Changer d'édition

L’extraordinaire
Luxembourg 2 min. 03.04.2020 Cet article est archivé

L’extraordinaire

L’extraordinaire

Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 03.04.2020 Cet article est archivé

L’extraordinaire

Gaston CARRE
Gaston CARRE
Nous possédons des voitures intelligentes et des lave-linge qui nous parlent, mais un virus suffit à nous replonger dans le Moyen Age, l’âge de la peste, quand un simple bacille terrassait l’Europe.

Un ami me rapporte ce rêve d’enfant, qui le visitait souvent: il rêvait qu’un matin au réveil plus rien ne serait pareil.

Parce qu’au cours de la nuit de l’extraordinaire serait advenu, événement, révélation ou dévoilement, si extraordinaire que tout en serait changé – le monde ne serait pas transformé, non, pas vraiment, mais il serait troublé, «inquiété» par une donne nouvelle qui ferait que rien ne serait plus pareil. On aurait découvert une vie sur Mars, semblable à la nôtre, ou un âne lisant Aristote – un seul âne en transe métaphysique et la chrétienté tout entière s’effondre, philosophie, anthropologie, tout serait obsolète. 

Ou l’imminence du Déluge, non pas comme métaphore mais comme inondation, non pas à la fin du monde mais à la fin de la journée, aujourd’hui.

Et bien voilà, nous y sommes: le très extraordinaire est advenu, les eaux montent et l’humanité est submersible. C’est en cela qu’il change la donne, le corona, en laissant entrevoir la possibilité d’un naufrage hic et nunc – nous nous savions mortels, oui, mais c’était un postulat de la philosophie, c’était pour les ânes métaphysiques, nous ignorions que nous pouvions l’être pour de bon, et nous ignorions que nous pouvions être mortels tous ensemble en même temps, d’où l’étrange sentiment d’égalité qui ces jours-ci à la fois nous accable et nous ravit – le virus a réussi là où le communisme a failli.

D’où l’inouï surgit-il? Qu’est-ce qui le véhicule? Un virus ! Sait-on à quoi il ressemble, ce virus, s’est-il présenté? Non! Invisible, un rien, ou un presque rien, et c’est ce presque qui nous fait trembler. Nous sommes périssables, et un presque pourrait nous anéantir.  

Nous possédons des voitures intelligentes, des lave-linge qui nous parlent, nous possédons les technologies les plus puissantes, or un virus nous replonge dans le Moyen Age, l’âge de la peste, quand un bacille terrassait l’Europe. En cette disproportion entre l’effet et la cause Pascal (Blaise, le philosophe) verrait une manifestation nouvelle de l’infiniment grand et de l’infiniment petit, à quoi l’on pourrait ajouter que l’un et l’autre ont permuté: le virus est immense et l’homme devant lui est tout petit, si petit qu’il est devenu invisible à son tour, la ville est déserte, le virus est partout mais l’Homme n’est plus visible nulle part.


TOPSHOT - A passenger aboard the Diamond Princess cruise ship waves to the media upon arriving at Yokohama port on February 6, 2020. - Ten more people on a cruise ship off Japan have tested positive for the new coronavirus, local media said, raising the number of infections detected on the boat to 20. (Photo by Kazuhiro NOGI / AFP)
La microphobie
Le président Xi Jinping a qualifié le coronavirus de «démon». Une boîte de Pandore dès lors est ouverte, et le diable est lâché.

Foucault, autre philosophe, disait qu’un jour son visage, le visage de l’Homme, s’effacerait comme en bord de mer une figure tracée dans le sable. Le virus, qui n’a pas de ces délicatesses, nous enseigne que l’humanité peut s’éteindre comme un projet qui tombe à l’eau.

Mon camarade n’est plus de ce monde. S’il s’éveillait ce matin il exulterait: nous y sommes dirait-il, il est arrivé quelque chose de vraiment extraordinaire, enfin, et plus rien n’est pareil. Il était, on l’aura deviné, un peu dépressif mon camarade – face à un naufrage il verrait le verre complètement plein plutôt que moitié vide, et regretterait que le corona nous apporte du nouveau sans nous laisser le temps de le contempler. 

C’est le propre de l’extraordinaire hélas, de ne pas durer….

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La microphobie
Le président Xi Jinping a qualifié le coronavirus de «démon». Une boîte de Pandore dès lors est ouverte, et le diable est lâché.
TOPSHOT - A passenger aboard the Diamond Princess cruise ship waves to the media upon arriving at Yokohama port on February 6, 2020. - Ten more people on a cruise ship off Japan have tested positive for the new coronavirus, local media said, raising the number of infections detected on the boat to 20. (Photo by Kazuhiro NOGI / AFP)