Changer d'édition

L'école va devenir obligatoire jusqu'à 18 ans
Luxembourg 3 min. 22.02.2022 Cet article est archivé
Enseignement

L'école va devenir obligatoire jusqu'à 18 ans

Claude Meisch ne veut pas laisser tomber les jeunes en décrochage scolaire.
Enseignement

L'école va devenir obligatoire jusqu'à 18 ans

Claude Meisch ne veut pas laisser tomber les jeunes en décrochage scolaire.
Photo: SIP
Luxembourg 3 min. 22.02.2022 Cet article est archivé
Enseignement

L'école va devenir obligatoire jusqu'à 18 ans

Mélodie MOUZON
Mélodie MOUZON
La prolongation de l’obligation scolaire à l'âge de la majorité doit permettre d'augmenter les chances de réussite de chaque élève pour l’avenir.

Prévenir le décrochage scolaire et assurer une meilleure insertion dans le monde professionnel. Voilà les objectifs du projet de prolongation de l'obligation scolaire jusqu'à l'âge de la majorité, qui se trouve au cœur du projet de loi relatif au droit à l'enseignement et à l'obligation scolaire.


IPO , Min Education Nationale , PK Rapport National sur l`Education 2021 , Claude Meisch , Foto:Guy Jallay/Luxembourg
La scolarité obligatoire va passer de 16 à 18 ans
Le ministre Claude Meisch (DP) présentera le projet d’allongement de la scolarité obligatoire le mardi 22 février à la Chambre. Une mesure qui s’inscrit dans le cadre de la prévention du décrochage scolaire.

Jusqu'à présent, les jeunes pouvaient quitter l'école dès l'âge de 16 ans. Ce ne sera plus le cas avec cette nouvelle mesure. Les adolescents devront rester deux ans de plus sur les bancs de l'école. Ce projet de loi doit permettre à chaque élève de bénéficier d’une scolarisation plus longue et plus efficiente, augmentant ainsi ses chances de réussite pour l’avenir. En augmentant l'âge de l'obligation scolaire, le Luxembourg s'aligne aussi sur ses voisins.

Surtout, ce projet de loi est vu comme un instrument supplémentaire pour prévenir le décrochage scolaire, garantir des chances de formations équitables à tous les adolescents et assurer une meilleur insertion dans le monde professionnel. «En augmentant la durée de la scolarité obligatoire pour les jeunes, nous nous donnons aussi l'obligation de ne pas les laisser tomber», a souligné Claude Meisch (DP) lors de la conférence de presse de présentation de la mesure ce mardi matin.

Un tiers des décrocheurs ont entre 16 et 18 ans

Car, malgré une amélioration constante au cours des dernières années et un taux de décrochage scolaire qui se situe en dessous du niveau européen, trop de jeunes quittent encore l'école sans diplôme au Luxembourg. 

En 2020/2021, quelque 647 jeunes de moins de 18 ans ont décroché de l'école, dont 12% ont intégré le marché du travail. Rien que pour cette année scolaire, cela représente près de 570 jeunes qui sont des NEET (Not in Employment, Education or Training) et qui ont peu de perspectives pour leur avenir. 

En marge de la société

Ces chiffres soulignent le grand risque qu’un élève «décrocheur» se retrouve socialement et économiquement en marge de la société. En effet, le monde du travail offre de moins en moins de perspectives professionnelles aux personnes peu ou pas qualifiées. Le décrochage scolaire entraîne donc bon nombre de difficultés, que ce soit pour le jeune ou pour la société.

Les jeunes qui décrochent le font parce qu'ils éprouvent des difficultés à trouver leur place dans le système scolaire, ressort-il d'un rapport du LISER  (Luxembourg Institute of Socio-Economic Research) d'octobre 2021, qui porte sur le décrochage scolaire. La plupart de ces jeunes veulent poursuivre leur parcours scolaire et décrocher un diplôme qui leur ouvrira les portes d'un métier.  

«Beaucoup de jeunes qui abandonnent l'école ne rejettent pas l’école, mais ont plutôt le sentiment que c’est l’école qui les rejette. Nous devons créer des voies alternatives pour rendre les jeunes plus forts et leur permettre de terminer leur scolarité», a souligné le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse.

Des opportunités créées

Ces deux années supplémentaires vont permettre de réconcilier les jeunes qui risquent de décrocher avec l'école. Pour ce faire, l'accompagnement individuel va être renforcé, en favorisant une bonne relation élève-enseignant, en soutenant le jeune face à ses éventuelles difficultés socio-familiales, en l’aidant à gagner confiance en soi et en améliorant ses compétences sociales.

Mais l'augmentation de la scolarité obligatoire ne peut être un succès que si, en plus des projets déjà en place, des mesures alternatives concrètes sont prises pour s'adapter au parcours et au profil des décrocheurs.

Pas pour la rentrée prochaine

L'entrée en vigueur de l'obligation scolaire ne se fera cependant pas pour la prochaine rentrée scolaire en septembre. Il est plutôt envisagé qu'elle entre en application trois ans après la publication de la loi au Journal officiel. Durant cette période, le ministère de l'Éducation nationale indique qu'il continuera ses efforts pour maintenir les jeunes à l'école, et pour créer des offres de formation alternatives à l’image des Centres d'insertion socioprofessionnelle (CISP).

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

8,20% des élèves ont abandonné l'école en cours d'année durant l'année scolaire 2020/2021. Mais, signe encourageant, 23% des décrocheurs ont réintégré le système scolaire l'année suivante.
Shot of a young girl leaning against a board in a classroom at school
Masques, gel, tests. C’est devenu une routine pour les jeunes élèves du Luxembourg. Même s’ils s’adaptent, cela n’exclut pas qu’ils gardent des séquelles de cette pandémie. Découvrez le quotidien de l’école fondamentale Lenkeschléi de Dudelange.
Reportage WEB école fondamentale Lenkeschlei  au temps du covid Dudelange photo Christophe Olinger 31.02.2022
Si jusqu'à présent, au Luxembourg, l'enseignement était obligatoire de 4 à 16 ans, le ministre de l'Education a annoncé lundi que le temps scolaire allait être augmenté de deux ans. Cela en réaction avec un taux de décrochage, «encore trop important».
ACEL organisiert ein Besuch für Luxemburger Sekundarschüler zwecks späterer Orientierung an der Universität Köln,  Stichwörter: Schule, Schulwesen, Bildung, Bildungswesen, Schüler, eleves, ecole, Lycee, Gymnasium, Uni, université, Universitaet, Foto: Marc Wilwert
En quatre rentrées, le nombre d'élèves abandonnant l'enseignement avant l'obtention d'un diplôme ou une qualification a diminué de 250 jeunes par an. Un résultat confirmé même lors du premier épisode covid.
ARCHIV - 28.09.2020, Baden-Württemberg, Leutenbach: Schülerinnen und Schüler nehmen im Klassenzimmer einer 9. Klasse der Gemeinschaftsschule Leutenbach am Geografieunterricht mit Hilfe von Laptops und Tablets teil. (zu dpa/lnw: «Viele Lehrer in Nordrhein-Westfalen wollen in Informatik dazulernen») Foto: Marijan Murat/dpa +++ dpa-Bildfunk +++