Changer d'édition

L'employeur ne doit pas se mêler de vaccination
Luxembourg 2 min. 11.12.2020 Cet article est archivé

L'employeur ne doit pas se mêler de vaccination

Tout au plus, un employeur peut mettre en place une séance de vaccination collective, mais sans obligation individuelle pour les personnels.

L'employeur ne doit pas se mêler de vaccination

Tout au plus, un employeur peut mettre en place une séance de vaccination collective, mais sans obligation individuelle pour les personnels.
Photo : dpa
Luxembourg 2 min. 11.12.2020 Cet article est archivé

L'employeur ne doit pas se mêler de vaccination

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Choisir ou non de se faire vacciner relève de la vie privée et ne constitue nullement une obligation professionnelle. «Cela même pour les professions de santé», indique la Chambre des salariés.

Il arrive. Quand, on ne sait pas trop. Pour qui? Cela reste à définir, en dehors de la priorité fixée aux personnels de soins. Mais l'apparition du vaccin anti-covid au Luxembourg soulève des interrogations parmi certains employés. Xavier Bettel, pour ce qui concerne les administrations sous tutelle du gouvernement, a déjà prévenu : «L'Etat patron ne demandera à aucun de ses fonctionnaires de se faire vacciner». Pas plus que le gouvernement n'entend d'ailleurs imposer l'injection à la population. Mais que peuvent décider les employeurs privés?


03.12.2020, Berlin: Projektleiter Albrecht Broemme (l) und Dilek Kalayci (SPD, M), Berliner Gesundheitssenatorin, erläutern in Anwesenheit von Oliver Igel (SPD), Bezirksbürgermeister von Treptow-Köpenick, die Funktionalität der Impfkabinen im zukünftigen Impfzentrum in der Arena Berlin in Treptow. In Berlin entstehen derzeit sechs Impfzentren. Die Zulassung von Corona-Impfstoffen in Europa steht allerdings noch aus. Foto: Bernd von Jutrczenka/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Cinq centres de vaccination à mettre en place
Dans une première phase, le gouvernement n'ouvrira qu'un seul site de vaccination anti-covid, au Limpertsberg. Mais l'ensemble du pays sera couvert à terme, avec en plus six équipes mobiles engagées

Pour la Chambre des salariés, la réponse est limpide : «La vaccination est un acte médical, intrusif et relatif à la santé de chacun donc un acte qui entre dans la sphère privée. De fait, la hiérarchie n'a rien à exiger de ce point de vue», notent les juristes de la CSL.

Par contre, il n'est pas interdit à un patron d'organiser en interne les modalités d'une vaccination pour ses effectifs. Comme certaines sociétés ou institutions ont mis en place des tests de dépistage ou organisent déjà des séances pour lutter contre la propagation de la grippe. Mais dans ce cas, il faudra se baser sur un principe fondamental : la liberté de chacun à accepter ou non le vaccin.

La législation du travail, au Luxembourg, stipule bien que l'employeur doit «assurer la santé et la sécurité» de ses équipes, mais rien dans les textes ne contraint une recrue à accepter un traitement médical quel qu'il soit. Et la loi vaut pour l'ensemble des milieux professionnels, compris pour les établissements ou service en charge de malades.

«Par contre, dans ce cas précis, il ne peut être exclu que l'organisation choisisse d'écarter de certaines tâches le salarié qui n'aura pas été protégé. Notamment parce que sa proximité peut porter atteinte au patient, mais il ne faut pas que cela soit une sanction», souligne-t-on du côté de la Chambre des salariés.


La vaccination considérée comme «un geste civique»
Alors que les nouvelles mesures sanitaires doivent entrer en vigueur ce jeudi, Jean-Claude Schmit, directeur de la Santé, revendique mardi l'ambition de faire descendre le nombre de nouvelles infections à «50 par jour». Et détaille le processus d'inoculation à venir du vaccin.

Au Luxembourg, la vaccination de manière générale «ne relève que de la recommandation», et non de l'obligation. Pour les résidents de tous âges comme pour l'ensemble de la population active. «Et dans le cas présent, le législateur n'a pas souhaité modifier la loi, laissant la liberté de choix à tous.»

Cela n'a pas toujours été le cas dans l'histoire du pays. Ainsi, longtemps, la vaccination anti-variole a-t-elle été obligatoire pour quiconque vivait ou travaillait au Grand-Duché. Autre temps, autre virus, autres mœurs.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Avant d'établir sa stratégie de vaccination, le gouvernement avait promis de s'appuyer sur l'avis du comité national d'éthique. Ses membres ont eu 12 jours pour étudier cette problématique contrainte par le faible nombre de doses vaccinales attendues dans un premier temps.
HANDOUT - 29.11.2020, Rheinland-Pfalz, Mainz: Ein Mitarbeiter des Mainzer Unternehmens Biontech hält ein Fläschen mit Corona-Impfstoff in der Hand. (zu dpa «Auch Golf-Staat Bahrain lässt Impfstoff von Biontech und Pfizer zu») Foto: BioNTech SE/dpa - ACHTUNG: Verwendung nur bis zum 09.12.2020 +++ dpa-Bildfunk +++
Trois essais de vaccins contre le covid-19 devraient démarrer en France à partir de la mi-décembre sur 2.200 volontaires. Qui est partant pour cette phase test peut s'inscrire sur une plateforme spécialement mise en place.
A woman holds a pharmaceutical vial of German glass company Schott at the company's headquarters in Mainz, western Germany, on November 20, 2020. - As expectations grow that the first Covid-19 jabs will be administered in a matter of weeks, German glassmaker Schott is quietly doing what it has been for months: churning out vials that will hold the vaccine. (Photo by Daniel ROLAND / AFP)