Changer d'édition

Un «certain volontarisme» politique teinté de flou
Luxembourg 5 min. 14.10.2021
Réforme de la taxe foncière

Un «certain volontarisme» politique teinté de flou

Si Muriel Bouchet salue le ton employé par Xavier Bettel lors de son discours sur l'état de la Nation, l'économiste souligne le manque de détails concrets autour de l'application des annonces effectuées.
Réforme de la taxe foncière

Un «certain volontarisme» politique teinté de flou

Si Muriel Bouchet salue le ton employé par Xavier Bettel lors de son discours sur l'état de la Nation, l'économiste souligne le manque de détails concrets autour de l'application des annonces effectuées.
Photo: Pierre Matgé/archive
Luxembourg 5 min. 14.10.2021
Réforme de la taxe foncière

Un «certain volontarisme» politique teinté de flou

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Entre le discours sur l'état de la Nation et le projet de loi sur le budget 2022, les annonces politiques et économiques ont été nombreuses depuis mardi. Retour sur les principales d'entre elles avec Muriel Bouchet, directeur de la Fondation Idea.

Lors de son huitième discours sur l'état de la Nation, Xavier Bettel a annoncé la mise en place d'une réforme de la taxe foncière. Comment interprétez-vous cet engagement?

Muriel Bouchet - «Je trouve d'abord que le ton utilisé était plus volontariste que ce qu'il est de coutume quand il est question du logement. Dans ce genre d'exercice, il y a souvent de belles formules et peu d'éléments concrets. Ici, il est question du dépôt d'un projet de loi dans les douze prochains mois sur une réforme générale de l'impôt foncier. Avant la fin de la législature donc. Et accompagné de la création d'un registre des logements vacants, ce qui est plutôt cohérent. 


Sozialalmanach, Wohnungsbau, Wohnung, Gasperich, Wohnungsmarkt, Mieten, Residenz, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Ces logements vacants qui favorisent la spéculation
Si la pression autour des propriétaires de biens délibérément vides devait s'accentuer avec la future réforme fiscale, son report à 2023 amène à maintenir une situation où la demande reste bien supérieure à l'offre. Et donc au maintien des prix élevés.

Cette réforme ne touchera que les propriétaires qui n'occupent pas leur bien, soit 30% d'entre eux. Cela sera-t-il suffisant pour mobiliser suffisamment de nouveaux terrains constructibles?

«L'idée consiste à pénaliser la détention de terrains constructibles ou d'appartements vides. Mais aucune information n'a été donnée sur l'ampleur de la taxation. Pour cela, il faudra attendre le texte finalisé du projet de loi annoncé. Idem en ce qui concerne la volonté affichée de protéger les locataires contre la hausse des loyers où les choses restent toutefois floues. Ou bien encore sur la volonté de faire des pouvoirs publics 'le principal acteur du marché immobilier' qui est une phrase au sens très ambigu.

A ce jour, la taxe foncière fonctionne sur le niveau de prix de 1941. A quoi les propriétaires concernés devront-ils s'attendre au vu de ce qui existe ailleurs en Europe?

«Il faut tout de même préciser qu'il y a eu quelques ajustements sur la valeur unitaire au fil du temps, mais cela équivalait à mettre un pansement sur une jambe de bois. Quant au contenu précis, c'est très difficile à prévoir. Mais je note une relative prise de risque politique sur un thème aussi sensible que la propriété privée.


Chambre des députés, marché-aux-herbes. Vorstellung Haushaltsentwurf für 2022. Photo:Steve Eastwood
Un budget 2022 tourné vers «la sortie de crise»
Au lendemain du discours sur l'état de la Nation, le ministre des Finances a déposé mercredi le projet de loi dédié aux dépenses et aux recettes qui prévoit de surfer sur la reprise économique attendue. Ce qui doit se traduire notamment par la hausse de certaines prestations sociales.

Lors de la présentation du projet de loi sur le budget 2022, Pierre Gramegna a assuré que près de la moitié des dépenses allaient être liées à des dépenses sociales. Que signifie pour vous cette annonce?

«Il faut déjà noter que le gouvernement opte pour une définition large des dépenses sociales, puisqu'il y inclut les subventions, les allocations, les aides, etc. Mais on ne peut pas dire non plus qu'ils se sont voilés la face puisque des annonces concrètes ont été réalisées, comme la réindexation des allocations familiales qui va surtout bénéficier aux ménages les moins aisés puisque le montant fixe représente une part plus importante des revenus les plus bas. Il a aussi été question d'une revalorisation de 200 euros de l'allocation de vie chère ou la hausse de 2,8% du Revis.

Pour se permettre ces dépenses supplémentaires, le Premier ministre table sur une croissance de 6% du PIB en 2021. Chiffres du Statec, en ne précisant pas que la Commission européenne, le conseil national des finances publiques ou le FMI tablent plutôt sur 4,5%...

«De mon côté, j'aurais plutôt tendance à dire que cette estimation haute est crédible puisque si on regarde les chiffres du deuxième trimestre de cette année et qu'on imagine qu'ils ne bougent pas sur le reste de l'année, la croissance serait de 5,7%. Donc assez proche du niveau avancé. Je n'exclus pas non plus que ce chiffre de 6% soit dépassé.

Et cette croissance, signe d'attractivité du Luxembourg, pourrait renforcer à moyen terme le problème du logement et donc perpétuer le cercle vicieux que le gouvernement tente de briser...

«C'est vrai qu'à court terme, le Luxembourg est toujours très heureux d'avoir une croissance élevée, mais si cette situation perdure sur de nombreuses années, cela fait pression sur les ressources à disposition. Et donc entraîne des goulets d'étranglement. Que ce soit effectivement sur le logement, mais aussi la mobilité ou les infrastructures publiques de manière générale. L'équation se révèle complexe à résoudre.


Les élus français plaident pour 47 jours de télétravail
Quelques mois après que les frontaliers belges du Luxembourg ont obtenu une hausse du seuil légal du nombre de jours travaillés à leur domicile, une demande identique émane de l'Hexagone. Et ce, à quelques jours de la tenue d'une réunion intergouvernementale franco-luxembourgeoise.

Pensez-vous que la volonté du gouvernement d'étendre les accords liés au télétravail et de développer le coworking constituera une alternative efficace pour répondre aux difficultés actuelles et futures?

«La situation ne devrait effectivement pas s'améliorer à moyen terme, raison pour laquelle le gouvernement tente de jouer sur tous les leviers à sa disposition. Une dose de télétravail et de coworking pourrait faire du sens, même s'il faut être conscient que le télétravail cinq jours par semaine ne sera pas possible et qu'un avis a été demandé à la chambre de Commerce et la chambre des Métiers pour voir s'il existait vraiment un besoin en ce qui concerne les espaces de coworking.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Au lendemain du discours sur l'état de la Nation, le ministre des Finances a déposé mercredi le projet de loi dédié aux dépenses et aux recettes qui prévoit de surfer sur la reprise économique attendue. Ce qui doit se traduire notamment par la hausse de certaines prestations sociales.
Chambre des députés, marché-aux-herbes. Vorstellung Haushaltsentwurf für 2022. Photo:Steve Eastwood
Pour la huitième fois, Xavier Bettel a présenté son analyse de la situation du pays dans le traditionnel discours sur l'état de la Nation. Un texte de 38 pages analysé ici pour faire ressortir les grandes annonces mais aussi pointer les oublis volontaires du chef du gouvernement.
IPO,Rede zur Lage der Nation,Rentree parlementaire,Etat de la Nation. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Pour son huitième discours sur l'état de la Nation, Xavier Bettel a notamment annoncé la mise en place d'une réforme de l'impôt foncier «dans les douze prochains mois». Le Premier ministre annonce également des mesures fiscales visant à «contrecarrer les abus».
IPO,Rede zur Lage der Nation,Rentree parlementaire,Etat de la Nation. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Si la pression autour des propriétaires de biens délibérément vides devait s'accentuer avec la future réforme fiscale, son report à 2023 amène à maintenir une situation où la demande reste bien supérieure à l'offre. Et donc au maintien des prix élevés.
Sozialalmanach, Wohnungsbau, Wohnung, Gasperich, Wohnungsmarkt, Mieten, Residenz, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort