Changer d'édition

L'épidémie met la CNS sous pression
Luxembourg 2 min. 07.04.2020

L'épidémie met la CNS sous pression

Les certificats de maladie ne sont pas forcément plus nombreux mais couvrent des périodes plus longues

L'épidémie met la CNS sous pression

Les certificats de maladie ne sont pas forcément plus nombreux mais couvrent des périodes plus longues
Luxembourg 2 min. 07.04.2020

L'épidémie met la CNS sous pression

Avec la crise sanitaire, la Caisse nationale de santé est confrontée à un surplus d'activité. En temps normal, elle procède à 8.000 paiements par mois, aujourd'hui il faut en réaliser près de 80.000.

(ota) - «Ça va nous coûter cher!» a prévenu mardi matin Christian Oberlé, directeur de la CNS au micro de RTL. Epidémie de covid-19 oblige, la CNS a vu le nombre de demandes de remboursement à traiter être multiplié par dix en un peu moins d'un mois. Cela représente un véritable défi, aussi bien en termes financiers qu'en matière de ressources humaines. 

Le congé spécial pour raisons familiales grève évidemment le budget de la caisse nationale, avec une enveloppe de 25 millions par semaine. La CNS prend aussi désormais également à son compte les salaires des employés en incapacité de travail, et cela dès le premier jour d'arrêt. En temps normal, il appartenait à l’employeur d'assumer la charge salariale au cours de 77 premiers jours de maladie. Pour cette dépense, le budget prévu est de 50 millions d'euros.  


Un congé pour s'occuper de nos proches dépendants
La plupart des structures de jour accueillant des personnes handicapées ou des personnes âgées qui ne sont plus autonomes, ont fermé leurs portes pour éviter la transmission du virus. Le gouvernement crée un congé inédit valable durant toute la crise.

Christian Oberlé note au passage qu'au total il n'y a pas sensiblement plus de volume de certificats maladies à traiter. Par contre, la validité de ces arrêts s'étale sur une période plus longue qu'à l’accoutumée. «Un phénomène dû au covid-19», analyse-t-il. 

A l'heure actuelle, le directeur de la CNS ne semble pas inquiet puisque les caisses sont très bien fournies. Pour la seule assurance-maladie, la réserve disponible approche les 600 millions d'euros. «Nous sommes ici face à une action financière ponctuelle. Nous verrons plus tard qui, exactement, prendra quoi en charge.».


IPO.CNS E-Consult. Lancement E-Consult. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Consulter son médecin via internet durant la crise
Pour faciliter l'accès aux soins médicaux et éviter les risques de contamination dans les salles d'attente, la Caisse nationale de Santé a mis en ligne ce jeudi eConsult. Comment fonctionne la nouvelle plateforme et quels sont ses avantages ? Réponses.

Christian Oberlé se fait en revanche plus de soucis au niveau de la surcharge administrative pesant sur ses équipes. «Nous faisons face aux mêmes problèmes que toutes les autres entreprises. Beaucoup d'agents ont pris le congé pour raison familiales, certains sont malades.» 

Avec la masse de travail supplémentaire, une partie du surplus peut être compensée par «une informatisation plus importante, et bienvenue, des procédures. Mais cela pourrait ne pas suffire», note le directeur. Il est ainsi question de s'appuyer sur des personnels issus de ministères moins sollicités pour l'instant, voire de faire appel à des fiduciaires.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La CNS désamiantée avant sa démolition
L'office des assurances sociales est voué à la destruction, atteste Fernand Lepage, président du fonds de compensation. Le propriétaire des lieux est en train de faire construire la cité de la sécurité sociale mais a surtout un autre projet pour le terrain de la route d'Esch.
Un pas de plus pour la médecine numérique personnalisée
Le dossier de soins partagé est enfin arrivé à maturité avec son lancement officiel en début d'année. Plus de 90.000 patients disposent désormais d'une version électronique de leur historique médical et d'ici 2021, tous les affilés de la CNS profiteront de ce dispositif.
 gesundheit, medizinisch, medizinische, medizinischer, medizinisches, ärztliche, bildschirm, leinwand, schirm, arzt, doktor, doktorin, dr, mediziner, tierarzt, tierärztin, veterinär, ärzte, ärztin, tech, anfassen, berühren, berührung, spur, hintergruende, hintergrund, schreibtischhintergrund, eigentlich, virtuell, virtuelle, kardiologe, herz, herzchen, kern, schriftsymbol, symbol, zeichen, maennlich, mann, männchen, männlich, männliche, digitale, digitales, finger, angehörigen, besiedeln, bevölkern, bewohnen, familie, leute, menschen, verwandten, volk, technik, technologie, arznei, medikament, medizin, rechner, molekül, druckerpresse, drängen, drücken, presse, berufsmäßig, professionell, professionelle or, profi, arbeit, arbeiten, funktionieren, trainieren, werk, wirken, examen, klausur, probe, prufung, prüfung, test, testen, netzwerk, netzwork, schaltkreis, vernetzen, mensch, menschlich, menschliche, menschlicher, menschliches, ausstellung, display, eiweiss, eiweiß, lederhaut, schnee, weiss, weiß, weiße, weiße augenhaut, weißer, weißes, weißling, futur, zukunft, zukünftig, schnittstelle, portal, kardiologie, stethoskop, diagramm, verlaufsdiagramm, grafisch, grafisch graphisch, grafische, grafisches, graphik, graphisch, daten, anzeigen, bericht, berichten, melden, meldung, mitteilung, reportage, verzeigen, anschieben, drangen, drängeln, drängen, drücken, schieben, schubs, stoss, stossen, stoß, stoßen, vordrängeln, funktionsgraph, graph, modern, modernes, dns, diagramm, karte, schaubild, kummern, kümmern, pflege, pflegen, pflegt, respektieren, sorge, sorgen, körper, person, personen, navigation, auge, beäugen, knospe, nadelöhr, pfauenauge, trieb, öhr, öse, blatt, geleiten, hand, hande, handen, handgriff, handlanger, handschrift, handvoll, händen, reichen, seite, zeiger, knopf, knospe, knöpfen, schaltfläche, taste
La CNS ne débourse pas assez
Le LCGB demande des efforts supplémentaires, en particulier pour le remboursement des soins dentaires. Car la situation financière de l'assurance-maladie, jugée «très saine» par le syndicat, ne transparaît pas dans les poches des patients.
24.02.10 illustration presentation charte d accueil et de service pour les administrations publiques, ici: assurances sociales, caisse nationale de sante cns, photo: Marc Wilwert
La CNS payera sa part pour les nouvelles IRM
Il n'y a plus d'incertitudes quant au financement des quatre nouveaux appareils d'imagerie par résonance magnétique. L'Etat payera 80%, le reste sera à la charge de la CNS, annonce vendredi le ministère de la Sécurité sociale.