Changer d'édition

L'ALIA réclame plus de pouvoir sur les médias
Luxembourg 2 min. 12.01.2021

L'ALIA réclame plus de pouvoir sur les médias

L'ALIA réclame plus de pouvoir sur les médias

Photo: Alia
Luxembourg 2 min. 12.01.2021

L'ALIA réclame plus de pouvoir sur les médias

Alors qu'un nouveau régime d'aide à la presse doit prochainement entrer en vigueur, l'instance en charge de la régulation souhaite la mise en place d'un système de contrôle indépendant du pouvoir politique.

(Jmh avec Yannick Lambert) - Pour répondre à l'évolution rapide du paysage médiatique, le législateur devrait penser à réformer «le patchwork de lois, vieilles de 30 ans et modifiées sporadiquement», estimait lundi Thierry Hoscheit, président de l'autorité luxembourgeoise indépendante de l'audiovisuel (ALIA). Une transformation en profondeur qui devrait aboutir à faire de l'institution une vraie instance de supervision, dotée de moyens supplémentaires, aussi bien financiers qu'en personnels. «A l'image de ce qui existe en Allemagne, en Belgique ou en France», selon Thierry Hoscheit.


Le Luxembourg se tourne vers la radio numérique
La transition vers la diffusion en norme «DAB+» (pour Digital Audio Broadcasting) est en marche. Si le déploiement d'un multiplexe numérique est envisagé pour le printemps 2021, les travaux préparatoires sont désormais entamés.

En clair, l'ALIA souhaite s'affranchir du pouvoir politique et mettre fin à un partage de compétences avec le ministère des Médias. Notamment en ce qui concerne les autorisations à destination des chaînes de télévision et de radios, pour l'heure entre les seules mains de Xavier Bettel (DP). L'idée étant, selon l'ALIA, de mettre sur pied une seule entité afin d'accélérer les procédures et, à terme, de réaliser des économies. Une demande qui serait à ce jour restée lettre morte, à en croire l'ALIA.

Parmi les attributions hypothétiques de ce régulateur nouvelle version figurerait également la possibilité de réglementer les contenus publiés sur les réseaux sociaux, d'avoir un droit de regard sur les jeux vidéos proposant un contenu violent notamment ou d'établir des critères destinés à «labelliser» les médias - ou les journalistes individuels - considérés comme fiables.  


Fondée en 1931, Radio Télévision Luxembourg devenue depuis RTL Group, opère depuis le Kirchberg et compte comme actionnaire majoritaire (à 75%) la société de médias allemande Bertelsmann.
Validation des spots de campagne en français
Le couperet est tombé jeudi soir. L'Autorité indépendante de l‘audiovisuel a donné raison au parti déi Lénk dans son conflit avec RTL: la chaîne diffusera désormais les messages électoraux en français, en plus du luxembourgeois.

Interrogés sur la manière dont ils envisagent la mise en place de cette formule, les représentants de l'Alia indiquent n'avoir, pour l'heure, «aucune proposition concrète».«Notre idée est d'entamer une discussion sur ces sujets, pas d'avoir une prise de position définitive», assure ainsi Valérie Dupong, avocate et membre du conseil d'administration de l'Alia.

A noter que le Luxembourg, comme la plupart des pays de l'UE, n'a pas transposé la directive européenne sur les médias audiovisuels de 2018 dans le délai imparti. Un texte qui prévoit pourtant un cadre juridique destiné notamment à sauvegarder le pluralisme des médias et préserver l'indépendance des régulateurs nationaux. Le projet de loi n°7651 a été déposé mi-août et les amendements parlementaires ont été adoptés le 24 décembre dernier.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.