établissements ne respectant pas les règles sanitaires risquent désormais gros. Si 23 d'entre eux ont d'ores et déjà été sanctionnés par une amende, certains bars et cafés pris en flagrant délit jugent le dispositif disproportionné.

Si les bars et cafés tentent de faire respecter au mieux les mesures sanitaires en place dans leurs locaux, reste qu'une fois le rideau baissé, cette responsabilité ne leur incombe plus. Et les clients qui entendent continuer de faire la fête prolongent la soirée, parfois sans aucun geste barrière

«Si les bars pouvaient ouvrir leurs portes plus longtemps, les clients y resteraient jusqu'à ce qu'ils soient fatigués», regrette ainsi Jos Zerwas avant d'ajouter qu'ils seraient alors «au moins dans un environnement sûr pendant ce temps.» Un constat d'ailleurs partagé par de nombreux autres professionnels du secteur, à commencer par les représentants de l'Horesca

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les bars craignent d'être des «boucs émissaires»
Alors que la nouvelle loi covid entre en vigueur ce vendredi, les établissements ne respectant pas les règles sanitaires risquent désormais gros. Si 23 d'entre eux ont d'ores et déjà été sanctionnés par une amende, certains bars et cafés pris en flagrant délit jugent le dispositif disproportionné.
Wort.fr, Terrassen und Restaurants, Luxemburg, Covid-19, Coronavirus, Horesca, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Des sanctions plus lourdes pour les récidivistes
Annoncé dimanche par le Premier ministre, le renforcement de l'arsenal législatif à l'encontre des entreprises qui ne respectent pas les mesures de distanciation sociale a été analysé mardi en commission parlementaire. Outre des amendes plus sévères, la suspension de l'activité deviendra possible.
Les chèques-repas, un outil de la relance?
Alors que près d'un salarié sur cinq bénéficie de ces chèques-restaurant, la Fondation Idea propose de les repenser. Avec un objectif : aider les restaurateurs du pays, à la peine depuis le début de la pandémie.
Chèque-repas - Photo : Pierre Matgé
Les terrasses cherchent à grappiller du terrain
Face aux nouvelles restrictions sanitaires imposées et donc à la perte financière qu'elles engendrent, les gérants des cafés et restaurants partent à la conquête de quelques m2 supplémentaires sur l'espace public. Un bras de fer entre acteurs de l'Horeca et autorités communales.
Lokales, Das Leben ist zurückgekehrt, Terrassen, Luxembourg stadt, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
500.000 litres de bière à la santé des cafetiers
Au lendemain de la réouverture des terrasses, la Brasserie nationale a décidé de faire un geste envers ses clients de l'horeca durement touchés par la crise. L'entreprise de Bascharage a ainsi annoncé jeudi faire un don de plus de cinq millions d'euros.