Changer d'édition

L'échevine Viviane Loschetter réagit: Scandale du pain: «La Ville va s'en occuper!»
Luxembourg 4 min. 02.05.2016

L'échevine Viviane Loschetter réagit: Scandale du pain: «La Ville va s'en occuper!»

Viviane Loschetter: «C'est à nous de trouver des solutions pour connecter les différents acteurs» de la chaîne alimentaire..

L'échevine Viviane Loschetter réagit: Scandale du pain: «La Ville va s'en occuper!»

Viviane Loschetter: «C'est à nous de trouver des solutions pour connecter les différents acteurs» de la chaîne alimentaire..
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 4 min. 02.05.2016

L'échevine Viviane Loschetter réagit: Scandale du pain: «La Ville va s'en occuper!»

Maurice FICK
Maurice FICK
Le «scandale du pain» soulève les questions de la collecte et de la redistribution des denrées alimentaires jetées par les commerçants. Viviane Loschetter, échevine en charge de la gestion des déchets à Luxembourg, assure que «la commune y travaille déjà. Ça chauffe dans les services».

Par Maurice Fick

Le «scandale du pain» - déclenché il y a une semaine par des photos de poubelles débordant de pains publiées sur Facebook- soulève les questions de la collecte et de la redistribution des denrées alimentaires que les commerçants ne peuvent plus vendre. Viviane Loschetter, échevine en charge de l'enlèvement et de la gestion des déchets à Luxembourg, va «à très court terme, organiser une table ronde avec l'Union des commerçants pour compléter l'offre de la Ville».

«Ce qui est arrivé à Cathy Goedert peut aussi bien arriver aux autres!», sait très bien Viviane Loschetter qui se garde bien d'incriminer qui que ce soit dans cette affaire. Cathy Goedert, la patronne de la boulangerie à l'origine du scandale, avait expliqué jeudi lors de l'assemblée générale de l'Union commerciale de la Ville de Luxembourg (UCVL) qu'on peut faire «beaucoup plus» avec l'aide de la commune pour éviter le gaspillage alimentaire.

J'ai été profondément choquée quand j'ai vu ces images ne cache pas Viviane Loschetter

«Profondément choquée» de prime abord par les photos vues sur Facebook et «peinée» en voyant que du pain avait été jeté en masse dans une poubelle grise et non une poubelle brune -celle qui est précisément destinée à la collecte des déchets organiques- Viviane Loschetter «a tout de suite cherché ce qu'il fallait faire pour éviter cela à l'avenir».

Une table ronde et un projet-pilote

Une semaine après le déclenchement de l'affaire, «ça chauffe dans les services! Je peux vous assurer que la commune y travaille», lance Viviane Loschetter, décidée à éviter un nouveau scandale du gaspillage. «C'est à nous de trouver des solutions pour compléter notre offre et connecter entre eux les différents acteurs» de la chaîne alimentaire, explique l'échevine.

Pour ce faire, Viviane Loschetter veut «ce mois-ci encore» organiser «une table ronde avec l'UCVL, les différentes institutions sociales et caritatives comme la Cent Buttek, le Bistrot social, la Fixerstuff, etc. pour voir quelles sont leurs attentes spécifiques. Je veux voir s'il y a un problème de transport

L'échevine fait référence à la demande formulée par Cathy Goedert pour que la Ville mette à disposition des commerçants un camion frigorifique répondant aux normes d'hygiène. «Nous allons essayer de trouver une solution qui correspond à la règlementation drastique avec les ministères de tutelle pour faire un projet-pilote», glisse Viviane Loschetter.

Comment ça marche aujourd'hui?

L'échevine lit dans cette affaire un «manque manifeste de visibilité des offres qui existent déjà» à Luxembourg-Ville.

Viviane Loschetter veut «créer une échelle de priorités pour la redistribution de ces denrées alimentaires. Sur trois niveaux».
Viviane Loschetter veut «créer une échelle de priorités pour la redistribution de ces denrées alimentaires. Sur trois niveaux».
Photo: Guy Jallay

En effet, «une personne à plein temps est affectée au Service hygiène qui ne fait que des programmes individualisés pour les commerces et les institutions comme les maisons de retraite, travaillant avec beaucoup de produits alimentaires», pose Viviane Loschetter. Cet employé de la Ville rend visite à tous les commerçants pour analyser les déchets et les guider pour trier ces déchets au mieux. A commencer par le choix des poubelles (tailles et couleurs).

Les déchets organiques -comme le pain devenu impropre à la consommation- placés dans la poubelle brune, sont ensuite revalorisés dans les centrales de biogaz de Kehlen, une coopérative agricole, et de Hesperange. Ils servent à produire de l'électricité.

Avant d'être revalorisé de la sorte, le pain qui est invendu ou proche de la date de péremption mais qui est bien comestible, tout comme les autres denrées alimentaires, sont collectés «par la Cent Buttek à Beggen. Une équipe d'une trentaine de bénévoles font soir et matin, samedi y compris, des tournées en camionnettes», souligne l'échevine. Les denrées collectées devenues invendables en raison de leur aspect, sont ensuite redistribuées aux personnes en situation précaire.

Moins connu, la Ville de Luxembourg a aussi des animaux à nourrir. Les ânes et les moutons du Service des forêts- de véritables tondeuses à gazon vivantes- qui «mangent aussi du pain et des légumes!», sourit Viviane Loschetter.

Son idée est de «créer une échelle de priorités pour la redistribution de ces denrées alimentaires. Sur trois niveaux. Ces denrées seront d'abord redistribuées à ceux qui sont dans le besoin. Ensuite aux animaux de notre Service des forêts et enfin mis dans les poubelles de déchets organiques».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La boulangerie en cause s'excuse: Du pain à ras bord dans une poubelle
Une photo prise dans la partie "haute" de Luxembourg fait actuellement scandale sur les réseaux sociaux. On y voit une poubelle remplie à ras bord de pains, qui semblent encore parfaitement comestibles, devant une boulangerie. La directrice de la boulangerie en cause s'est excusée dans un communiqué.
Cette photo provient d'une boulangerie dans la zone piétonne de la ville haute.