Changer d'édition

L'avenir s'assombrit encore un peu plus pour Liberty Steel
Luxembourg 2 min. 05.03.2022 Cet article est archivé
Craintes à Dudelange

L'avenir s'assombrit encore un peu plus pour Liberty Steel

Une dissolution de Liberty Steel Liège entraînerait dans sa chute le site de Liberty Steel à Dudelange.
Craintes à Dudelange

L'avenir s'assombrit encore un peu plus pour Liberty Steel

Une dissolution de Liberty Steel Liège entraînerait dans sa chute le site de Liberty Steel à Dudelange.
Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 05.03.2022 Cet article est archivé
Craintes à Dudelange

L'avenir s'assombrit encore un peu plus pour Liberty Steel

Simon MARTIN
Simon MARTIN
La procédure de dissolution a été lancée à l'égard de Liberty Steel, sonnant plus que probablement le glas de l'entreprise. L'avenir semble bien sombre pour le site de Dudelange.

Il y a quelques jours, nous vous expliquions la situation délicate dans laquelle se trouvait l'entreprise Liberty Steel. Rappelons que le 18 février dernier, le tribunal des entreprises de Liège avait convoqué les patrons de la société pour une réunion de suivi sur les engagements conclus fin d'année dernière, dans le cadre de la procédure de réorganisation judiciaire. Mais cette entrevue a été annulée en raison d'un défaut de documents comptables que devait fournir Liberty Steel.  Un manquement qui a conduit le tribunal belge à transmettre le dossier au procureur du Roi, qui pouvait ainsi lancer une citation en dissolution de la société. 


La liquidation se rapproche pour Liberty Steel
Le tribunal des entreprises de Liège a transmis le dossier au procureur du Roi, qui va devoir se prononcer sur la dissolution ou non de la société. Voilà qui n'est pas rassurant pour le site de Dudelange.

Aujourd'hui, nous apprenons, via nos confrères de Paperjam, que la filiale liégeoise du sidérurgiste Liberty Steel, est bel et bien visée par une procédure de dissolution. Cette décision intervient après que l'entreprise n’est pas parvenue à respecter ses engagements au niveau de la réorganisation judiciaire. En clair, le procureur du Roi a réclamé la révocation du plan de réorganisation judiciaire.

Faut-il également rappeler qu'une dissolution de Liberty Steel Liège entraînerait dans sa chute le site de Liberty Steel à Dudelange, employant pas moins de 200 employés? En effet, l'usine luxembourgeoise dépend fortement de Liège en ce qui concerne ses approvisionnements et le maintien de sa propre production.  

Bientôt une décision importante

La date du 16 mars serait en tout cas cruciale puisque c'est ce jour-là que le  tribunal de l’entreprise de Liège se prononcera sur cette demande de révocation du plan de réorganisation judiciaire et donc, à terme, sur la dissolution de Liberty Steel en Belgique. «Liberty Liège a l'intention d'offrir une défense solide lors de l'audience, en soulignant les progrès réalisés par l'usine dans le cadre de son plan de transformation, ainsi que l'engagement de Liberty à fournir les investissements nécessaires pour couvrir les besoins en suspens et assurer l'avenir des usines», a assuré un porte-parole du sidérurgiste à nos confrères.


Liberty Steel Galati
Un dossier avec «de plus en plus d'incertitudes»
Lors de la réunion de la commission parlementaire ce jeudi, le ministre de l'Economie Franz Fayot (LSAP) s'est montré prudent dans le maintien du site de production du groupe sidérurgique Liberty Steel à Dudelange.

Au Luxembourg, l'entreprise peut également compter sur le soutien du ministère de l'Economie ainsi que des syndicats  LCGB et OGBL. Ces derniers ont bien pris acte de la décision du procureur du Roi belge de demander la révocation du plan de réorganisation judiciaire de Liberty Steel. «Après les nombreux rebonds tant judiciaires que financiers et économiques concernant les entités de Liberty Steel au cours des derniers douze mois, les syndicats et le ministère de l'Économie notent que la procédure déclenchée par le procureur du Roi apportera à terme une clarté juridique quant à l'avenir des sites belges», précisent les institutions luxembourgeoises.

Celles-ci assurent d'ailleurs qu'elles vont «continuer à œuvrer activement ensemble pour maintenir des activités sidérurgiques et préserver l'emploi sur le site de Dudelange en prenant en considération toutes les options possibles, y compris la reprise par un autre acteur industriel».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que le prix de l'acier n'a jamais été aussi haut, le tribunal de l'entreprise de Liège a prononcé la mise en liquidation de Liberty Steel. Une décision qui ne sera pas sans conséquences sur le site de Dudelange.
Liberty Steel Flachstahl
Le tribunal des entreprises de Liège a transmis le dossier au procureur du Roi, qui va devoir se prononcer sur la dissolution ou non de la société. Voilà qui n'est pas rassurant pour le site de Dudelange.
Direction de l'usine, syndicats et représentants des ministères du Travail et de l'Economie ont rendez-vous le 8 décembre pour négocier un possible plan d'activité et assurer l'avenir des 200 salariés encore en poste à Dudelange.
Arcelor Differdange
L'activité de l'aciérie de Dudelange tourne toujours au ralenti, et le chômage partiel concerne encore de nombreux employés. Le destin du site luxembourgeois reste toujours lié au sort de l'usine belge de Liège, elle aussi en plein marasme.
Liberty-Steel übernahm 2019 das Werk in Düdelingen von ArcelorMittal, das seit Sommer von Galati aus beliefert wird.