Changer d'édition

L'ex-petit ami de Diana Santos: «C'était la femme de ma vie»
Luxembourg 3 min. 07.10.2022
Drame de Mont-Saint-Martin

L'ex-petit ami de Diana Santos: «C'était la femme de ma vie»

Diana Santos avait 40 ans et vivait au Luxembourg depuis environ quatre ou cinq ans.
Drame de Mont-Saint-Martin

L'ex-petit ami de Diana Santos: «C'était la femme de ma vie»

Diana Santos avait 40 ans et vivait au Luxembourg depuis environ quatre ou cinq ans.
Photo: DR
Luxembourg 3 min. 07.10.2022
Drame de Mont-Saint-Martin

L'ex-petit ami de Diana Santos: «C'était la femme de ma vie»

Tiago RODRIGUES
Tiago RODRIGUES
C'est l'ex-compagnon qui a permis l’identification du corps retrouvé démembré à Mont-Saint-Martin. Il a reconnu Diana Santos grâce à ses tatouages.

L'ex-petit ami de Diana Santos, la Portugaise de 40 ans retrouvée démembrée à Mont-Saint-Martin le 19 septembre, a révélé à Contacto qu'il a collaboré avec les autorités dans l'enquête en cours et qu'il a toujours été traité comme un témoin, jamais comme un suspect.


Diana Santos tinha 40 anos e vivia no Luxemburgo.
La dernière maison de Diana Santos aurait été fouillée à Diekirch
Des habitants du canton ont révélé à Contacto que Diana Santos avait récemment déménagé à Diekirch et qu'elle vivait avec un homme.

Ce dernier a vécu avec Diana Santos pendant trois ans à Athus, en Belgique. Pour Contacto, il raconte l'histoire du couple. «Nous avons commencé à sortir ensemble en 2019. Nous nous sommes rencontrés dans un bar où elle travaillait. Diana, c’était la femme de ma vie», raconte-t-il. Mais leur relation n'a pas toujours été facile. «On se disputait souvent. A trop tirer sur une corde, elle finit par casser. En 2021 j'ai été arrêté parce que Diana a porté plainte contre moi, m'accusant de l'avoir agressée.»

Neuf mois plus tard, en juin de cette année, lorsqu’il sort de prison, le couple se reforme. Diana travaillait alors dans un café à Ettelbruck et ils avaient loué un appartement à Pétange. Cependant, la relation s’achève peu de temps après: Diana avait rencontré un autre homme. Dès lors, ils étaient restés amis, communiquant beaucoup par téléphone.

Ce n'est que le 26 septembre, une semaine après la découverte du corps de Diana Santos, que cet homme a soupçonné qu'il pourrait s'agir de son ex-petite amie, en raison des images des tatouages ​​que la police a diffusées.

Après avoir vu la photo et le tatouage avec le nom du fils de la victime, il s’est dit: «C'est Diana». «Et j'ai commencé à pleurer», se souvient-il. «Je n'allais pas bien. Avec la fin de notre relation et après avoir entendu parler de sa mort et dans quelles circonstances elle a eu lieu, je ne vais toujours pas bien aujourd'hui. J'y pense toujours.»


Entre effroi et incompréhension, ils sont aujourd'hui nombreux à pleurer la disparition tragique de Diana.
Une marche blanche pour rendre hommage à Diana
Celle-ci sera organisée dans la ville frontalière d'Athus (Belgique), là où Diana a vécu pendant plus d'un an.

Dès qu'il l'a identifiée, l'ex-compagnon a contacté les autorités et a collaboré à l'enquête en cours. «J'ai donné mon témoignage, avec tous les détails. Ils m'ont toujours traité comme un témoin, jamais comme un suspect», révèle-t-il, critiquant l'information qui le place comme suspect possible dans le crime, car il a été détenu pour violences conjugales. «Je suis incapable de commettre un tel crime. Je ne peux même pas tuer un poulet», garantit-il.

Qui était Diana Santos?

Diana Santos était née à Porto. Selon son frère, Vítor Santos, qui s'est entretenu avec Contacto, elle vivait au Luxembourg depuis «environ quatre ou cinq ans».

Ce n'était pas la première expérience à l'étranger de la Portugaise. Le père, qui avait également témoigné en exclusivité pour la rédaction, a révélé que sa fille avait toujours travaillé comme serveuse et commis de cuisine.

Le parquet a confirmé lundi que la victime était portugaise et résidait au Grand-Duché.


Diana Santos tinha 40 anos e vivia no Luxemburgo.
«Je veux que la police me parle de toute urgence»
Le frère de Diana Santos affirme avoir des informations importantes à donner aux autorités et se dit prêt à venir au Luxembourg.

Suite à cette nouvelle, le parquet de Nancy, en France, a confirmé mardi que les autorités luxembourgeoises avaient identifié le corps grâce aux tatouages ​​et à l'utilisation de l'ADN et ajouté avoir transmis l'affaire au parquet de Dierkich.

Le corps démembré de la femme a été retrouvé le 19 septembre par un garçon de 16 ans derrière un immeuble abandonné près de la mairie de Mont-Saint-Martin dans le département de Meurthe-et-Moselle.

L'affaire est en cours d'instruction par les autorités françaises et luxembourgeoises.

Cet article a été publié pour la première fois sur Contacto.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet