Changer d'édition

L'évolution record des prix pèse sur les Luxembourgeois
Luxembourg 5 min. 31.05.2022
Politmonitor

L'évolution record des prix pèse sur les Luxembourgeois

La préoccupation numéro un de la population reste le logement. C'est surtout chez les femmes (95 %) et chez les jeunes de 18 à 24 ans (82%) que cette question est au centre des préoccupations.
Politmonitor

L'évolution record des prix pèse sur les Luxembourgeois

La préoccupation numéro un de la population reste le logement. C'est surtout chez les femmes (95 %) et chez les jeunes de 18 à 24 ans (82%) que cette question est au centre des préoccupations.
Crédit: Shutterstock
Luxembourg 5 min. 31.05.2022
Politmonitor

L'évolution record des prix pèse sur les Luxembourgeois

Mélodie MOUZON
Mélodie MOUZON
La population luxembourgeoise s'inquiète de la flambée actuelle des prix, alors que l'accès à un logement abordable reste la préoccupation majeure, selon les conclusions du dernier Politmonitor réalisé pour le «Luxemburger Wort» et «RTL».

Les conséquences de la pandémie, avec les problèmes d'approvisionnement énergétique, et la guerre en Ukraine, qui accentue la hausse des prix de l'énergie et des denrées alimentaires, mettent la société à rude épreuve. Le dernier Politmonitor réalisée par TNS Ilres pour le compte du Luxemburger Wort et de RTL auprès d'un échantillon représentatif de 1.048 personnes âgées de plus de 18 ans traite de ces préoccupations ainsi que, de manière plus approfondie, de la peur de manquer de moyens financiers.  


WI,Working Poor.Caritas-Buttik.Gare rue Michel Welter. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Un travailleur luxembourgeois sur dix est pauvre
Le Luxembourg est le deuxième pays de l'UE, derrière la Roumanie, où le risque de pauvreté professionnelle est le plus élevé. L'inflation aggrave-t-elle la situation?

La préoccupation numéro un de la population reste le logement. C'est surtout chez les femmes (95 %) et chez les jeunes de 18 à 24 ans (82%) que cette question est au centre des préoccupations. 

La crise du logement s'est installée durablement dans le pays, marquée par une envolée des prix de l'immobilier et par une pénurie qui s'accentue. Les crises qui se sont succédé dernièrement n'ont fait qu'amplifier le phénomène, avec des conséquences notamment sur les prix de l'énergie et des matériaux de construction. Se loger à un prix décent devient donc de plus en plus difficile pour de nombreux ménages.

Pas étonnant donc que trois quarts des répondants (75%) placent l'accès à un logement abordable comme leur préoccupation principale, comme c'était déjà le cas lors du Politmonitor de juin 2021. C'est aussi le sujet qui doit avoir la plus haute autorité politique, selon les personnes qui ont participé à l'enquête, devant les conséquences du changement climatique et les perspectives d'avenir des enfants.

Craintes autour de la flambée des prix

En second lieu parmi les préoccupations, on retrouve l'évolution des prix de l'énergie. 62% des 1.048 répondants en font une de leurs principales préoccupations. Le conflit en Ukraine, qui dure maintenant depuis un peu plus de quatre mois, a fait s'envoler les prix du gaz et des produits pétroliers, qui ont atteint des prix records. Un coup dur pour le portefeuille des ménages. 

Derrière, pour 59% des personnes ayant participé à l'enquête, l'inflation est également source d'inquiétude pour les Luxembourgeois. Cette dernière explose, elle aussi, tous les records et une accalmie n'est pas attendue avant au moins 2023.

La dernière mouture du Politmonitor s'attarde plus particulièrement sur cette question de l'inflation et ses conséquences dans la vie des Luxembourgeois. 81% des répondants estiment que leur situation financière actuelle est «plutôt bonne» voire «très bonne» malgré le contexte incertain. 

Pour 54% des personnes sondées, l'inflation galopante n'a pas eu d'impact sur cette situation, qui est restée inchangée durant les 12 derniers mois. Alors que 29% déclarent que leurs finances sont plus mauvaises qu'il y a un an, 14% estiment en revanche que celles-ci sont meilleures.

Les femmes plus inquiètes

L'augmentation constante des prix qui fait l'actualité depuis plusieurs mois reste une source d'inquiétude pour les répondants. Plus de la moitié d'entre eux (54%) se disent «plutôt préoccupés» et 28% déclarent même être «très préoccupés» par la situation. Près d'un répondant sur six affirme par contre ne pas s'en inquiéter.

La tranche d'âge des 35-44 ans se distingue ici : 67 % d'entre eux -suivis des très jeunes (60 %) et des 45-54 ans (57 %) - sont ceux qui sont les plus inquiets de ne plus pouvoir joindre les deux bouts. Les femmes sont généralement plus inquiètes que les hommes à ce sujet.

Un report qui divise

Interrogés sur le report de la prochaine tranche d'indexation en 2023, 53% des répondants disent être «plutôt d'accord» voire «tout à fait d'accord» avec la mesure décidée de la dernière tripartite, qui a accouché d'un paquet de mesures destinées à alléger la facture des citoyens. 36% n'y sont par contre pas favorables.

Des nuances se dessinent toutefois en fonction des affinités politiques. Ainsi, moins de la moitié des électeurs de Déi Gréng (48%) approuvent ce report, contre 64% pour ceux du LSAP. Sans grosse surprise, l'opposition la plus importante à cette mesure se retrouve au sein des électeurs du CSV, qui sont 35% à se montrer défavorables à un tel report.

Rappelons que la dernière tranche d'indexation a été déclenchée le 1er avril dernier. Et selon les prévisions du Statec, qui ont été revues à la hausse, la prochaine tranche pourrait déjà être due en juillet. Mais cela n'est pas prévu dans le projet de loi qui régit l'exécution des mesures issues de l'accord tripartite. Toutes les tranches indiciaires supplémentaires devront donc être versées simultanément le 1er avril 2024. Le nouveau gouvernement en place devra alors décider s'il applique la loi telle quelle ou s'il la modifie.

La question générale de l'équité ou de l'injustice dans la société luxembourgeoise a également été posée aux répondants. Alors qu'en novembre 2021, 46 % des personnes interrogées estimaient que la société était juste et 45% injuste, elles sont désormais 50% à se plaindre d'injustice et seulement 39% à être satisfaites de la situation en matière de justice. Une personne sur dix considère désormais la société comme très injuste, contre 6% en novembre dernier.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L’accord tripartite a permis de développer les bons instruments qui fourniront les bonnes solutions pour éviter une tragédie sociale.
Politik, Interview Patrick Dury - 1. Mee, LCGB, Union, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les dépenses incompressibles pèsent de plus en plus lourd dans les finances des résidents luxembourgeois. Devant ce constat, une question simple: le Grand-Duché devient-il réellement hors de prix pour qui fait le choix d'y vivre, d'y rester, de s'y installer?