Changer d'édition

L'école n'a pas à jouer au docteur
Luxembourg 3 min. 05.09.2020

L'école n'a pas à jouer au docteur

L'école n'a pas à jouer au docteur

Photo : Shutterstock
Luxembourg 3 min. 05.09.2020

L'école n'a pas à jouer au docteur

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Il n'y aura pas de vérification de température des élèves entrant à l'école ou au lycée. Aux familles d'être vigilantes sur les éventuels symptômes pouvant laisser penser à une infection covid.

Cela se pratique dans certains aéroports, à l'entrée d'entreprises ou de musées. Mais, non, la prise de température des élèves à l'entrée en classe ne fera pas partie des mesures prises pour cette rentrée si particulière. Le ministre de l'Education, Claude Meisch (DP) l'a encore affirmé, vendredi : «C'est aux familles de vérifier s'il y a des symptômes; ce n'est pas le devoir de l'école». Après tout, enseignants et personnels scolaires auront déjà suffisamment à faire en veillant aux dispositifs qui désormais s'imposent...

D'ailleurs, même si la cloche ne sonnera la rentrée que le 15 septembre pour la plupart des écoles et lycées du pays, le ministre a d'ores et déjà salué les adultes du système scolaire qui «donneront l'exemple au sein des écoles dans l'application des règles sanitaires et veilleront sur les autres». N'empêche, ce sera bien aux parents de veiller sur leur progéniture pour que garçons et filles n'arrivent pas en classe alors que leur entourage aurait pu soupçonner une infection covid. «La fièvre d'ailleurs n'est qu'un indicateur parmi d'autres», rappelle un Claude Meisch qui préférerait que cette année scolaire fasse «plus de place à l'éducation et moins au virus».


(de g. ˆ dr.) Claude Meisch, ministre de l'ƒducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse ;
Claude Meisch préconise «une approche différenciée»
Le ministre de l'Education nationale met en avant «des objectifs ciblés» pour la rentrée. Les mesures sanitaires varieront ainsi d'un établissement scolaire à l'autre, selon différents critères, notamment géographiques.

Pour cela, la participation au dépistage offert aux élèves et personnels en amont de la rentrée s'avère capitale. «Non seulement cela donne plus de certitude sur son propre état de santé, mais cela permet de protéger son entourage», insiste le ministre. Mieux vaut en effet éviter que les contaminations ne se multiplient sitôt les premiers cours donnés, comme cela a notamment été le cas à l'International School of Luxembourg ces derniers jours. 

Dans les semaines et mois à venir, la nouvelle approche du plan de dépistage national permettra aussi de plus cibler les familles à enfants, notamment dans les cantons où le virus circule le plus. Le Large Scale testing permettant de détecter les cas positifs au plus vite, déclencher leur isolement et éviter ainsi la création d'une chaîne de contamination à l'échelle d'une classe, d'une école, d'un lycée, d'une maison relais. Car même si des scénarios ont été élaborés en cas d'une ou plusieurs infections au coronavirus, l'idéal reste que chacun se porte au mieux.

Pour le ministre, la vigilance des parents est d'autant plus importante qu'avec l'automne et l'hiver, toux, maux de gorge, maux de tête et autres cas de fièvre vont se multiplier parmi les jeunes. Autant de symptômes qui peuvent être révélateurs d'une possible infection au covid comme d'une maladie plus bénigne. «Mais les enfants qui présenteraient plusieurs de ces symptômes sont invités à rester chez eux».


asdf
Le vaccin anti-grippe plus indispensable que jamais
De nombreux infectiologues craignent que la combinaison des épidémies de covid à celle attendue de la grippe ne provoque un engorgement des services de soins. Pour parer à ce risque, le ministère de la Santé luxembourgeois tente d'acheter 110.000 doses de sérum.

Le ministère de l'Education, en partenariat avec celui de la Santé, va d'ailleurs prochainement publier une communication pour expliquer aux familles la conduite à tenir. Histoire notamment que chacun reste calme, et «ne pas créer de surréaction» alors que, dans la plupart des cas, il ne s'agira que d'un simple rhume à soigner. 

Toutefois, un changement est intervenu par rapport au printemps dernier : les parents qui resteront au chevet de leur progéniture verront les jours de congé pour raisons familiales pris dans ce cadre être retirés du quota accordé par la CNS. Retour à la situation antérieure à l'épidémie sur ce point. En tout cas, pour l'instant.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les trois scénarios en cas de virus en classe
Le ministre de l'Education a présenté le dispositif appliqué si un ou plusieurs élèves sont dépistés positifs au covid-19. Une façon de répondre aux craintes des jeunes, des familles et des enseignants.
Lokales, Claude Miesch besucht Ribeschpont Schule in Dudelingen, Maske, Maskenpflicht, Schule, Covid-19, Corona, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
«Ce virus nous oblige à être flexibles»
Fin février, le CHL accueillait le premier patient covid+ du Luxembourg. Retour sur six mois de lutte contre les impacts de l'épidémie avec le Dr Pit Braquet, spécialiste en maladies infectieuses.
sofia-infirmiere-pneumologie
Le covid-19 repousse le projet de lycée transfrontalier
L'établissement franco-luxembourgeois dédié aux professions de santé ne sortira pas de terre à Esch, ou ailleurs, de sitôt. Le rapport attendu par le gouvernement a pris six mois de retard, révèle jeudi Claude Meisch, ministre de l'Education nationale.
LTPS-Projet de simulation, Ettelbruck. Foto:Gerry Huberty