Changer d'édition

L'apprentissage bénéficie d'un nouveau coup de pouce
Luxembourg 3 min. 13.07.2021
Formation professionnelle

L'apprentissage bénéficie d'un nouveau coup de pouce

L'an passé, 719 demandes d'aides à l'accueil d'un apprenti avait été déposées auprès du ministère de l'Education.
Formation professionnelle

L'apprentissage bénéficie d'un nouveau coup de pouce

L'an passé, 719 demandes d'aides à l'accueil d'un apprenti avait été déposées auprès du ministère de l'Education.
Photo : Getty images
Luxembourg 3 min. 13.07.2021
Formation professionnelle

L'apprentissage bénéficie d'un nouveau coup de pouce

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Après une première vague d'aides pour encourager les entreprises à poursuivre l'accueil de jeunes en formation, le gouvernement remet sur l'établi un nouveau système de soutien.

Déjà l'été dernier, les partenaires sociaux avaient sonné le tocsin. Un grand danger planait sur l'apprentissage. Qui allait oser accueillir un jeune en formation alors que l'activité était au plus bas ou que la crainte d'une infection covid empêchait toute proximité entre tuteurs et élèves? L'Etat avait alors mis la main à la poche, et au final le dispositif n'avait pas connu de creux significatif. L'effort avait alors tout de même coûté 3,4 millions d'euros au gouvernement.


Ateliers Schläifmillen - Ausbildung für Jugendliche mit CAE - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Une solution de plus pour l'apprentissage
Face à la difficulté pour certains jeunes de trouver un poste en apprentissage en entreprise, le CNFPC est prêt à assumer une partie de la formation pour la première année de certains certificats de capacité professionnelle.

Un an plus tard, certes la situation sanitaire a quelque peu changé et la reprise économique pointe, mais le recours à l'apprentissage «reste toujours fragilisé», estime Claude Wirion, directeur général de la Chambre des métiers. «Près de la moitié de nos membres sont toujours prêts à jouer leur rôle de formateur, mais dans la situation actuelle le coût social n'est pas le même». 

Une vérité qui prend d'ailleurs toute son importance dans les branches  d'activité «qui ne sont pas encore sorties de l'auberge» mais ouvrant traditionnellement des places d'apprentissage. Il est ici question, par exemple, des métiers en lien avec les soins à la personne (coiffure, salon de beauté) ou les métiers de bouche (boulangers, pâtissiers, bouchers, traiteurs et autres restaurateurs). 

1.500 ou 5.000 euros

Le message a bien été reçu par le ministère de l'Education nationale. Celui-ci qui a donc décidé de réviser son dispositif de soutien. Mesure qui fait maintenant l'objet d'un projet de loi discuté à la Chambre. En l'état actuel, une enveloppe unique de 1.500 euros pourrait être attribuée aux entreprises ou artisans signant un nouveau contrat d'apprentissage à compter de la mi-juillet. Le montant passe même à 5.000€ pour les sociétés qui prendront sous leur aile un jeune en rupture de tuteur. Ils sont en effet nombreux à avoir vu leur entreprise d'accueil ne plus pouvoir assurer leur prise en charge. 

Côté ministériel, on reconnaît que les crédits accordés ont quelque peu été réduits. «Il ne s'agit pas de faire entrer en concurrence les apprentis avec les salariés en poste», indique l'administration de Claude Meisch (DP). «Mais on saura s'en satisfaire», assure Tom Wirion. «Il ne faut rien reprocher à cette offre. Elle a le mérite d'exister», rappelle le responsable qui encourage ses membres «à tendre la main pour recevoir un jeune».


Centre de tri Bettembourg Amazon, Post, Bettembourg, le 11 Juillet 2017. Photo: Chris Karaba
Post reste le plus gros employeur du Luxembourg
En tout cas derrière l'Etat... Mais le nouveau palmarès établi par le Statec ne note guère de changement parmi les poids lourds de l'emploi dans le pays, si ce n'est la montée en puissance d'Amazon.

Son argumentaire est rodé à ce sujet : «Refuser, ce n'est ni bon pour notre jeunesse aujourd'hui, mais certainement pas bon non plus pour l'avenir de nos professions. Si nous n'assurons pas aujourd'hui cette part de la montée en compétences, demain nous n'aurons pas les profils nécessaires pour poursuivre nos activités». Sachant que le recrutement de nouveaux salariés reste toujours une préoccupation, notamment dans l'artisanat, voilà qui fait sens. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Quatre nouvelles formations supérieures seront ouvertes à compter de la future année scolaire. Il s'agit des BTS en cybersécurité, digital content, assistance juridique et commerce.
Student
Parmi les signes d'assouplissement sanitaire, le gouvernement envisage de supprimer la limitation du nombre de clients en boutique et dans les grandes surfaces. D'autres modifications attendent encore le secteur à partir du 13 juin.
En quatre rentrées, le nombre d'élèves abandonnant l'enseignement avant l'obtention d'un diplôme ou une qualification a diminué de 250 jeunes par an. Un résultat confirmé même lors du premier épisode covid.
ARCHIV - 28.09.2020, Baden-Württemberg, Leutenbach: Schülerinnen und Schüler nehmen im Klassenzimmer einer 9. Klasse der Gemeinschaftsschule Leutenbach am Geografieunterricht mit Hilfe von Laptops und Tablets teil. (zu dpa/lnw: «Viele Lehrer in Nordrhein-Westfalen wollen in Informatik dazulernen») Foto: Marijan Murat/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La Fedil a sondé le tissu industriel luxembourgeois sur ses attentes en matière de recrutement. Et, aucun doute, les personnels disposant d'un diplôme d'aptitude professionnelle seront fort recherchés.
Face à la difficulté pour certains jeunes de trouver un poste en apprentissage en entreprise, le CNFPC est prêt à assumer une partie de la formation pour la première année de certains certificats de capacité professionnelle.
Ateliers Schläifmillen - Ausbildung für Jugendliche mit CAE - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort