Changer d'édition

«L'État s'est montré trop généreux durant la crise»
Luxembourg 2 min. 25.09.2020 Cet article est archivé

«L'État s'est montré trop généreux durant la crise»

Pour s'en sortir, Georges Heinrich préconise des «augmentations ou des ajustements d'impôts», mais aussi «des ajustements de dépenses.»

«L'État s'est montré trop généreux durant la crise»

Pour s'en sortir, Georges Heinrich préconise des «augmentations ou des ajustements d'impôts», mais aussi «des ajustements de dépenses.»
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 25.09.2020 Cet article est archivé

«L'État s'est montré trop généreux durant la crise»

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Les mesures d'aides prises par le gouvernement lors du confinement étaient trop larges au vu de l'état actuel des finances publiques. C'est en tout cas l'avis exprimé ce vendredi par l'ancien directeur du Trésor, Georges Heinrich.

La crise sanitaire et le ralentissement de l'économie mondiale sont passés par là. Les comptes publics font mauvaise mine. En juillet, Pierre Gramegna (DP), le ministre des Finances annonçait une hausse de 21,9% de la dépense publique en douze mois, parallèlement à une chute des recettes de l'ordre de 12%. Mais pour Georges Heinrich, l'impact de la crise sanitaire à bon dos. Selon, l'ancien directeur du Trésor, «le gouvernement aurait dû se montrer moins prodigue avec les mesures d'aide prises lors du confinement au printemps».

Le trou de 850 millions d'euros constaté dans les finances publiques au deuxième trimestre de 2020 inquiète Georges Heinrich. Surtout que celui qui fut directeur du Trésor jusqu'en juin 2014 suppose que «la crise sanitaire comprendra plusieurs phases.» Or, a-t-il déclaré ce vendredi sur les ondes de RTL Radio, «l'État ne dispose plus d'aucun matelas» pour les affronter. Bref, pour lui, en l'état actuel, «il serait possible de financer le déficit pendant un à deux ans, mais pas pour une période plus longue.»


Faillite Chaussures  Geox - Belle étoile - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
L'Etat luxembourgeois ouvre grand les robinets financiers
Le ministre des Finances voit filer les dépenses publiques plus vite que prévu à l'heure de présenter son budget 2020. Mais le déficit constaté aujourd'hui, aux yeux de Pierre Gramegna «renforce la capacité de l’économie de redémarrer».

Clairement, la marge de manœuvre du gouvernement s'en trouve aujourd'hui réduite, notamment au niveau du système de retraite, au vu du vieillissement de la population. Ce, même si Georges Heinrich «ne va pas jusqu'à craindre que le Luxembourg entre dans une crise de la dette comme la Grèce il y a quelques années.»

Pour s'en sortir, l'ancien haut fonctionnaire préconise une «inévitable consolidation» des finances publiques. Mais, avoue-t-il, pour qu'un tel exercice soit couronné de succès, «un ensemble de mesures larges et cohérentes sont nécessaires». Et Georges Heinrich ajoute que cela passe «inévitablement» par des «augmentations ou des ajustements d'impôts», mais aussi «des ajustements de dépenses.»


Ministere des Finances - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Les finances publiques, autres victimes du virus
Sur les trois premiers mois de l'année, les recettes engrangées par l'Etat sont en recul (-8,4%) alors que les dépenses ont fait un bond de 28,5%, selon les données publiées lundi par le ministère des Finances. En cause, les mesures d'aide mises en place par le gouvernement pour répondre à la crise sanitaire.

Par ailleurs, à l'évocation du débat sur la justice fiscale suscité par le président du CSV, Frank Engel, Georges Heinrich insiste sur le fait qu'il «ne faut pas se concentrer sur une ou deux nouvelles taxes possibles». Car selon lui, le système actuel pourrait déjà à lui seul apporter plus de justice fiscale. Et l'ex-directeur du Trésor de citer les exemples d'«un apport de davantage de progressivité» ou bien encore d'«un élargissement de l'assiette du revenu imposable.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Jean-Paul Olinger, directeur de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), estime que le chômage partiel devrait se poursuivre pendant une bonne partie de 2021 et devrait constituer une réponse aux conséquences de la crise. A l'image de ce qui se passe ailleurs en Europe.
Wirtschaft, Interview mit Jean-Paul Olinger, UEL, Unions des Entreprises Luxembourgeoise, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le ministre des Finances voit filer les dépenses publiques plus vite que prévu à l'heure de présenter son budget 2020. Mais le déficit constaté aujourd'hui, aux yeux de Pierre Gramegna «renforce la capacité de l’économie de redémarrer».
Faillite Chaussures  Geox - Belle étoile - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Les grandes lignes des mesures sur l'emploi à venir avaient été évoquées lors de la tripartite, la semaine passée. Le ministre du Travail en a expliqué le détail, jeudi. Et d'en profiter pour faire quelques mises au point sur le climat social.
Pressekonferenz zum Jahresbericht 2019 der ITM, mit Marco Boly und Dan Kersch, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
... ainsi qu'aux indépendants, rien qu'en aides non remboursables! Et le ministère des Classes moyennes rappelle qu'il est encore possible de solliciter certaines aides, à condition de déposer sa demande avant le 15 juillet.
Les syndicats sont ressortis amers de la rencontre, vendredi, avec Etat et patronat. Pour LCGB, OGBL et CGFP, si des avancées sociales ont été obtenues, la discussion n'a pas permis d'aborder des thèmes essentiels pour assurer une sortie de crise aux dégâts socialement limités.
Politik, Tripartite, Chateau de Senningen, Xavier Bettel, Patrick Dury, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Nicolas Buck, le président de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), livre ses sentiments avant la tripartite de vendredi. Le «patron des patrons» insiste sur «le monde du travail de demain», des compétences à acquérir et dénonce à nouveau «les lourdeurs administratives».
Für Nicolas Buck und die UEL muss die Arbeitsmarktpolitik ganz oben auf die Agenda der Tripartite.
Le marché du travail et les finances publiques vont être sérieusement impactés par les conséquences économiques de la pandémie de covid-19 annonce ce jeudi l'institut de statistiques. Ce dernier s'attend d'ailleurs à ce que le PIB luxembourgeois enregistre «un repli de 6%» cette année.
Wissen, Wirtschaft, Bau, Bauarbeiter, Hammer, Handwerker, Sonnenuntergang (Foto: Shutterstock)
Seule une société demandeuse sur deux a bénéficié des prêts mis à disposition pour soutenir l'économie, indique lundi le ministre des Finances en précisant que les bénéficiaires étaient aidés en moyenne à hauteur de 250.000 euros. 17.000 demandes de moratoire ont été formulées par des entreprises.
Einkaufsstraße / CP Présentation du Pakt pro pour déveloper le commerce de detail luxembourgois / 16.04.2016 /  Luxembourg  / Foto: Julien Ramos
Le gouvernement va de nouveau délier les cordons de sa bourse et cette fois c'est le monde sportif qui va en bénéficier. 1.600 associations sportives vont en effet profiter de 40% d'une enveloppe globale de cinq millions d'euros accordée par le ministère des Sports.
Aufwaermen Sporting Bartringen
/ Fussball BGL Ligue Luxemburg, Saison 2016-2017 / 11.06.2017 /
Nationaler Fussballtag / 
Stade du Deich, Ettelbrueck /
Foto: Ben Majerus
Pour mettre en place son plan de relance, le gouvernement entend alimenter des fonds européens d'entraide, destinés aussi bien aux entreprises qu'aux salariés. Au total, deux instruments seront alimentés et ne devraient avoir «a priori» aucune conséquence sur la dette publique.
FILE PHOTO: The European Central Bank (ECB) logo is pictured before a news conference on the outcome of the meeting of the Governing Council in Frankfurt, Germany, January 23, 2020. REUTERS/Ralph Orlowski/File Photo
La Commission européenne autorise certains nouveaux régimes de soutien par l'Etat. Voilà 260 millions d'euros qui pourront donc bien être attribués à des centaines d'entreprises touchées par la pandémie du covid-19.
Lok , Chantiers Ville de Luxembourg , Liste von  Diane Lecorsais , Royal Hamilius , Bd Royal Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Sur les trois premiers mois de l'année, les recettes engrangées par l'Etat sont en recul (-8,4%) alors que les dépenses ont fait un bond de 28,5%, selon les données publiées lundi par le ministère des Finances. En cause, les mesures d'aide mises en place par le gouvernement pour répondre à la crise sanitaire.
Ministere des Finances - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort