Changer d'édition

L'«armée» de la CGFP derrière le soldat Schleck
Luxembourg 3 3 min. 10.12.2019 Cet article est archivé

L'«armée» de la CGFP derrière le soldat Schleck

Près de 350 agents de l'Etat ont répondu présent, lundi soir à l'invitation de la CGFP qui fêtait ses 110 ans d'existence au Parc Hôtel Alvisse à Dommeldange.

L'«armée» de la CGFP derrière le soldat Schleck

Près de 350 agents de l'Etat ont répondu présent, lundi soir à l'invitation de la CGFP qui fêtait ses 110 ans d'existence au Parc Hôtel Alvisse à Dommeldange.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 3 min. 10.12.2019 Cet article est archivé

L'«armée» de la CGFP derrière le soldat Schleck

Maurice FICK
Maurice FICK
Ce mardi matin sera dévoilée «toute la vérité» dans l'affaire qui oppose le président du SPAL à son ministre de tutelle, affirme la puissante organisation représentant les fonctionnaires. Un syndicat qui se sent ignoré par le gouvernement et «mis au défi» dans cette affaire, qui pourrait aller très loin.

L'envie de «balancer à la poubelle le système de notation» dans la fonction publique et de ne rien lâcher lors des négociations salariales en 2020 ont galvanisé la foule des fonctionnaires venus nombreux, lundi soir à la conférence des comités de la CGFP. L'inévitable affaire Schleck, évoquée par le président  Romain Wolff, cristallise la détermination du puissant syndicat aux 30.000 membres, autour de la sacro-sainte liberté syndicale dans la fonction publique.


Le soldat Schleck provoque neuf démissions
Nouveau rebond dans l'affaire Schleck au sein même du Syndicat Professionnel de l'Armée Luxembourgeoise. Selon «Radio 100,7», neuf membres du SPAL, dont son secrétaire général, viennent de démissionner en bloc.

«Nous, CGFP, ne supportons pas une chose. C'est qu'on ne nous prenne pas au sérieux!», a lancé Romain Wolff à l'intention du gouvernement Bettel à la tribune du Parc Hôtel Alvisse à Dommelange, lundi soir. C'est là que doit être dévoilée ce mardi 10 décembre à 10 heures «toute la vérité dans la cause Schleck» par le Syndicat Professionnel de la Force Publique (SPFP) affilié à la CGFP. Pascal Ricquier, son président d'ordinaire prolixe, a promis des révélations mais tenait, lundi soir, à garder l'effet de surprise.

Pour la CGFP les choses sont limpides: dans la tentative de mutation sanction du soldat Christian Schleck par sa hiérarchie, «nous voyons très clairement que la liberté syndicale est mise en cause», martèle Romain Wolff. Un bras de fer est engagé entre la confédération syndicale et le gouvernement. 

 «C'est une violation contre la convention 151»  

La CGFP se sent «mise au défi» dès lors que «les activités sont restreintes» pour l'un des siens. «Nous sommes là pour l'intérêt général et pour l'intérêt de nos membres» a répété Romain Wolff en expliquant que «chacun peut être touché» mais que le syndicat ne transigerait pas.  


Ouverture officielle du bureau d'information de l'armée luxembourgeoise.Foto:Gerry Huberty
L'affaire du soldat Schleck provoque l'ire des syndicats
Après avoir réclamé la tête du général qui dirige l'armée luxembourgeoise, le Syndicat professionnel de la force publique (SPFP) et la CGFP demandent à François Bausch, ministre de la Défense, de stopper la mutation sanction de Christian Schleck.

D'autant que le traitement réservé à Christian Schleck est «une violation contre la convention 151» sur les relations de travail dans la fonction publique pour Romain Wolff. Il en cite l'article 4 selon lequel «les agents publics doivent bénéficier d'une protection adéquate contre tous actes de discrimination tendant à porter atteinte à la liberté syndicale en matière d'emploi».  

Le fait d'avoir été ignoré par le ministre de la Défense (déi gréng), François Bausch, alors qu'il lui avait demandé il y a huit jours de se positionner a piqué la CGFP au vif: «On a demandé au gouvernement de nous recevoir, il n'a rien fait». Après les dires du ministre délégué à la Défense (déi gréng), Henri Kox, devant la Chambre des députés, «nous lui avons demandé de nous montrer la pièce stipulant le commun accord mais on n'a rien n'obtenu! Alors on va poursuivre notre procédure», a clamé Romain Wolff. 


Dévoilement d’une plaque commémorative en mémoire des personnels de l’armée décédés dans l’exécution du service  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Schleck pourra poursuivre ses activités syndicales
A la suite des critiques exprimées par la CGFP, le ministre délégué à la Sécurité intérieure Henri Kox a indiqué à la Chambre que la mission du vice-président du Syndicat professionnel de la force publique ne serait pas entravée.

Son intention est de rassembler toutes les pièces et de porter plainte auprès de l'Organisation internationale du travail (OIT) à Genève. Il se pourrait alors que le Luxembourg se retrouve en mauvaise posture «à côté du Myanmar devant un public sur la scène internationale! » L'idée a provoqué un rire général dans la salle.

Face à l'Association professionnelle du cadre supérieur de la police (ACSP) et de l'Association professionnelle des officiers de l'Armée (APOL) qui reprochent à la CGFP de tolérer les attaques incessantes du SNPGL et du Syndicat professionnel de l'Armée luxembourgeoise (SPAL), Romain Wolff estime que «des faits doivent être mis sur la table:

  


Sur le même sujet

Le soldat Schleck provoque neuf démissions
Nouveau rebond dans l'affaire Schleck au sein même du Syndicat Professionnel de l'Armée Luxembourgeoise. Selon «Radio 100,7», neuf membres du SPAL, dont son secrétaire général, viennent de démissionner en bloc.
Schleck pourra poursuivre ses activités syndicales
A la suite des critiques exprimées par la CGFP, le ministre délégué à la Sécurité intérieure Henri Kox a indiqué à la Chambre que la mission du vice-président du Syndicat professionnel de la force publique ne serait pas entravée.
Dévoilement d’une plaque commémorative en mémoire des personnels de l’armée décédés dans l’exécution du service  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
L'affaire du soldat Schleck provoque l'ire des syndicats
Après avoir réclamé la tête du général qui dirige l'armée luxembourgeoise, le Syndicat professionnel de la force publique (SPFP) et la CGFP demandent à François Bausch, ministre de la Défense, de stopper la mutation sanction de Christian Schleck.
Ouverture officielle du bureau d'information de l'armée luxembourgeoise.Foto:Gerry Huberty
La colère gronde dans les rangs
Quand un syndicat en vient à demander la démission du chef d'état-major de l'armée, c'est que la situation est grave. Le SPFP réclame ainsi des têtes mais surtout des mesures pour que les métiers de la force publique retrouvent leur attrait.
Nationalfeiertag 2019. Prises d'Armes, Militärparade, Boulevard JF Kennedy, Militär, Armee, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort