Changer d'édition

L'avenir de l'Aleba entre les mains de Dan Kersch
Luxembourg 3 min. 25.02.2021 Cet article est archivé

L'avenir de l'Aleba entre les mains de Dan Kersch

Laurent Mertz, secrétaire général, et Roberto Mendolia, président de l'Aleba devraient être fixés prochainement sur le sort de leur syndicat.

L'avenir de l'Aleba entre les mains de Dan Kersch

Laurent Mertz, secrétaire général, et Roberto Mendolia, président de l'Aleba devraient être fixés prochainement sur le sort de leur syndicat.
Photo: Luc Deflorenne
Luxembourg 3 min. 25.02.2021 Cet article est archivé

L'avenir de l'Aleba entre les mains de Dan Kersch

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Sollicité par l'OGBL et le LCGB, désireux de faire tomber la représentativité sectorielle du principal syndicat de la Place, le ministre du Travail a reçu «cette semaine» le rapport final de l'ITM sur le sujet. Un élément technique qui doit aider à la prise de décision finale, attendue sous peu.

Limité pour l'heure aux invectives lancées par communiqués de presse interposés à la fin de chaque séance de négociations des nouvelles conventions collectives dans le secteur bancaire et dans celui des assurances, le conflit entre les syndicats de la Place pourrait ressortir au grand jour prochainement. En cause, l'annonce prochaine de la décision de Dan Kersch (LSAP), ministre du Travail, quant au maintien - ou non - de la représentativité sectorielle de l'Aleba.


Place financière Luxembourg - photo : Pierre Matgé
La guerre syndicale fait rage sur la Place
La première réunion officielle de négociations de la future convention collective bancaire organisée ce mercredi s'annonce très tendue. En cause, la bataille engagée entre Aleba et OGBL/LCGB qui pourrait faire des dégâts collatéraux.

«Le ministre vient de recevoir cette semaine le rapport final de l'ITM», indique le ministère du Travail qui précise que ce document «ne propose pas de décision au ministre», mais qu'il contient «des éléments permettant la prise de décision». Inédite, cette démarche a été initiée par un courrier envoyé mi-novembre 2020 par l'OGBL et le LCGB qui demandaient un nouveau comptage des suffrages obtenus lors des élections sociales de mars 2019. 

L'Aleba y avait obtenu 49,22% des suffrages dans le secteur financier, juste sous la barre des 50% lui garantissant de fait une légitimité face aux deux autres syndicats à représentativité nationale. Si la démarche avait été entamée près de 18 mois après la tenue du scrutin dans les entreprises, elle avait été justifiée par le fait que «la situation semblait différente». Comprenez l'éclatement du front syndical de la Place suite à l'accord de principe trouvé entre Aleba et représentants patronaux quant aux grandes lignes des futures conventions collectives.


WI. Classement des banques . Banken,Finanzplatz Luxemburg , Arendt,.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La représentativité de l'Aleba remise en question
Les tensions entre syndicats du secteur financier risquent de monter encore d'un cran après la demande officielle de l'OGBL et du LCGB de regarder à nouveau les résultats des élections sociales de 2019. Objectif: annuler l'accord de principe trouvé entre représentants patronaux de la Place et l'Aleba.

Contacté jeudi, Laurent Mertz, secrétaire général de l'Aleba, indique «ne pas avoir eu de nouvelles de la part du ministère du Travail sur ce sujet», précisant seulement que «l'ITM nous avait donné jusqu'au 15 février dernier pour répondre à des questions, ce que nous avons fait dans le délai imparti». Même absence de détail du côté de l'OGBL, Véronique Eischen indiquant «être dans l'attente de la décision du ministre» mais «confiante dans la décision qui sera prise, au vu des calculs que nous avons effectués».

Attendu «prochainement», le choix de Dan Kersch pourrait être lourd de conséquences sur le plan syndical. Car en cas de perte de sa représentativité sectorielle, l'avenir de l'Aleba s'assombrirait fortement avec un risque de disparition à plus ou moins long terme, les 10.000 adhérents ne bénéficiant plus d'un poids leur permettant la possibilité de faire signer seuls une nouvelle convention collective avec les représentants du patronat des banques - ABBL - et des assurances - ACA -. 


Wirtschaft, Bank, Commerzbank, 50 Jahre Commerzbank, Martin Keller  country CEO Belgium&Luxembourg, und Klaus Diederich Filiale Luxemburg Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Commerzbank Luxembourg fermera ses portes en 2024
Conséquence de l'annonce, fin janvier, de la suppression de 10.000 postes dans le monde, la filiale de la banque allemande sur la Place sera impactée, indique mardi l'Aleba. 200 postes sont en jeu.

De quoi susciter les appétits de l'OGBL et du LCGB qui domineraient alors le paysage syndical dans le principal pilier de l'économie, lui-même en pleine mutation. En cas de maintien de sa représentativité sectorielle, l'Aleba n'en sortirait pas non plus grandement renforcée, mais bénéficierait d'un sursis jusqu'en 2024, date des prochaines élections sociales...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Inédite, la décision de Dan Kersch de retirer la représentativité sectorielle de l'Aleba se veut «une application de la loi et certainement pas une décision politique», assure vendredi le ministre du Travail. Car ce dernier redoute déjà les conséquences pour le dialogue social.
IPO. Arbeitsminister Dan Kersch, Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Moins de deux semaines après avoir reçu le rapport définitif de l'Inspection du travail et des mines, Dan Kersch, ministre du Travail, a tranché le conflit entre syndicats de la Place. Il donne raison à l'OGBL et au LCGB et fait perdre ses pouvoirs au syndicat indépendant.
ffsfsf
La première réunion officielle de négociations de la future convention collective bancaire organisée ce mercredi s'annonce très tendue. En cause, la bataille engagée entre Aleba et OGBL/LCGB qui pourrait faire des dégâts collatéraux.
Place financière Luxembourg - photo : Pierre Matgé
Une semaine après la charge de l'OGBL et du LCGB sur l'accord de principe trouvé avec le patronat sur le renouvellement des conventions collectives sur la Place, le président de l'Aleba dénonce la «désinformation» de ses homologues. Avec en toile de fond la représentativité sectorielle.
Wort.fr, interview de  Roberto Mendolia, Aleba Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Dix jours après l'annonce d'un accord de principe entre l'Aleba et les représentants patronaux des banques et des assurances, l'OGBL et le LCGB dénoncent «un cavalier seul» inédit. Le tout, sur fond de remise en question de la représentativité sectorielle.