Changer d'édition

L'armée joue la grande muette dans l'affaire LUXEOSys
Luxembourg 3 min. 15.09.2020

L'armée joue la grande muette dans l'affaire LUXEOSys

Pour le général Alain Duschène, chef d'état-major, c'est clair: l'armée n'a pas été impliquée dans le développement du projet

L'armée joue la grande muette dans l'affaire LUXEOSys

Pour le général Alain Duschène, chef d'état-major, c'est clair: l'armée n'a pas été impliquée dans le développement du projet
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 15.09.2020

L'armée joue la grande muette dans l'affaire LUXEOSys

Le général Alain Duschène s'est expliqué lundi devant la commission du Contrôle de l'exécution budgétaire. A l'en croire, ce n'est qu'après l'adoption de la loi que l'armée a pris connaissance des détails concernant le projet de satellite militaire d'observation.

(JFC, avec Marc Hoscheid) - La question hante les travées de la commission parlementaire de Contrôle de l'exécution budgétaire depuis de nombreux mois déjà: le dépassement budgétaire du satellite militaire luxembourgeois LUXEOSys - passé de 170 à 350 millions d'euros - n'a pas fini de faire couler de l'encre.

À la mi-juillet, François Bausch (Déi Gréng), qui a hérité du projet de son prédécesseur à la Défense Etienne Schneider (LSAP), déclarait que les coûts supplémentaires se situeraient finalement entre 117,7 et 138,3 millions d'euros, au lieu de 180. C'est dans ce contexte que le général Alain Duschène, le chef d'état-major était appelé à témoigner lundi devant les députés.


Un satellite militaire et de nombreux problèmes
Déjà sous les projecteurs en raison du doublement de son budget, le projet LUXEOSys se retrouve dans l'oeil du cyclone après la publication, lundi par la radio 100.7, d'un audit. Ce dernier, qui relève bien des dysfonctionnements, assure que «dès le départ, le projet était sous-développé».

Affirmant que «l'armée n'avait pas du tout été impliquée dans le développement du projet», le général a suscité «la surprise chez les parlementaires», rapporte le site de la Chambre. D'autant plus qu'Etienne Schneider avait naguère déclaré que c'est bien l'armée qui aurait dû exploiter le satellite. Très «étonné par le manque de communication entre la Défense et l'armée», Mars Di Bartolomeo (LSAP) exige que dorénavant «toutes les cartes soient mises sur la table».

Selon Alain Duschène, qui sera admis à la retraite le 29 septembre prochain, ce n'est «que le 25 janvier 2019 qu'une étude de faisabilité a été réalisée concernant l'installation des antennes nécessaires au centre militaire de Herrenberg à Diekirch». C'est-à-dire six bons mois déjà après l'adoption de la loi par la Chambre...

«Des méthodes de cow-boy»   

Diane Adehm (CSV), la présidente de la commission a rétorqué que «les antennes ne peuvent pas être implantées au Herrenberg.» Et ce, pour deux raisons techniques. Primo, leur mouvement de pivotement nécessite un espace suffisant qui n'existe pas en raison d'un hangar adjacent. Secundo, il n'est pas possible de fixer l'infrastructure sur une base bétonnée, car cela créerait des interférences avec le décollage et l'atterrissage des drones.

Par ailleurs, Diane Adehm avoue ne pas comprendre pourquoi Etienne Schneider a fait passer le projet au Parlement à une telle vitesse. «Ce sont des méthodes de cow-boy», s'est exclamée la présidente de la commission, ajoutant «sans doute pensait-il à ce moment-là que son parti ne serait plus représenté au gouvernement après les élections de 2018». La députée CSV écarte néanmoins tout avantage personnel dans le chef de l'ex-ministre de la Défense.


Politik, Etienne Schneider, Budgetkontrollkommission zu Observationssatellit Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Étienne Schneider se défend et brouille les pistes
Lundi, l'ancien ministre de la Défense est venu s'expliquer devant la commission de Contrôle budgétaire face à l'accusation d'avoir menti à l'Assemblée sur le coût du satellite d'observation militaire Luxeosys. A l'arrivée, son audition sème plus de doutes qu'elle n'apporte de réponses.

Egalement sujet à l'étonnement, André Bauler (DP) est d'avis que «le projet  naguère présenté à la Chambre n'était pas suffisamment abouti» et avertit qu'«à l'avenir, des études de faisabilité devront être réalisées avant qu'une loi ne soit votée».

Concernant le suite de la procédure, la présidente de la commission a révélé que Patrick Biewer, le directeur général de LuxGovSat, témoignera le 25 septembre devant les députés, sans exclure que «d'autres personnes soient interrogées ensuite à leur tour». Et afin de respecter le calendrier jusqu'au lancement du satellite, la Chambre doit approuver une loi de financement supplémentaire de 139 millions d'euros d'ici novembre. «Si le projet devait être abandonné à ce stade, une grande partie des 145 millions d'euros initialement estimés serait perdue», selon François Bausch.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Et si l'armée bataillait pour l'environnement?
Le ministre de la Défense aimerait conditionner les fonds versés par le Luxembourg à l'Otan à un engagement fort sur la prévention des conflits, via des engagements dans la lutte contre le changement climatique.
Lokales,Letzebuerger Arméi. Musterung + IB (instructions de base).Härebierg. Sportstest.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'adieu aux armes du général Duschène
Le chef d'état-major s'apprête à quitter l'armée luxembourgeoise après lui avoir consacré 42 ans. L'officier laisse un millier d'hommes. Un effectif qui va être renforcé bien vite, autant que les capacités opérationnelles.
online.fr, Portrait Alain Duschene  Armee Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
L'Etat triple son investissement dans l'aviation militaire
Le gouvernement s'apprête à investir 598 millions d'euros au lieu des 172 millions initialement prévus pour l'achat de huit avions ravitailleurs et de transport polyvalents. Une hausse importante du budget qui s'explique par l'augmentation de la quote-part luxembourgeoise au bon fonctionnement de l'OTAN.
Le ravitailleur commandé par le Luxembourg pourrait alimenter l'A400 attendu en juin dans ses missions au long cours.
Ce satellite qui ne tournait pas rond
Le matin en commission parlementaire, et le soir face à la presse, le ministre de la Défense François Bausch a évoqué tous les éléments qui avaient détourné de son orbite financière le satellite LUXEOSys. Un dossier dont le lancement était plus qu'incertrain.
Politik, Pressekonferenz Minister Francois Bausch zu Militär Satelit LUXEOSys, foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
«Le budget de Luxeosys dégraissé de 41 millions»
Avant son audition ce lundi en commission du Contrôle de l'exécution budgétaire, François Bausch (Déi Gréng), le ministre de la Défense révèle que la facture finale du projet de satellite militaire sera dépassée de 139 millions d'euros, au lieu des 180 millions précédemment annoncés.
Politik, Interview François Bausch Observationssatellit, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Étienne Schneider se défend et brouille les pistes
Lundi, l'ancien ministre de la Défense est venu s'expliquer devant la commission de Contrôle budgétaire face à l'accusation d'avoir menti à l'Assemblée sur le coût du satellite d'observation militaire Luxeosys. A l'arrivée, son audition sème plus de doutes qu'elle n'apporte de réponses.
Politik, Etienne Schneider, Budgetkontrollkommission zu Observationssatellit Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
La saga Luxeosys se poursuit
Passé de 170 à 350 millions d'euros, le coût du satellite militaire luxembourgeois n'a pas fini de faire parler de lui. Les explications avancées par François Bausch et les responsables de la Défense n'ont guère convaincu les députés, lundi en commission du contrôle de l’exécution budgétaire.
Etienne Schneider devra rendre des comptes à la Chambre
L'ancien ministre de la Défense a-t-il volontairement caché des informations concernant le coût réel du futur satellite Luxeosys? A l'heure où la facture de l'engin vient de doubler, plusieurs députés réclament l'ouverture d'une commission d'enquête.
11.11. Wi / Min Cooperation / PK Space Law Luxembourg / Space Mining / Etienne Schneider und Jean Louis Schiltz / Etienne Schneider Foto:Guy Jallay
Un satellite militaire et de nombreux problèmes
Déjà sous les projecteurs en raison du doublement de son budget, le projet LUXEOSys se retrouve dans l'oeil du cyclone après la publication, lundi par la radio 100.7, d'un audit. Ce dernier, qui relève bien des dysfonctionnements, assure que «dès le départ, le projet était sous-développé».