Changer d'édition

L'approvisionnement énergétique du Luxembourg menacé?
Luxembourg 6 min. 25.02.2022
Avec le conflit en Ukraine

L'approvisionnement énergétique du Luxembourg menacé?

Piggy Bank Balanced On Radiator To Illustrate Energy Costs
Avec le conflit en Ukraine

L'approvisionnement énergétique du Luxembourg menacé?

Piggy Bank Balanced On Radiator To Illustrate Energy Costs
Getty Images/iStockphoto
Luxembourg 6 min. 25.02.2022
Avec le conflit en Ukraine

L'approvisionnement énergétique du Luxembourg menacé?

Même avant l'invasion russe, les prix du gaz étaient extrêmement élevés. Le ministre de l'Énergie rassure sur la sécurité d'approvisionnement.

(m. m. avec Thomas KLEIN) - L'Europe est dépendante du gaz russe. Certains pays comme la Lettonie ou la Hongrie sont même à 100 %.  Selon le service public Enovos, environ 25 % du gaz au Luxembourg et dans les pays voisins provient de Russie. Environ la moitié vient de Norvège et des Pays-BasLe reste est couvert par du gaz naturel liquéfié (GNL), qui est livré et introduit dans les ports par des pétroliers.   


Weil die Preise für Sprit und Energie dramatisch steigen, muss die Regierung endlich handeln, fordert die CSV in einer von ihr beantragten Aktualitätsstunde im Parlament.
Comment s'explique cette envolée à la pompe?
Les prix à la pompe ne font que de grimper ces dernières semaines au Luxembourg, qui devient moins attractif pour ses voisins. Une envolée spectaculaire qui s'explique par les taxes, mais pas que.

Après les événements dramatiques de ces derniers jours avec l'invasion des troupes russes en Ukraine, la question se pose de savoir ce que cela signifie pour l'approvisionnement énergétique du Luxembourg. La crise survient à un moment où les prix du gaz sur les marchés de gros ont parfois quintuplé. 

De leur pic à 150 euros par mégawattheure, les prix étaient récemment tombés à environ 90 euros. Le jour de l'invasion, cependant, ils sont remontés parfois de 70 %. «Les marchés réagissent généralement très nerveusement et il est clair que les récents développements et événements géopolitiques en Ukraine vont au moins augmenter cela directement», explique Enovos.

Malheureusement, le consommateur final doit se préparer à doubler ses coûts de chauffage par rapport à l'année dernière.

Enovos

« Même avant la récente aggravation de la situation, il était prévisible que les prix sur les marchés de gros resteraient très élevés pendant les douze prochains mois. L'incertitude géopolitique entourant le conflit entre l'Ukraine et la Russie a déjà exercé une pression sur le marché du gaz. On peut actuellement supposer que les prix pour les clients finaux resteront toujours élevés

Moscou pourrait fermer le robinet de gaz 

L'impact de l'escalade la plus récente sur le moyen et le long terme dépend de l'évolution future de la situation. «Mais nous ne pouvons pas l'estimer pour le moment, encore moins le quantifier sérieusement», explique Enovos. Il ne peut plus être exclu que Moscou coupe complètement l'approvisionnement en gaz de l'Occident en réponse aux sanctions. «Nous avons travaillé en étroite collaboration au niveau de l'UE ces dernières semaines et, entre autres, modélisé ce qui se passerait si la Russie coupait l'approvisionnement à zéro : allons-nous alors passer l'hiver ?», a expliqué le ministre de l'Energie Claude Turmes au Luxemburger Wort. «La bonne nouvelle est la suivante : oui, nous passerons cet hiver, la sécurité d'approvisionnement est garantie.»

Le ministre de l'Energie Claude Turmes estime que les marchés européens de l'énergie sont bien préparés pour les mois à venir.
Le ministre de l'Energie Claude Turmes estime que les marchés européens de l'énergie sont bien préparés pour les mois à venir.
Photo: Guy Jallay

Cependant, si un goulot d'étranglement aigu devait se produire, il frapperait d'abord l'industrie et non les consommateurs. Chaque pays de l'UE a un soi-disant plan d'arrêt du gaz pour de tels cas, explique Claude Turmes. 

Une grande partie de la consommation industrielle au Luxembourg revient à deux ou trois grandes entreprises. « Initialement, les marchés réagiraient via des signaux de prix. Ensuite, les gros consommateurs industriels devraient arrêter temporairement leur production car cela ne vaudrait plus la peine de produire et ils pourraient à la place vendre le gaz sur le marché à des prix élevés. Cela réduirait alors la demande. 

Les besoins fondamentaux des citoyens ne sont pas menacés au Luxembourg, pas plus que les hôpitaux et les infrastructures

Claude Turmes, ministre de l'Energie

En principe, cela garantirait qu'une quantité suffisante de gaz soit physiquement disponible en Europe pour le marché du chauffage », déclare le fournisseur d'énergie Enovos.  «Les services de base des citoyens ne sont pas menacés au Luxembourg, pas plus que les hôpitaux et les infrastructures», déclare le ministre Claude Turmes. 

Une table ronde de l'énergie

En revanche, l'évolution des prix dans les mois à venir suscite des inquiétudes. Par conséquent, une soi-disant table ronde de l'énergie doit avoir lieu lundi prochain, au cours de laquelle des représentants du gouvernement et des fournisseurs d'énergie se rencontreront. «Nous voulons discuter des mesures permettant d'accueillir et de soutenir les citoyens à faible revenu, mais aussi les entreprises dans cette situation extraordinaire».

Coopération européenne

Pour l'heure, il est extrêmement important d'améliorer la gestion des installations de stockage de gaz en Europe. Une partie du problème des prix élevés du gaz ces derniers mois provenait du fait que les niveaux de stockage en Allemagne, en Autriche et aux Pays-Bas, dont certains sont exploités par Gazprom lui-même, étaient trop bas et n'ont pas été remplis à temps pendant l'été. «Bien sûr, cela fait maintenant le jeu de la Russie», souligne le ministre de l'Énergie.

C'est également un point important pour le Luxembourg, car le pays ne dispose pas de ses propres installations de stockage et est donc dépendant des pays voisins à cet égard. C'est pourquoi des discussions sont actuellement en cours pour que les pays d'Europe occidentale obligent légalement les fournisseurs d'énergie à remplir les réservoirs de stockage chaque année avant l'hiver, à l'instar de la France. L'Allemagne veut introduire une telle loi dès avril. Un nouveau règlement de l'UE sur l'approvisionnement en gaz stipule, entre autres, l'obligation pour les États membres de faire preuve de solidarité les uns avec les autres.

L'installation de Rehden est le plus grand réservoir de gaz naturel d'Europe occidentale. Elle est exploitée par une filiale du groupe énergétique russe Gazprom.
L'installation de Rehden est le plus grand réservoir de gaz naturel d'Europe occidentale. Elle est exploitée par une filiale du groupe énergétique russe Gazprom.
Photo: dpa

Passer à d'autres sources

D'un point de vue purement technique, il serait possible de devenir indépendant du gaz russe, par exemple en important du gaz naturel liquéfié (GNL) d'autres régions du monde comme le Qatar ou le Canada. «La capacité d'importation de GPL correspond actuellement à plus de la moitié de la consommation de gaz en Europe», écrit Enovos. 

Le ministre de l'Energie explique que ce n'est pas la première guerre du gaz menée par Poutine. Déjà en 2008, il avait utilisé les moyens pour faire pression sur l'Ukraine. L'Europe en a tiré des enseignements. L'UE est désormais bien placée pour trouver d'autres sources d'approvisionnement. «D'une part, nous avons investi beaucoup d'argent dans l'extension de l'infrastructure du terminal au cours des dix dernières années et, d'autre part, nous avons investi dans le système européen de pipelines afin que les pays européens puissent s'entraider.  Nous avons également développé les énergies renouvelables et continuerons à compter sur elles ».

Une autre interrogation est de savoir dans quelle mesure passer au GNL cela ferait grimper les prix. «Le niveau de prix auquel nous devrions acheter notre gaz dépend de la demande et de l'offre mondiales, car le marché du gaz est devenu de plus en plus étendu», écrit Enovos. Contrairement au gazoduc, il n'y a pas de contrats d'approvisionnement à long terme avec le GNL, et les pétroliers se dirigent vers le plus offrant. Cela n'augure rien de bon non plus pour l'évolution des prix au cours de l'année à venir.   

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pas de plafonnement général des prix du gaz à l'échelle européenne : le Luxembourg, comme d'autres pays de l'Union, estime que cette mesure serait contre-productive pour les approvisionnements en gaz dans le contexte actuel de crise énergétique.
Piggy Bank Balanced On Radiator To Illustrate Energy Costs
Le ministre de l'Energie Claude Turmes a indiqué sur les réseaux sociaux jeudi que le Luxembourg n'avait à ce stade pas de problème d'approvisionnement de gaz, alors que l'Allemagne a déclenché le niveau d'alerte.
IPO,Ministerrat&Briefing-Senningen,Xavier Bettel,Franz Fayot,Corinne Cahen,Claude Turmes, Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort