Changer d'édition

L'homme qui a fait de Paris une ville cyclable
Luxembourg 6 min. 15.03.2022
Entretien avec Christophe Najdovski

L'homme qui a fait de Paris une ville cyclable

Laisser au citoyen le libre choix de ses déplacements implique aussi de lui proposer des infrastructures sécurisées et dédiées.
Entretien avec Christophe Najdovski

L'homme qui a fait de Paris une ville cyclable

Laisser au citoyen le libre choix de ses déplacements implique aussi de lui proposer des infrastructures sécurisées et dédiées.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 6 min. 15.03.2022
Entretien avec Christophe Najdovski

L'homme qui a fait de Paris une ville cyclable

Avec un plan quinquennal ambitieux, Christophe Najdovski a réussi à inverser la tendance en matière de transports à Paris. Il explique aujourd'hui comment cela peut également se faire au Luxembourg.

(MKa avec Steve REMESCH) - Paris était autrefois synonyme de rues interminables et de pollution de l'air. Cela a récemment changé, la capitale française s'est transformée en une ville respectueuse de l'usager faible et connaît actuellement un essor fulgurant du vélo.

Mais contrairement à une idée reçue, cette évolution n'est pas due à la pandémie, mais à un plan quinquennal ambitieux, le Plan Vélo 2015-2020. Et l'homme derrière ce plan, Christophe Najdovski, qui fait partie du cabinet du maire de Paris depuis 2008, est l'invité du Luxembourg cette semaine (voir encadré). Le Luxemburger Wort lui a demandé en amont comment il aborderait le tournant parisien en matière de transports dans la capitale du Grand-Duché.

Christophe Najdovski était responsable du plan Vélo 2015-2020 à Paris.
Christophe Najdovski était responsable du plan Vélo 2015-2020 à Paris.
Photo: Mairie de Paris

«La première chose à faire est d'établir un diagnostic, avec les décideurs politiques, les citoyens et aussi, par exemple, les commerçants», commence Christophe Najdovski sans détour. «La question qui se pose est la suivante: peut-on se déplacer de manière correcte sur les grands axes, en transports publics, à pied, à vélo, en voiture?» Car tel doit être l'objectif: Que chaque individu puisse décider librement de la manière dont il veut se déplacer, selon l'adjoint au maire de Paris.

«Laisser le libre choix au citoyen»

«Il s'agit donc d'une part de permettre un libre choix, tout en considérant le vélo comme un moyen de déplacement à part entière», poursuit Christophe Najdovski. «Pour être plus précis, le vélo est même un moyen très efficace de se déplacer en milieu urbain. Il prend aussi très peu de place par rapport à la voiture. Et permet donc de fluidifier le trafic».

Au Luxembourg, et c'est évident, les conditions ne sont pas encore réunies aujourd'hui pour permettre à chacun de se déplacer à vélo. Par exemple, parce que les infrastructures ne sont pas sécurisées en permanence et sont régulièrement interrompues.

Pourrait-on imaginer une route pour voitures qui s'arrêterait soudainement dans le vide?

Christophe Najdovski

«Pourrait-on imaginer une route pour voitures qui s'arrêterait soudainement dans le vide? Ou qui n'est plus goudronnée? Où l'on dirait aux automobilistes: ‘Débrouillez-vous’? Non, certainement pas», souligne le professeur de sciences sociales.

Il doit en être de même pour les cyclistes. «Les itinéraires cyclables doivent être continus et sécurisés», confirme l'homme de 52 ans. «C'est pourquoi il faut assurer cette continuité et cela se fait en créant de la place pour le vélo, à côté des autres moyens de déplacement». L'espace public doit être redistribué. C'est la seule façon d'avoir une politique équilibrée qui permette d'accorder à chacun la place qui lui revient.

Les infrastructures cyclables sont en outre beaucoup moins coûteuses que celles destinées aux véhicules, souligne Christophe Najdovski. Elles permettraient de se déplacer beaucoup plus efficacement au quotidien. En une heure de pointe, on peut faire circuler environ 3.500 cyclistes sur une voie de circulation, contre à peine 800 voitures, alors que la plupart des véhicules n'ont qu'un seul occupant. De plus, le vélo est non seulement beaucoup plus efficace que la voiture, mais il est aussi beaucoup moins polluant.

Ceux qui s'interrogent sur les avantages pour le commerce de détail et la gastronomie doivent garder à l'esprit que tous les utilisateurs de l'espace public sont des consommateurs. «De nombreuses études empiriques ont en outre démontré que les cyclistes sont des clients bien plus fidèles que les automobilistes», souligne Christophe Najdovski.

Un changement de paradigme bien avant le covid

Leur amour pour le vélo, les Parisiens ne l'ont pas découvert par hasard. La ville a décidé de faire de la place au vélo. Et avec les nouvelles pistes sécurisées, les utilisateurs sont venus comme par magie. Néanmoins, il y a eu des résistances qu'il fallait braver.

«Pour comprendre comment nous avons réussi à transformer le transport à Paris, il faut d'abord identifier l'élément déclencheur de cette transition en 2015», explique Christophe Najdovski. «La question se pose dans le sens où l'on attribue souvent le boom du vélo à la pandémie. Mais en réalité, c'est au moment de la conclusion de notre Plan Vélo que le covid est entré en jeu».

«En 2015, Paris a dû faire face à plusieurs reprises à des pics de pollution de l'air», explique le maire-adjoint. «Cela a ensuite conduit à la prise de conscience qu'on ne pouvait plus continuer comme avant. Et le trafic automobile était la principale cause d'émission de polluants. Cela a ensuite facilité la mise en œuvre d'un plan visant à encourager la pratique du vélo. Cela impliquait d'investir dans des infrastructures cyclables et dans des services, comme le gardiennage sécurisé des vélos dans les gares, sur le lieu de travail ou de résidence.»

Les vélos électriques comme gamechanger

A cela s'ajoute un point commun avec le Grand-Duché: le fait qu'une grande partie des déplacements quotidiens, et notamment le trajet jusqu'au lieu de travail, ne comporte que de courtes distances. Quelques kilomètres seulement. Ces distances peuvent être facilement parcourues à vélo et encore plus facilement avec un vélo électrique ou un pedelec.


ARCHIV - 26.03.2020, Bayern, Forstinning: Ein Elektroauto (BMW I3) wird an einer Lades‰ule geladen. (zu dpa ´Doppelter Stresstest 2021: Warum der Druck auf die Autobranche anh‰ltª) Foto: Sven Hoppe/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les primes pour les véhicules électriques prolongées
Le ministère de l'Environnement indique ce lundi un prolongement de deux ans des aides pour les véhicules électriques. Ce dispositif doit continuer à encourager la mobilité à zéro émission de CO2.

«Il y a un très fort potentiel pour développer l'utilisation des vélos électriques à la place de la voiture, et ce pour des distances allant jusqu'à 15 ou 20 kilomètres par trajet», souligne Christophe Najdovski. «Le vélo électrique est aussi très efficace. On prend moins de place et l'impact sur l'environnement et la santé est plus que positif. A cela s'ajoute un aspect économique qui est bénéfique, surtout face à la hausse du prix des carburants qui va certainement perdurer.»

Ce que Christophe Najdovski ferait différemment aujourd'hui s'il pouvait recommencer en 2015 avec le Plan Vélo? «Je mettrais plus de moyens humains pour accompagner la mise en place des projets, ce qui permettrait aussi d'avancer plus vite», explique-t-il.

«Nous sommes aujourd'hui face à un climat déréglé. Les graves inondations qui ont eu lieu en Allemagne, au Luxembourg et en Belgique durant l'été 2021 prouvent que le changement climatique est déjà en cours», souligne l’adjoint au maire. «Il ne suffira plus de remplacer les véhicules à combustion par des voitures électriques pour limiter nos émissions de gaz à effet de serre. Nous devons également changer nos comportements et recourir davantage aux transports publics, déjà gratuits et de qualité au Luxembourg, à la marche, au vélo, à la mobilité partagée. En d'autres termes, nous devons permettre aux gens d'utiliser tout cela. Il est temps d'agir, nous n'avons plus le temps de continuer à attendre», conclut Christophe Najdovski.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le retour à la normale qui se confirme peu à peu au Luxembourg remet sur la table la problématique centrale de la mobilité et de la sûreté sur les routes. L’occasion de faire le point avec la Sécurité routière Luxembourg asbl.
Le dernier radar fixe installé scrute les passages aux feux place de l'Etoile dans la capitale. Mais il n'est pas encore entré en service, faute de cadre légal.
Ce mercredi matin, la Ville de Luxembourg a présenté les conclusions de la première phase du «Mobiliteitsplang». Une enquête qui montre les différents usages de déplacements entre les habitants de la ville et les visiteurs.
Lokales, Konflikt zwischen Radfahrer und Fussgänger, mobiliteit, Mobilität, Vélo, Fahrrad, Fußgänger, piéton, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Si la première édition dédiée à la découverte du Luxembourg à vélo avait suscité l'enthousiasme, la deuxième n'a pas rencontré le même succès, concèdent mercredi les ministres de la Mobilité et du Tourisme. La faute, officiellement, au mauvais temps.
Présentant ce jeudi le programme des journées européennes de la mobilité, le ministre de tutelle a invité les communes à faire «davantage d'efforts» pour promouvoir le train, le vélo ou le tram. Sans pour autant bannir totalement les autres moyens de transport.
Lokales, mobiliteit, Mobilität, Vélo, Fahrrad, Fußgänger, Auto, Bus, piétons, piéton, Radweg, piste cyclable, Cycliste,  Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Face au dynamisme économique de Luxembourg-Ville qui devrait atteindre les 180.000 résidents et 220.000 emplois d'ici 2035, l'échevin libéral à la Mobilité plaide pour l'essor «de solutions adaptées à chacun». Et donc le maintien de l'accès en voiture au centre-ville.
A person rides a bicycle in Bogota on May 19, 2020, after the city's mayor expanded bicycle lanes temporarily during the COVID-19 pandemic so people can avoid mass public transport as a preventive measure against the spread of the novel coronavirus. - Latin American cities are beginning to implement their 'new normal' with the introduction of bicycle lanes, widened sidewalks and distance signs, to overcome the COVID-19 emergency in urban spaces already affected by overcrowding, crowded transport and pollution. (Photo by Raul ARBOLEDA / AFP)
Dans moins d'un an, les abords du Laboratoire national de santé à Dudelange auront pris un tout autre visage. Avec traqueurs photovoltaïques en partie haute, et cheminement ouvert aux vélos traçant sa route au milieu d'un nouveau parc.
Lok , Chantier Photovoltaik-Tracker Düdelingen , neben Staatslaboratorium , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Pour assurer la sécurité de tous, la Ville de Luxembourg a instauré mercredi de nouvelles règles de circulation sur ce site très fréquenté de la capitale. Les usagers à vélo disposent à présent d'une voie exclusivement réservée, dont la sureté réelle porte à débat.
Binnen weniger Minuten suchten am Mittwochmittag mehrfach Radfahrer nach der Fortsetzung des verpflichteten Radwegs in Höhe der Avenue Emile Reuter. Mangels einer erkennbaren Route setzten sie ihren Weg dann doch im Park fort.