Changer d'édition

L'euthanasie considérée comme une mort naturelle
Luxembourg 2 min. 12.07.2019

L'euthanasie considérée comme une mort naturelle

Depuis l'entrée en vigueur de la loi sur l'euthanasie en 2009, 71 patients ont demandé l'assistance au suicide.

L'euthanasie considérée comme une mort naturelle

Depuis l'entrée en vigueur de la loi sur l'euthanasie en 2009, 71 patients ont demandé l'assistance au suicide.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 12.07.2019

L'euthanasie considérée comme une mort naturelle

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Le conseil de gouvernement a adopté, jeudi 11 juillet, la modification du projet de loi visant à «assimiler la mort d’une personne décédée à la suite d’une euthanasie ou d’une assistance au suicide à une mort naturelle».

Les droits et obligations des patients souhaitant se donner la mort par euthanasie au Luxembourg vont désormais changer. Alors que le débat français autour de Vincent Lambert, patient en état végétatif depuis 11 ans, prenait fin jeudi matin avec son décès, le gouvernement luxembourgeois a adopté une nouvelle directive concernant l'euthanasie et l'assistance au suicide dans le pays.


Un plan national sur la fin de vie d'ici fin 2020
Dix ans après le vote de la loi autorisant le recours à l'euthanasie au Luxembourg, le gouvernement annonce lundi sa volonté de mettre en place une stratégie visant notamment à «respecter le choix du patient», «réduire les inégalités d'accès» ou bien encore «former les professionnels».

Ainsi, dix ans après son entrée en vigueur en 2009, ce projet de loi propose désormais «d'assimiler la mort d’une personne décédée à la suite d’une euthanasie ou d’une assistance au suicide à une mort naturelle».

Plus un suicide

Ainsi, les conséquences du décès «seront clarifiées», selon le ministre de la Santé, Etienne Schneider, notamment en ce qui concerne les circonstances de la mort, «particulièrement dans le cadre d’une assurance-vie que le patient décédé a éventuellement souscrite», a expliqué le ministre LSAP.

En effet, actuellement, l'euthanasie et l'assistance au suicide sont considérées comme équivalentes à un suicide ; or la loi de 1997 sur le contrat d'assurance ne «couvre pas le suicide de l'assuré survenu moins d'un an après la conclusion du contrat». Un point qui inquiétait déjà le député Marc Angel en 2018, dans une question parlementaire.


L'acte d'euthanasie se déroule de plus en plus à domicile selon la volonté du patient.
Environ dix cas d'euthanasie par an
Selon un rapport déposé à la Chambre ce mardi, le nombre d’assistances au suicide est resté constant à 19 cas entre 2017 et 2018. L'acte se déroule de plus en plus à domicile selon la volonté du patient.

Pour la Commission nationale de contrôle et d’évaluation de la loi sur l’euthanasie, qui «déplore fortement l’attitude des compagnies d’assurance et du gouvernement» sur la question, la réponse est donc désormais clarifiée: «l’euthanasie et l’assistance au suicide ne seront plus considérées comme équivalentes à un suicide».

Ce projet de loi était une volonté de longue date du gouvernement, qui souhaitait mettre en place une stratégie visant notamment à «respecter le choix du patient», «réduire les inégalités d'accès» ou bien encore «former les professionnels».

71 euthanasies en dix ans

Depuis l’entrée en vigueur de la loi sur l’euthanasie et l’assistance au suicide, le nombre des déclarations d’euthanasies reste constant. 

La loi exige entre autres que le patient se trouve dans une situation médicale sans issue et fasse état d’une souffrance physique ou psychique constante et insupportable sans perspective d’amélioration, résultant d’une affection accidentelle ou pathologique.

À titre d’exemple, au cours des années 2017-2018, les affections étaient dans deux cas d’euthanasie une maladie neurodégénérative, dans un cas une maladie neuro-vasculaire, dans un cas une maladie systémique et dans tous les autres cas des cancers.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Environ dix cas d'euthanasie par an
Selon un rapport déposé à la Chambre ce mardi, le nombre d’assistances au suicide est resté constant à 19 cas entre 2017 et 2018. L'acte se déroule de plus en plus à domicile selon la volonté du patient.
L'acte d'euthanasie se déroule de plus en plus à domicile selon la volonté du patient.
Un plan national sur la fin de vie d'ici fin 2020
Dix ans après le vote de la loi autorisant le recours à l'euthanasie au Luxembourg, le gouvernement annonce lundi sa volonté de mettre en place une stratégie visant notamment à «respecter le choix du patient», «réduire les inégalités d'accès» ou bien encore «former les professionnels».
Deux visions de la dignité humaine
Le 16 mars 2009 entraient en vigueur les lois sur les soins palliatifs et l’euthanasie. Des lois qui ont profondément divisé le pays, entre partisans d’une mort choisie et humaine et défenseurs inconditionnels de la vie.
En un an: 18 personnes ont demandé l'euthanasie au Luxembourg
18 personnes au Luxembourg ont été euthanasiées entre 2015 et 2016, explique un nouveau rapport publié par la Commission du contrôle et de l'évaluation concernant la loi sur l'euthanasie et le suicide assisté au Grand-Duché. C'est trois de plus qu'il y a deux ans.
Depuis l'entrée en vigueur de la loi sur l'euthanasie en 2009, 52 patients au Luxembourg ont reçu un traitement de suicide assisté.