Changer d'édition

L'autotest covid au programme des élèves
Luxembourg 2 min. 16.02.2021

L'autotest covid au programme des élèves

Le ministère de l'Education pourrait retenir ce type de test salivaire pour les plus petits.

L'autotest covid au programme des élèves

Le ministère de l'Education pourrait retenir ce type de test salivaire pour les plus petits.
Photo : AFP
Luxembourg 2 min. 16.02.2021

L'autotest covid au programme des élèves

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'obligation du masque en cours n'est pas le seul changement à venir dans les écoles luxembourgeoises. En mars, le ministère de l'Education envisage de proposer des tests de dépistage pour que jeunes et enseignants puissent contrôler leur situation covid.

Tester davantage. Le ministre de l'Éducation en a fait l'une des priorités pour assurer un maximum de cours en présentiel dans les mois à venir. Pour cela Claude Meisch (DP) s'appuiera sur plus d'équipes mobiles à disposition des établissements et plus d'invitations au Large Scale Testing. Mais dans quelques semaines, écoles et lycées pourraient aussi d'être dotés de tests rapides. But de l'opération : «avoir un aperçu permanent de la situation virale pour réagir rapidement».


Politik, Briefing Xavier Bettel und Paulette Lenert, Covid-19, Coronavirus, Chris Karaba/Luxemburger Wort
Une date, des vaccins et des larmes
14 mars, voilà la nouvelle date fixée pour une éventuelle levée des restrictions sanitaires. La campagne vaccinale devrait, quant à elle, connaître un nouvel élan dès la semaine prochaine. Quant aux bars et restaurants, des aides viennent les consoler.

Il est vrai que ces dernières semaines, la diffusion virale a (re)donné des sueurs froides aux responsables de l'enseignement. Entre fermetures d'école entière, multiplication des élèves ou des enseignants placés à l'isolement ou en quarantaine, la vie scolaire a été sérieusement perturbée. D'où le «retour justifié» à l'école à la maison dans la dernière semaine de classe avant ces congés de Carnaval. La crainte était alors accentuée par le caractère particulièrement contagieux des variants détectés ici ou là.

Courant mars, le ministère compte donc sur les effectifs et personnels scolaires pour s'autotester. Pour cela, il étudie plusieurs formes de dépistage. L'idée étant de «voir lequel est le plus simple à mettre en œuvre». Cela quelle que soit la tranche d'âge concernée bien entendu. D'où la difficulté de voir ce qui peut convenir à un garçonnet, une adolescente ou un étudiant. Car l'opération envisagée concernera tous les niveaux, du fondamental à l'université.

Ecouvillon à placer dans le nez ou la gorge voire tube où le jeune peut simplement cracher avant analyse, plusieurs accessoires sont actuellement comparés, notamment avec le soutien du Laboratoire national de Santé. Mais le ministère souhaite qu'un maximum d'élèves puissent au final eux-mêmes pratiquer à la fois le prélèvement et l'analyse de ces tests antigéniques. 

Claude Meisch a aussi précisé qu'aucun test rapide ne serait pratiqué sur les élèves mineurs sans le consentement des parents. Actuellement, les 0-19 ans représentent 27,3% des infections covid actives au Luxembourg.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les tests rapides feront leur rentrée le 19 avril
Au retour des vacances de Pâques, les autotests seront généralisés dans toutes les classes du pays, a annoncé ce jeudi Claude Meisch. Avec l'espoir d'apporter «encore plus de sécurité», mais surtout de retrouver «un peu de normalité».
ARCHIV - 08.04.2021, Niedersachsen, Hannover: ILLUSTRATION - Ein Corona-Selbsttest, fotografiert mit neben dem Etui eines Grundschülers. In zahlreichen Bundesländern geht der Unterricht nach den Osterferien mit einer Corona-Testpflicht weiter. Ohne negatives Testergebnis ist der Besuch des Unterrichts nicht möglich. (zu dpa «Corona-Test vor dem Frühstück - Für Schulkinder gelten neue Regeln») Foto: Julian Stratenschulte/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le bien-être des jeunes comme premier devoir
Contrecoup de la lutte anticovid, toute une génération s'est vu privée de ce qui fait le charme de son âge: l'école, les copains, les sentiments et expériences partagés. Il est donc plus que temps de se préoccuper du moral des élèves.
12.02.2021, Schleswig-Holstein, Kiel: Ein komplett mit Eis überzogenes Straßenschild, dass auf einen Fußgängerweg hinweist, steht am Ufer der Kieler Förde. Foto: Axel Heimken/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
«Ouvrir l'école le plus longtemps possible»
Tous les établissements scolaires rouvriront le 22 février. Mais le ministère de l'Education a déjà planifié les règles à suivre si le virus venait à se renforcer, avec comme priorité d'assurer les cours en présentiel.
08.02.2021, Niederlande, Den Haag: Ein Kind kommt in eine Grundschule. Eigentlich sollte dies nach dem Lockdown für alle Grundschüler der erste Schultag sein. Doch viele Grundschulen mussten aufgrund des Wintereinbruchs geschlossen bleiben. Foto: Bart Maat/ANP/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les enfants sous la menace du surpoids
Dommage collatéral de la pandémie sanitaire, la santé physique des plus jeunes serait mise à mal. Du moins, selon les pédiatres et nutritionnistes du pays. Un phénomène qui pourrait avoir des conséquences bien au-delà de la crise.
La privatisation de l'école publique au cœur du débat
Au lendemain d'un accord avec le CGFP, les députés se sont exprimés au sujet de la privatisation rampante du système éducatif public. Mais de son côté, le ministre de l'Education s'est voulu rassurant, affirmant n'avoir aucune intention en ce sens.