L'Etat français tranchera avant fin 2015

A31bis: c'est parti pour 3 mois de débat public

Le trafic sur l'A31 a augmenté de 56% au cours des quinze dernières années entre Thionville et le Luxembourg.
Le trafic sur l'A31 a augmenté de 56% au cours des quinze dernières années entre Thionville et le Luxembourg.
Photo: Maurice Fick

(MF) - Axe majeur emprunté quotidiennement par 500.000 automobilistes (l'équivalent de la population luxembourgeoise) et près de 6.000 camions, l'A31 sera saturée, sur certains tronçons, d'ici quinze ans. Pour éviter ce scénario, l'Etat français propose le projet d'une A31bis, déclinable en 3 scénarios. Ce 15 avril est lancé le débat public ouvert à tout le monde.

La première réunion publique aura lieu ce mercredi 15 avril à 19 heures à Nancy au Palais des Congrès. Jeudi soir à 19 heures c'est à Metz Congrès, rue de la Grange aux Bois, que se déroulera le débat. Durant trois mois -jusqu'au 13 juillet exactement- la Commission particulière du débat public (CPDP) organise neuf réunions publiques dans différentes villes du sillon lorrain dont Thionville (jeudi 21 mai au Théâtre municipal) et à Yutz (lundi 1er juin à l'amphi).

Sur les 14 km séparant Thionville et la frontière luxembourgeoise, l'A31 passerait à 2x3 voies.
Sur les 14 km séparant Thionville et la frontière luxembourgeoise, l'A31 passerait à 2x3 voies.
Photo: Maurice Fick

«C'est ouvert à tous et on ne demande évidemment pas mieux que les Luxembourgeois y participent», invite Michel Morin. Le président de la CPDP explique qu'«on est très en amont dans la procédure pour pouvoir modifier le projet d'A31bis en amont si nécessaire». Ce débat public «sert à quelque chose» et il en veut pour preuve que, depuis l'introduction de ce type de procédure en France en 1995 (loi Barnier), «près d'un tiers des nouveaux projets ont été abandonnés suite au débat public.»

Réponse de l'Etat avant le 13 décembre 2015

Au plus tard, deux mois après la fin des débats -c'est-à-dire le 13 septembre 2015- la commission fera le point: «Nous ne donnerons pas de conclusions. Mais nous ferons un compte-rendu qui retracera, le plus fidèlement possible, les idées avancées et les modifications demandées. Bien sûr, il faut que ce soit argumenté», pose Michel Morin.

Et ensuite? L'État français, maître d'ouvrage du projet d'A31bis s'appuiera sur ce bilan du débat public et «disposera de trois mois pour rendre publique sa décision. Avant le 13 décembre 2015 l'Etat est donc obligé de dire ce qu'il va faire», assure le président de la CPDP.

La mission de la commission est de vérifier que «le débat se passe bien. Nous demandons aux intervenants d'argumenter et réciproquement, nous vérifions que la réponse du maître d'ouvrage soit transparente et argumentée afin que le débat soit de qualité». Le débat a également lieu sur le site internet dédié A31bis.debatpublic.fr et en direct sur Twitter (#DébatA31B).

Un rôle-clef dans les échanges avec le Luxembourg

L'Etat français propose le projet de l'A31bis pour désengorger à long terme l'A31, l'une des autoroutes les plus fréquentées de France. La DREAL Lorraine (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement), qui pilote le projet, qualifie l'autoroute A31 d'«infrastructure saturée»

Vu la densité du trafic sur l'A31 au nord de Thionville, «on constate des bouchons récurrents aux heures de pointes et de nombreuses zones dites «instables»» où la moindre perturbation peut entraîner de forts ralentissements», est écrit dans le dossier du maître d'ouvrage.
Vu la densité du trafic sur l'A31 au nord de Thionville, «on constate des bouchons récurrents aux heures de pointes et de nombreuses zones dites «instables»» où la moindre perturbation peut entraîner de forts ralentissements», est écrit dans le dossier du maître d'ouvrage.
Photo: Maurice Fick

Le trafic y a augmenté de «plus de 28% en 15 ans et atteint sur plusieurs sections plus de 80.000 véhicules par jour», avec un transit quotidien d'environ 6.000 poids lourds. 55% des automobilistes prennent l'A31 pour se déplacer le long du sillon lorrain uniquement.

Son rôle est évidemment essentiel dans les échanges avec le Luxembourg. Une lapalissade qui se traduit par un chiffre-clef: au cours des quinze dernières années, le trafic routier a augmenté de 56% au nord de Thionville.

Le projet de l'A31bis

L'idée-maîtresse du projet A31bis -qui s'étend de la frontière luxembourgeoise jusqu'au péage de Gye, soit sur 115 km- est d'élargir l'autoroute existante quand c'est techniquement possible, d'y faire une mise aux normes environnementales, et de construire deux nouveaux tronçons autoroutiers. L'un qui relierait l'A30 à l'A31 entre Fameck et Betange pour dorénavant contourner Thionville par l'ouest. L'autre, tout au sud, relierait Gye et Dieulouard selon un tracé qui offre quatre options.

Entre Thionville et le Luxembourg, l'A31 doit être élargie à 2x3 voies (14 km). Même chose au sud de Metz, entre Fey et Dieulourad (20,5 km) et enfin entre Dieulouard et Bouxières (12,5 km).

Ce projet est estimé entre 1,1 milliard et 1,4 milliard d'euros selon les variantes d'aménagement et pourra être réalisé plus ou moins vite selon 3 scénarios de financement

«Dans deux des trois scénarios proposés, la section entre Thionville et Luxembourg est à péage», résume Michel Morin. En faisant contribuer les usagers, le scénario de «concession étendue» permettrait de mettre en service l'A31bis six ans après la déclaration d'utilité publique. C'est le scénario le plus proche dans le temps.