Changer d'édition

L'ancien policier condamné à cinq ans de prison
Luxembourg 2 min. 23.11.2022
Procès du tir mortel de Bonnevoie

L'ancien policier condamné à cinq ans de prison

Le 11 avril 2018, un policier tirait sur un automobiliste qui prenait la fuite à Bonnevoie.
Procès du tir mortel de Bonnevoie

L'ancien policier condamné à cinq ans de prison

Le 11 avril 2018, un policier tirait sur un automobiliste qui prenait la fuite à Bonnevoie.
Photo: Rosa Clemente/LW-Archives
Luxembourg 2 min. 23.11.2022
Procès du tir mortel de Bonnevoie

L'ancien policier condamné à cinq ans de prison

Maximilian RICHARD
Maximilian RICHARD
En 2018, un policier tirait sur un automobiliste à Bonnevoie. Il invoquait la légitime défense. Les juges ont maintenant rendu leur verdict ce mercredi.

Cinq ans de prison, dont trois avec sursis : c'est la peine prononcée par les juges à l'encontre de Meris M. L'ex-policier avait tiré sur un automobiliste en fuite lors d'un contrôle en avril 2019. Peu de temps avant le tir, le conducteur de la Mercedes avait foncé sur le policier, alors âgé de 22 ans. Immédiatement après l'incident, de nombreux éléments laissaient penser à la légitime défense, mais l'enquête a rapidement soulevé de nombreuses autres interrogations. Dans la foulée, Meris M. était inculpé d'homicide involontaire.


Die fatalen Schüsse waren am Nachmittag des 11. April an der Ecke der hauptstädtischen Rue Sigismond mit der Rue des Ardennes gefallen.
«C'était sa vie ou celle de l'autre»
Les arguments de la défense et de l'accusation étaient teintés d'émotion à la fin du procès sur l'intervention mortelle d'un policier à Bonnevoie.

Selon les juges de la chambre criminelle, Meris M. n'a pas agi en état de légitime défense. Ils ont toutefois retenu que l'automobiliste avait provoqué de manière délibérée son acte. Cela a eu pour effet de réduire considérablement la peine encourue pour les infractions graves telles que l'homicide, qui peuvent entraîner des peines de prison allant jusqu'à la perpétuité. Outre une amende de 5.000 euros, l'ex-policier devra notamment verser une indemnité de 21.400 euros à la femme du défunt. 

La défense envisage de faire appel 

Les juges sont restés bien en deçà des exigences du parquet. Celui-ci avait en effet requis une peine d'emprisonnement de 30 ans. L'avocat de la défense de l'accusé ne s'est toutefois pas montré satisfait après le verdict. La peine est certes faible au vu des faits reprochés. Mais il n'est pas d'accord avec la décision des juges. Il envisage de faire appel. Il a qualifié le jugement de mauvais signal pour les autres policiers. «Le message est le suivant : les gars, restez au bureau. Et si vous devez sortir, laissez votre arme là-bas et ne suivez personne dehors», a déclaré Me Philippe Penning. 


11. April 2018, Bonneweg: Nachdem ein Polizist mehrere Schüsse auf den Fluchtfahrer abgegeben hatte, war der Wagen an einem Baum zum Stehen gekommen. Der 51-jährige Fahrer erliegt kurze Zeit später seinen Verletzungen.
Le portrait de la victime dressé par sa femme
À la fin du procès, l'avocat de l'épouse de la victime donne un aperçu de la vie de la victime. L'accusé décrit le déroulement des faits.

Lors du procès fin septembre, l'avocat avait demandé l'acquittement de son client. Celui-ci avait en effet agi en état de légitime défense selon ce dernier. L'accusé avait alors souligné devant le tribunal que, le jour des faits, il lui était impossible de se jeter sur le côté. Selon lui, le conducteur voulait le tuer. 

Pour la représentante de l'accusation, l'enquête ne permettait qu'une seule conclusion. Meris M. a tué intentionnellement l'automobiliste de 51 ans qui voulait apparemment se soustraire à un contrôle. L'agent avait la possibilité de se mettre en sécurité. Le jugement n'est toutefois pas encore définitif. Toutes les parties ont maintenant 40 jours pour faire appel.

Cet article a été publié pour la première fois sur wort.lu/de 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Procès sur l'intervention mortelle de la police
Les arguments de la défense et de l'accusation étaient teintés d'émotion à la fin du procès sur l'intervention mortelle d'un policier à Bonnevoie.
Die fatalen Schüsse waren am Nachmittag des 11. April an der Ecke der hauptstädtischen Rue Sigismond mit der Rue des Ardennes gefallen.
Alors qu'ils n'étaient pas en service, les quatre hommes avaient été à l'origine d'une violente bagarre à la sortie d'une discothèque, en février 2016. Au départ de l'enquête, le militaire et les agents avaient tenté de minimiser leur participation aux faits. Un témoignage vidéo a joué contre leur version des faits.
Le 14 février, l'ivresse de trois policiers et d'un soldat les avait entraînés dans une violente dispute avec des clients d'une boîte de nuit de la capitale.