Changer d'édition

L'engagement climatique passe au degré supérieur
Luxembourg 3 min. 29.11.2019

L'engagement climatique passe au degré supérieur

Claude Turmes et Carole Dieschbourg ont présenté les nouveaux axes de la politique climatique.

L'engagement climatique passe au degré supérieur

Claude Turmes et Carole Dieschbourg ont présenté les nouveaux axes de la politique climatique.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 29.11.2019

L'engagement climatique passe au degré supérieur

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Face à l'urgence, le Luxembourg a décidé de rehausser ses objectifs environnementaux. Ainsi, d'ici 2030, le pays n'entend plus réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% mais de 55%. Une loi va bientôt fixer la voie pour y arriver.

Lundi à Madrid, s'ouvrira la 25e COP. Et pour cette réunion mondiale d'acteurs engagés contre le réchauffement climatique, le Luxembourg arrivera avec une bonne nouvelle. Le conseil de gouvernement de ce vendredi a en effet décidé de placer plus haut la barre de ses engagements. «Nous engagerons le pays pour que d'ici 2050 il atteigne le zéro émission net», motive le ministre de l'Energie Claude Turmes (Déi Gréng).

Mais avant cela, il y aura une première marche à atteindre en 2030. «Il s'agira de réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre émis nationalement, indique la ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg (Déi Gréng). Jusqu'à présent, nous nous étions fixé une baisse de 40% par rapport aux chiffres 2005.»


(FILES) This file photo taken on June 9, 2015,  shows smoke billowing from the refinery of the Pond of Berre in Marignane. - The world must slash its emissions of planet-warming greenhouse gases by 7.6 percent every year to 2030 or miss the chance to avert devastating climate change, the United Nations said on November 26, 2019. In its annual Emissions Gap report, the UN's Environment Programme said anything short of a drastic and immediate drawdown in fossil fuel use worldwide would put the Paris treaty temperature cap of 1.5C "out of reach". (Photo by Boris HORVAT / AFP)
L'urgence climatique déclarée par le Parlement européen
Les eurodéputés viennent de décréter l'urgence climatique et environnementale, un vote symbolique pour maintenir la pression sur les dirigeants de l'UE à l'approche de la COP25 sur le climat et avec l'arrivée d'un nouvel exécutif européen.

L'avis des scientifiques et la mobilisation de la jeunesse, comme ce vendredi encore devant la Chambre, ont ainsi convaincu l'Etat à devenir «plus ambitieux face à l'urgence». Et les deux ministres préviennent: «Tout le monde sera concerné. A commencer par l'ensemble du gouvernement» dont l'action sera désormais passée au crible d'un Comité de coordination interministériel pour l'action climat. «Car du ministère des Classes moyennes, à l'Habitat en passant par les Finances, chacun a un levier pour agir positivement.»

Naissance d'un Observatoire du climat

L'ambition luxembourgeoise mobilisera aussi l'ensemble des acteurs économiques. Des actions spécifiques pour limiter les rejets de gaz à effet de serre devront ainsi être mises en œuvre aussi bien par l'industrie, le secteur du bâtiment, les transports, l'agriculture ou le traitements des déchets et eaux usées. «Pour vérifier que nous agissons dans le bon sens, un monitoring sera créé. Chaque année, le Klima Bilan fera le point pour savoir si les objectifs sectoriels sont atteints», précisent les deux ministres.

De la nouveauté, la future loi devra en prévoir pour la naissance d'un Observatoire du climat. Cet organisme, indépendant, aura pour mission de réfléchir sur les aspects scientifiques et sociétaux de la politique climatique nationale. «Notamment de vérifier que l'équité sociale est bien respectée dans les différentes mesures prises pour veiller à freiner le réchauffement climatique.

La prochaine loi prévoira la création de nouvelles taxes

Le projet de loi fait aussi mention de l'ouverture d'une Plateforme pour l'action climat. Rassemblant aussi bien autour de la table Caritas que les représentants du patronat, de la place financière, des citoyens ou des experts pour «dialoguer sur le climat et l'énergie». Enfin, il est question de réviser l'actuel Fonds Climat.

En plus des dotations budgétaires nationales, le nouveau fonds pourrait bénéficier de cofinancement d'organes dédiés au soutien des projets de lutte climatique. La Banque européenne d'investissement ou le Kyoti Cent apportant leur obole, par exemple. 

«Mais, même si ce n'est pas une priorité, la prochaine loi prévoira la création de nouvelles taxes. Ce pourrait être des contributions forfaitaires payées par les pollueurs ou quelque chose de ce type», envisage la ministre de l'Environnement. Les députés, dans les mois à venir, peaufineront cette éventualité.


Décadence accélérée des richesses de la nature
Écosystèmes ravagés, eau polluée, air vicié, un million d'espèces menacées d'extinction... La nature nécessaire à l'humanité «décline plus vite que jamais dans l'histoire humaine», selon le rapport du groupe d'experts de l'ONU sur la biodiversité publié ce lundi.

Par ailleurs, l'intervention du Fonds sera élargie. «Pour notamment permettre de soutenir les mesures d'adaptation au changement climatique dans nos forêts», note Claude Turmes.

Mais les deux ministres veulent du concret rapidement. C'est qu'il ne faut plus que le pays tarde à transposer dans son droit national la directive européenne sur le système d'échange de quotas de gaz à effet de serre. Texte qui fixe comme plancher à chaque Etat membre de l'Union de réduire de 42% ses émissions de gaz à effet de serre. «Nous ferons mieux!» 


Sur le même sujet

Youth for Climate fait le siège de la Chambre
Un peu moins d'une centaine de manifestants se sont réunis devant la Chambre, vendredi, pour rappeler au gouvernement ses engagements en matière de protection du climat. Trois jours avant le début de la COP25, lundi, à Madrid.
Un peu moins d'une centaine de manifestants se sont réunis devant la Chambre pour rappeler au gouvernement ses engagements en matière de protection du climat.
Le soleil brille sur la Mégazone d'Illange
EDF Renouvelables vient de confirmer son souhait d'installer une centrale photovoltaïque de 45 hectares sur la zone industrielle au sud de Thionville. A défaut d'emplois, le site produira de l'énergie solaire dès 2022.
Youth for Climate annonce une vague d'actions
Juste avant la COP25 qui démarrera lundi et un mois de décembre crucial pour la politique climatique Youth for Climate Luxembourg, mettra la pression aux décideurs politiques ce vendredi. Coorganisatrice de l'action, Zohra Barthélémy, explique la stratégie.
Turmes voit une centrale solaire à la place du nucléaire
Les réacteurs de Cattenom «n'étaient pas conçus pour durer 40 ans», rappelle Claude Turmes qui s'inquiète de «l'état de délabrement des équipements». Le ministre de l'Energie propose de créer une «grande usine à Thionville» pour produire de l'énergie solaire.
Centrale EDF  Cattenom. Atomzentrale Cattenom. exercice de sécurité. Photo: Guy Wolff
L'énergie solaire s'invite chez les CFL
A Dudelange, Déi Gréng veut transformer le vaste parking pour remorques de CFL-Multimodal en source d'énergie renouvelable. Le ministère de l'Energie assure vouloir porter le projet auprès de la société de chemins de fer.
Le site multimodal des CFL à Dudelange pourrait se couvrir de panneaux photovoltaïques.
L'eau du Luxembourg surveillée de près
Le ministère de l'Environnement souhaite mieux protéger «l'or bleu» du Grand-Duché, quitte à froisser agriculteurs et propriétaires de terres. En ne négligeant pas le fléau des pollutions qui menacent tout le réseau de distribution.
La qualité de l'eau au Luxembourg doit être protégée des nombreuses pollutions, alors que la demande augmente rapidement.