Changer d'édition

L'esclavage moderne sévit jusqu'au Grand-Duché
Luxembourg 5 min. 21.02.2020 Cet article est archivé

L'esclavage moderne sévit jusqu'au Grand-Duché

On sait que les cas de traite des êtres humains se sont surtout produits sur la scène de la prostitution. Les secteurs de la construction et de la restauration sont loin d'être exemplaires sur la question de la traite d'êtres humains au Luxembourg.

L'esclavage moderne sévit jusqu'au Grand-Duché

On sait que les cas de traite des êtres humains se sont surtout produits sur la scène de la prostitution. Les secteurs de la construction et de la restauration sont loin d'être exemplaires sur la question de la traite d'êtres humains au Luxembourg.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 5 min. 21.02.2020 Cet article est archivé

L'esclavage moderne sévit jusqu'au Grand-Duché

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Non, la traite d'êtres humains n'est pas un phénomène si loin. Ainsi, au Luxembourg, pas moins d'une trentaine de victimes ont été prises en charge l'an dernier. Sombres histoires.

(pj avec Rosa Clemente) Ils sont à la recherche d'une vie meilleure. Au lieu de cela, les voilà dupés par des parents, de supposés amis ou même de parfaits étrangers. Ainsi, près de 21 millions de personnes dans le monde et environ 60.000 en Europe sont exploitées d'une manière ou d'une autre. Le Luxembourg n'échappe pas à ce triste constat. Selon le dernier rapport de la Commission des Droits de l'Homme, entre 2017 et 2018, 31 victimes de traite des êtres humains ont été dénombrées au Grand-Duché.

Sur ces onze hommes, 18 femmes et deux mineurs, seules sept des victimes étaient originaires d'un pays membre de l'UE (Roumanie en tête). Pour les autres cas recensés, les 24 personnes avaient vu le jour en Albanie, en Chine et en Inde (deux). Mais nul doute que ces chiffres ne reflètent qu'une partie de la réalité. L'assistante sociale et responsable du Service d'assistance aux victimes de la traite des êtres humains (Savteh) en convient : «Beaucoup parmi les personnes exploitées ne connaissent pas leurs droits et ne cherchent pas non plus à obtenir de l'aide. Même la société remarque rarement leur souffrance». 

Avec un psychologue et un travailleur social du Service Coteh -autre service d'assistance- ils forment actuellement le seul centre de soins luttant contre la traite des êtres humains au Luxembourg. Et pour des raisons de sécurité, nul ne souhaite donner son identité. C'est qu'ici il est question d'exploitation, de prostitution, de logements indignes, de salaires de misère: des faits hautement répréhensibles. Un esclavage moderne dont les victimes se retrouvent le plus souvent sous l'emprise de leur bourreau.

Début février, un couple de Rumelange comparaissait ainsi pour avoir exploité une nièce, alors mineure, comme main-d'œuvre bon marché. La jeune fille, venue de Guinée-Bissau pour vivre avec sa tante au Luxembourg depuis 2015, devait occuper tout son temps libre aux enfants du couple et à des tâches ménagères. Et c'est auprès d'un de ses professeurs que la demoiselle, épuisée, a osé se confier. Police, justice et au final la tante et son partenaire ont été condamnés en première instance à 42 et 36 mois de prison avec sursis. Ils devront également verser à leur souffre-douleur une indemnisation pour le préjudice subi. 

Malheureusement, toutes les affaires ne sont pas portées devant les tribunaux. «Notre équipe n'est d'ailleurs pas assez étoffée pour rechercher activement des victimes présumées dans certains endroits. Nous devons compter sur le travail de la police et des travailleurs sociaux mais aussi sur l'attention des citoyens pour remonter les éventuels cas», explique le responsable de la Coteh.

L'an passé, l'équipe Savteh/Coteh a pris 24 personnes sous son aile. Huit d'entre elles étaient déjà des victimes identifiées, sept n'ont été identifiées qu'en 2019, et neuf étaient encore des victimes présumées. «Il s'agissait principalement de personnes travaillant dans le secteur de la construction, dans la restauration ou dans des ménages privés. La prostitution ne concernait que peu de monde parmi cet effectif.»

Le plus souvent, les victimes avaient été attirées au Luxembourg par de fausses promesses. Etrangers en situation irrégulière, travailleurs saisonniers, réfugiés et leurs proches : voilà les profils les plus souvent exploités. Autrement dit, des hommes, des femmes, des enfants ignorant leurs droits et n'ayant pas de connaissance pour se défendre.

Une fois prises en charge par les anges gardiens de Savteh et Coteh, les abusés sont avant tout relogés en foyers ou autres établissements coopérant avec les services. Chaque adulte peut alors percevoir une aide financière de 336€ par mois et bénéficier d'une prise en charge psychologique et médicale ainsi qu'un soutien juridique. «Notre objectif est de stabiliser psychologiquement ces personnes, pour la plupart marquées par la peur et souvent traumatisées. Nous les informons de leurs droits, les soutenons dans leurs relations avec la police et le ministère public. Nous les encourageons à redevenir sûres, autonomes et libres», décline le responsable de la Coteh. 

Un travail délicat, d'autant qu'avant la tenue du procès plusieurs longs mois peuvent filer. La procédure entière prend ainsi souvent jusqu'à trois ans. «Trop long», tempêtent les experts de la question de la traite d'êtres humains. «Il existe encore de nombreux obstacles administratifs et juridiques limitant notre travail social», regrette l'équipe.


Sur le même sujet

Les entreprises doivent faire leurs devoirs à domicile
Où en sont les organisations professionnelles luxembourgeoises sur les questions des droits de l'homme? Pour Marc Bichler, qui coordonne le Plan d'action national relatif aux entreprises et aux droits humains, elles doivent identifier ces violations dans leurs activités.
File - Miners dig for diamonds in Marange, eastern Zimbabwe, Wednesday, Nov. 1, 2006.  Human Rights Watch said Friday June 26, 2009 that Zimbabwe's armed forces have taken over diamond fields in the east and killed more than 2,000 people, forcing children to search for the precious gems and beating villagers who get in the way.  (AP Photo/Tsvangirayi Mukwazhi-File)
Le combat d'une «survivante»
Sunita Danuwar se définit comme une «survivante». Cette Népalaise a été kidnappée à l'âge de 14 ans, puis livrée à une maison de passe en Inde. Aujourd'hui elle lutte contre la traite des humains, et le gouvernement américain l'a nommée «Anti-trafficking person Hero 2018». Rencontre.
Children watching the Deopokhari festival through the hole of Iron fence at Khokana, Patan, Nepal on August 20, 2016. The Deopokhari Festival starts at Khokana after brief Press Meet organized by Khokana Festival Committee, the members of Committee gave brief description about the festival, as the oppose against the negative messages flows on the news about the festival and the animal rights campaigners mentioning it as a Barbaric causes and live goat is ripped apart by villagers using their bare hands and teeth. According the committee; Devotees of different wards situated at Khokana participate in the festival, as a part of Newar culture and tradition; devotees of different wards jumps into the pond and struggle for a young female goat, as any groups of ward takes out from the pond, they declared as a winner and the groups have to initiate Culture traditional Music, Culture Dance etc. at Khokana. (Photo by Narayan Maharjan/NurPhoto via Getty Images)
Vendus comme esclaves en Libye: Le Niger demande un débat, manifestation à Paris
Le président nigérien Mahamad Issoufou, qui s'était « indigné » jeudi de la vente aux enchères de migrants-esclaves en Libye, a demandé à ce que le sujet soit mis à l'ordre du jour du sommet Union Africaine - Union Européenne des 29 et 30 novembre à Abidjan. Un millier de personnes ont manifesté à Paris ce samedi après-midi.
En Libye, des migrants sont actuellement vendus aux enchères comme esclaves.