Changer d'édition

L'avenir reste incertain pour la Place
Luxembourg 3 min. 07.12.2020

L'avenir reste incertain pour la Place

«Il serait illusoire de croire qu'en 2021 et 2022 les banques s'en sortiront sans dommage», insiste Guy Hoffmann, président de l'ABBL.

L'avenir reste incertain pour la Place

«Il serait illusoire de croire qu'en 2021 et 2022 les banques s'en sortiront sans dommage», insiste Guy Hoffmann, président de l'ABBL.
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 3 min. 07.12.2020

L'avenir reste incertain pour la Place

La crise sanitaire n'a pas épargné le secteur financier du pays. Alors que les assureurs enregistrent une baisse des primes, les banques se préparent à des défauts de paiement. Tandis que de leur côté, les fonds restructurent leurs investissements avec l'espoir que le pays reste compétitif.

(ASdN avec Marco Meng) - Avec la pandémie, l'horizon s'assombrit au-dessus de la Place. En cause, une possible vague de faillites qui constitue un risque majeur pour les banques du pays en 2021, à en croire le président de l'association bancaire ABBL Guy Hoffmann, interrogé par nos confrères du Luxemburger Wort.

Pour limiter la casse, les banques luxembourgeoises ont néanmoins fait un geste. Elles ont ainsi accordé près de 18.000 moratoires. Autrement dit, une suspension du remboursement de prêts. Selon le Statec, plus de 3.414 moratoires étaient en vigueur fin octobre, correspondant donc à quelque 800 millions d'euros. Soit 3% de l'encours des prêts aux entreprises nationales.

Mais alors que la plupart des moratoires de crédit, utilisés par les entreprises pour combler la période de manque à gagner pendant la pandémie, a expiré, le Luxembourg a été touché par une deuxième vague d'infections. «Le secteur de l'Horeca, le tourisme et l'industrie aéronautique sont particulièrement touchés, et par conséquent les banques qui sont actives dans ces secteurs», souligne Guy Hoffmann avant d'ajouter qu'il serait «illusoire de croire qu'en 2021 et 2022 les banques s'en sortiront sans dommage». Ce à quoi s'ajoute l'incertitude quant au potentiel de croissance de l'année prochaine.

Si jusqu'à présent, le Luxembourg a toujours été le pays où le taux de «mauvaises créances» est le plus bas, la situation ne devrait néanmoins pas changer, assure Guy Hoffmann. Et ce, «même si le nombre de mauvaises créances est probablement en augmentation pour les banques au Luxembourg». La proportion de prêts non performants au Luxembourg est de 1,1 %, dont un sur cinq a été accordé à un ménage privé.


Nouvelle convention collective à venir pour la Place
L'Association luxembourgeoise des banques et banquiers Luxembourg (ABBL) et l'Association des compagnies d'assurance et de réassurance (ACA) ont annoncé lundi soir avoir trouvé un accord de principe avec l'Aleba pour une convention collective pour les années 2021-2023.

Mais pour les banques, la situation reste délicate. Car pour faire face aux défauts de remboursement des prêts, celles-ci sont contraintes de prévoir des coussins d'urgence. Et ces derniers «sont élevés», estime le président de l'ABBL. 

Et si elle n'épargnera donc pas les banques, la crise sanitaire ne laissera pas non plus les assureurs du pays s'en sortir indemnes. Marc Hengen, directeur général de l'association d'assurance ACA, estime que les recettes de primes baisseront de 20% par rapport à 2019, où les recettes s'élèveront à environ 41 milliards d'euros. Soit un manque d'environ dix milliards d'euros. Pour 2021, le représentant de l'ACA s'attend donc à un nouveau déclin des affaires ou, au mieux, à une stagnation.

De l'espoir pour 2021

En outre, si les taux d'intérêt des banques restent une charge pour les assureurs, ils pourraient ouvrir de nouvelles perspectives. En effet, ces derniers devraient «probablement» rester bas en 2021, souligne, Camille Thommes, directeur général de l'association des fonds Alfi. Ce dernier s'attend donc à ce que les  investisseurs - tant institutionnels que, surtout, privés - découvrent davantage de fonds d'investissement comme produits d'épargne et d'investissement à long terme.

Pour Camille Thommes, la place financière dans son ensemble ne serait donc pas si mal positionnée pour 2021. «Tout ce qui a trait à la durabilité et aux infrastructures prend de plus en plus d'importance», même si, ajoute-t-il, les marchés resteront probablement volatils et que la concurrence s'accroît dans le monde entier.


Wi, Classement des banques .Finanzplatz Luxemburg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«Perturbations majeures» à prévoir sur la Place
Interrogés par Luxembourg for Finance (LFF), les cadres du secteur financier et des assurances estiment que la crise sanitaire actuelle va engendrer «un environnement opérationnel plus volatile». Ce qui devrait se traduire par une baisse des budgets de fonctionnement en 2021.

«Le Luxembourg doit rester compétitif en termes de gamme de produits et de fiscalité», souligne enfin Camille Thommes. D'un point de vue réglementaire, la révision de la directive sur les gestionnaires de fonds d'investissement alternatifs (AIFMD), la mise en œuvre du plan d'action pour le financement de la croissance durable, le produit de pension privé paneuropéen (PEPP) et l'Union européenne des marchés de capitaux seront donc importants pour le secteur des fonds l'année prochaine, et donc, pour la Place. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'esprit d'entreprendre ralenti par la crise
Déjà timide dans le domaine, le Luxembourg a enregistré une crise encore plus profonde des vocations à créer ou reprendre une société ces derniers mois. En cause : les incertitudes liées à la crise covid.
Office staff respecting social distancing during a meeting. Group of business men and women having a meeting in office during corona virus pandemic.
La menace du surendettement des ménages plane
La baisse des revenus pour de nombreux ménages va peser sur le budget de nombreuses familles. Aussi les organismes d'aides sociales invitent les foyers à se montrer vigilants sur la gestion de leurs dépenses.
Le Fonds de relance étend sa générosité
Le gouvernement a non seulement décidé de maintenir le dispositif d'aide aux PME jusqu'en mars 2021, mais aussi d'ouvrir le champ des bénéficiaires notamment aux commerces de détail et aux organismes de formation professionnelle.
Wi , PK OGB-L Commerce , Unterstützung für die Geschäfte , rue Alzette Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
«Perturbations majeures» à prévoir sur la Place
Interrogés par Luxembourg for Finance (LFF), les cadres du secteur financier et des assurances estiment que la crise sanitaire actuelle va engendrer «un environnement opérationnel plus volatile». Ce qui devrait se traduire par une baisse des budgets de fonctionnement en 2021.
Wi, Classement des banques .Finanzplatz Luxemburg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Nouvelle convention collective à venir pour la Place
L'Association luxembourgeoise des banques et banquiers Luxembourg (ABBL) et l'Association des compagnies d'assurance et de réassurance (ACA) ont annoncé lundi soir avoir trouvé un accord de principe avec l'Aleba pour une convention collective pour les années 2021-2023.
L'optimisme de la Place ne devrait pas durer
Dressant mercredi l'état des lieux et les perspectives du secteur financier au Luxembourg, l'Association des banques craint une année 2020 tourmentée. Par contre, l'ABBL parle d'une «contribution stable et importante des banques pour l'économie luxembourgeoise» en 2019.
WI. Classement des banques . Banken,Finanzplatz Luxemburg ,BGL BNP Paribas.Kirchberg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort