Changer d'édition

L'histoire des Portugais au Luxembourg
Luxembourg 3 min. 13.03.2015 Cet article est archivé
32e festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté

L'histoire des Portugais au Luxembourg

Première fête nationale portugaise au Grand-Duché, en 1965.
32e festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté

L'histoire des Portugais au Luxembourg

Première fête nationale portugaise au Grand-Duché, en 1965.
Photo: collection privée
Luxembourg 3 min. 13.03.2015 Cet article est archivé
32e festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté

L'histoire des Portugais au Luxembourg

A l'occasion de ses 45 ans et du festival des migrations qui débute ce vendredi 13 mars, l'hebdomadaire Contacto publie un supplément sur l'histoire de l'immigration lusophone au Luxembourg. Le point sur un gros travail de recherche avec le rédacteur en chef, José Correia.

Le 32e festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté se déroule du vendredi 13 au dimanche 15 mars. A cette occasion, nos confrères et collègues de l'hebdomadaire Contacto ont consacré cette semaine un supplément de 12 pages à l'histoire de l'immigration des lusophones et donc bien sûr des Portugais au Luxembourg. Deux mois de recherches ont été nécessaires à la rédaction de ce supplément richement documenté. Un travail qui veut aussi marquer l'anniversaire de Contacto qui fête cette année ses 45 printemps.

Le festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté a plusieurs facettes, dont une partie consacrée à la littérature. Dans ce volet, c'est la culture lusophone qui est cette année à l'honneur. C'est l'une des raisons qui a motivé les journalistes de Contacto à réaliser ce supplément. Mais aussi le questionnement, tout simplement: "On manque de données au Luxembourg sur l'immigration portugaise avant 1970", résume le rédacteur en chef de l'hebdomadaire, José Correia. "Le Statec ne dispose pas de chiffres sur cette période."

Les journalistes de Contacto ont donc enquêté dans leur entourage, consulté divers ouvrages sur la question de l'immigration portugaise au Luxembourg et contacté diverses instances officielles. "L'Asti (association de soutien aux travailleurs immigrés) a des chiffres datant de 1966, la police des étrangers a elle aussi des chiffres datant de 1968. Pourquoi pas le Statec?" s'interroge José Correia. "Même le consulat ne dispose d'aucune donnée sur le nombre d'immigrés portugais avant 1980."

Des Portugais au Luxembourg depuis 50 ans

"J'ai trouvé par hasard un livre du premier consul du Portugal au Grand-Duché. Il a occupé sa fonction ici de 1965 à 1965. C'était un sympathisant de la dictature au Portugal, il s'appelait José Mendes-Costa. Dans son livre, il a laissé des chiffres de l'époque où il est arrivé au Luxembourg, en 1965: il fait état d'environ 2.000 Portugais."

"En 1970, le Statec fait état de 1.900 Portugais au Luxembourg or le consulat du Portugal avait déjà 11.000 inscriptions: la différence est énorme!" s'étonne le rédacteur en chef. "Je suppose qu'il devait y avoir pas mal de clandestins", avance-t-il. A cette époque, les frontières étaient encore fermées.

Les Portugais sont là depuis une cinquantaine d'années. La première association portugaise a été créée au Grand-Duché en 1968. Et Contacto en 1970. "Si Contacto naît en 1970, c'est qu'il y avait forcément quelque chose avant!", relève José Correia.

"Selon une étude de 1975 réalisée par un sociologue, Albano Cordeiro, à l'Université de Grenoble, les premiers Portugais sont arrivés de Lorraine puis de la république du Portugal car ils avaient entendu dire que le Luxembourg cherchait de la main d'œuvre." De nombreux Portugais ont en effet quitté leur pays entre 1957 et 1974. 

Article paru dans le Luxemburger Wort du 19 juin 1965 faisant état de la première Journée portugaise au Luxembourg.
Article paru dans le Luxemburger Wort du 19 juin 1965 faisant état de la première Journée portugaise au Luxembourg.
archives LW

"Mais les accords signés entre le Luxembourg et le Portugal pour faire venir de la main d'œuvre ne datent que de 1970", poursuit encore José Correia. "Les pics d'immigration sont généralement liés à des crises économiques au Portugal: la fin des années quatre-vingts et des années quatre-vingt-dix, en raison de l'entrée du Portugal dans la CEE."

En 2011, le recensement faisait état de 82 363 vivant au Luxembourg.

Les animations

Le volet littéraire du festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté débute ce vendredi 13 mars avec le 15e Salon du livre et des cultures et du 3e ArtsManif. Le programme complet est sur le site du Clae, Comité de liaison des associations d'étrangers.

Près de 400 stands présenteront, à Luxexpo, des informations culturelles et touristiques, des spécialités culinaires,  des écrivains de leur pays. Des tables rondes sont proposées, notamment une au sujet du droit de vote des étranger. Elle aura entre autres comme invités Félix Braz, ministre de la Justice, Claude Wiseler, président du groupe parlementaire du CSV, Denis Scuto, historien, Eduardo Dias, membre du Clae. 

Le Cap Vert, où le Grand-Duc et une délégation luxembourgeoise vient d'effectuer une visite officielle du 10 au 12 mars, sera aussi abordé en tant qu'"exemple de coopération européenne".

Anne Fourney




Sur le même sujet

Si depuis 2017 le nombre de résidents portugais recule légèrement au Luxembourg, le phénomène est à relativiser pour Antonio Gamito. L'ambassadeur du Portugal estime que la crise sanitaire a notamment freiné les nouvelles arrivées.
Au 1er janvier 2017, le Luxembourg comptait 590.667 habitants, soit une dizaine de milliers de plus que l'année précédente. Mais les Luxembourgeois s'en vont et croisent les Français qui viennent s'installer au Grand-Duché.
Emaischen en centre-ville de la capitale et à Nospelt.
La communauté portugaise au Luxembourg
C'est en 1969 que l'immigration portugaise commence à prendre de l'ampleur au Luxembourg alors qu'elle était jusque-là marginale. Regard sur l'aubaine de cette immigration, sur les défis qu'elle a également posés et sur l'évolution du Luxembourg, notamment en terme d'image.
Luxembourg - Portugal, en septembre 2012
Marc André Meyers publie «D'amour et d'acier»
L'écrivain brésilien d'origine luxembourgeoise raconte la saga de l'Arbed au Brésil. Nous avons pu l'interviewer avant sa venue au Salon du livre du Festival des migrations qui a lieu ce week end.
Les travailleurs portugais au Luxembourg sont les plus exposés au risque de pauvreté. En 2013, indique un nouveau rapport du Statec, 22,1% des immigrés portugais vivaient, avec moins de 1.665 euros par mois, en-dessous du seuil de pauvreté. Chez Caritas arrivent chaque jour des Portugais désespérés. Et pas que des nouveaux arrivants.